L’AUBERGE (d'après la nouvelle de Maupassant)

il y a
1 min
4
lectures
1

Charles Dubruel grand-père, passionné de littérature et particulièrement de Maupassant  [+]

Pareille à toutes les hôtelleries
Plantées au pied
Des glaciers,
L’auberge du Chat Gris
Sert, l’été, de refuge aux montagnards.
Habitée et gérée par les Hausar,
Elle reste ouverte six mois.
Quand les neiges se sont amoncelées,
Quand commencent les grands froids,
La famille Hausar descend dans la vallée.
Le vieux Marcel Pradou,
Leur homme de confiance, Gaspar,
Le jeune guide, et Sam, son gros chien-loup
Gardent le chalet jusqu’au printemps.

Cette année-là, le lendemain du départ
Des gérants, Pradou était depuis longtemps
Parti chasser quand Gaspar voulut
Le rejoindre. Mais comment l’aurait-il trouvé
Dans cette immensité ? Éperdu,
Après avoir marché toute la journée
Et cent fois, en vain, appelé son ami,
Il rentra et sans diner se mit au lit,
L’angoisse lui ayant coupé la faim

Il crut entendre un cri soudain,
Il se leva, ouvrit la porte et hurla :
-Marcel, tu es là ?
Personne ne lui répondit, hélas !
Agonisait-il dans une crevasse ?
Peut-être avait-il déjà rendu l’esprit
Qui volait maintenant jusqu’à l’hôtellerie
Par la vertu qu’ont les âmes des morts
De hanter un survivant qui dort
Afin de le saluer d’un dernier adieu ?
Gaspar ayant senti l’âme du vieux
Derrière la porte. Il voulut s’enfuir
Mais il n’osa pas sortir
Car le fantôme du vieux rôdait toujours,
Tout alentour.
Pour apaiser sa peur,
Il attacha son chien à l’extérieur
Mais comme Sam grattait la porte-fenêtre,
Gaspar crut entendre le spectre
De Pradou et perdit bientôt la raison.
Il poussa le buffet des provisions
Contre la porte et ferma tous les volets.
Le chien a hurlé
À la mort comme un fou toute la nuit.
Gaspard se mit à divaguer comme lui.

----------------

Au printemps, quand les Hausar remontèrent,
Ils trouvèrent Sam, à demi dépecé
Gisant sur le seuil de l’auberge fermée.
Angoissés, ils appelèrent :
-Hé, Gaspar, Pradou, répondez, je vous prie.
De l’intérieur, un horrible cri répondit.
Rentrée, après avoir forcé un volet,
La servante découvrit un homme affalé
Sur le sol et s’exclama : « Gaspar..., madame !
Oh, mon dieu, quel drame ! »

Le guide fut interné.
Pradou ne fut jamais retrouvé.
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Télécommande

SEF Myé

Je suis à la fenêtre, le nez contre la vitre, et je regarde mon jardin immobile. Rien ne bouge en effet. L’herbe haute, que j’ai négligé de tondre, est pourtant tout ébouriffée. On dirait... [+]


Nouvelles

Les Capucines

Suzanne Buck

J’étais en train de peindre une nervure lorsque mon mari entra dans mon atelier et m’annonça qu’il en aimait une autre et me quittait. Quiconque a déjà peint des fleurs et des feuilles... [+]