L'attentat...

il y a
1 min
589
lectures
57
Finaliste
Jury

Prendre le temps d'écrire, c'est libérer l'imagination. Mais aussi voyager, créer, rêver. http://mouginaude.tumblr.com  [+]

L’homme entra par la petite porte du fond. Tous les regards se focalisèrent sur lui, et tous lisaient l’accablement qui pliait son dos et la tristesse qui assombrissait son regard. L’homme s’assit lourdement sur le banc en bois, et baissa la tête pour contempler ses chaussures. Il n’avait pas pu finir...
Un ange passa dans le silence pesant du grand Tribunal. L’avocat sourit imperceptiblement à son client, puis se concentra sur les quelques feuilles disposées devant lui. Maigres arguments pour une défense vaine...

« J’accuse ! »

Le procureur qui venait de prendre la parole fit sursauter la majorité du public présent dans le prétoire. Il vociféra un discours en pointant du doigt le coupable. L’énergie qu’il dégageait déformait de façon ignoble son visage, et les postillons de sa bouche eurent honte de s’écraser sur le bois verni de la table.
« Cet homme qui se tient devant vous a blessé notre société. Il mérite l’enfermement pour réflexion à vie ! C’est le cœur retourné que chaque citoyen présent à l’attentat est capable de continuer sa vie ! Des centaines de consciences détruites, vous rendez-vous compte de l’horreur que vous avez causé Monsieur ? Il est bien trop facile de déployer vos arguments de non violence, ce qui est fait est fait, vous ne pouvez que regretter vos actes ! »
Le procureur continua-t-il son discours blessant ? L’avocat s’imposa-t-il pour sa plaidoirie ?
Notre homme ne l’écoutait plus. Il ferma les yeux, s’enferma dans le monde des souvenirs, et rejoua la scène. Encore et encore.
À onze heure, les acteurs étaient présents. Cette préparation leur avait couté de nombreuses heures de travail et de coordination mais tout était parfait. Un grand nombre de personnes s’étaient soudainement allongées, comme mortes... Pourtant, leur cœur battait d’un même rythme enjoué.
Arthur, le leader du mouvement, se leva. Il prit une grande respiration, et articula des paroles d’une voix douce. Lui avait choisi Baudelaire. D’autres artistes se succédèrent dans une fluidité magnifique. Tous clamaient leurs vers inoubliables qui atteignaient les cœurs et les âmes. Le public goûtait, buvait la voix qui parvenait à leur oreille.
Puis un éclat avait interrompu le silence magique encore jamais créé sur une si grande place... Et ils avaient pris le dernier homme debout, entre deux alexandrins.

« Monsieur le Procureur, veuillez me rappeler la nature de cet attentat s’il vous plaît.
— Il s’agissait d’un attentat poétique. »

57
57

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Flav
Flav · il y a
C'est joliment tourné :) Bonne chance ;)
Image de Dominique HENRY
Dominique HENRY · il y a
J'ignorais tout et plus encore !!
Image de Dominique HENRY
Dominique HENRY · il y a
Aude j'ignorais de ta vie d'auteur à succés !!
Image de Erika
Erika · il y a
C'est le talent ça ! :))