7
min

Keep the faith

Image de July

July

25 lectures

2

Ce soir, c'est samedi. Pour fêter ce non-événement, je m'offre une balade en voiture. Mon baladeur sur les oreilles, la musique se lance de concert avec le vrombissement du moteur.
Je laisse le compte tour grimper, avant de me lancer dans un nouveau périple nocturne.
« A howling wind is whistling in the night
Something's pulling me outside... »
Ce soir, mon instinct prend le pas, je lui laisse le volant.
« In the death car, we're alive. » 1
J'allume une cigarette et inhale avec volupté ma première bouffée de la semaine. Chez moi, je n'y ai pas le droit et cette petite transgression m’emplit d’allégresse.
« I am the passenger and I ride and I ride...
I ride throught the city's backside
I see the stars come out of the sky. » 2
Les immeubles et la pollution donnent à ma nuit, un air poisseux et morcelé. Je sens un étrange sentiment monter en moi. Mon âme se délite dans mes envies. La musique m'entraîne, fait croître un sentiment de révolte.
Trop de bienséance, de gentillesse gratuite tout au long de la semaine, ma dernière escapade est trop loin. J’ai une subite envie de destruction, pour la beauté du geste, pour le plaisir égoïste et malsain, j'en ai besoin.
Le rythme de la musique s'accélère, je pile à un feu rouge. A côté de moi, deux lascars dans une horreur tunée jouent les durs.
« Hey man you know
I'm really okay
The gun in my hand will tell you the same»
Ah, je ne vous ai pas dit, je suis adepte du tir aux pigeons.
« Don't give me no crap
Cause the slightest thing and I just might snap. »
Notamment le fait que l'on me fasse un doigt, p'tit branleur.
« I guess I got a bad habit
of blowin'away. »
Connard, tu ne sais pas à qui tu as à faire. Tu rends vraiment la situation compliquée.
« You stupid dumbshit goddman motherfucker »
Je n'aurais pas pu trouver mieux. Voilà qui remet les pendules à l'heure.
« I'm gonna wreck this fucker's ride. » 3
À vos ordres,Chef. La première balle éclate un pneu avant et bizarrement, je les vois détallés comme des lapins. Mais les mecs, vous allez où? On commence juste à rigoler! L'exercice de style peut commencer. Armée de ma batte, c'est un festival de tôles qui hurlent, de verre qui tinte, tout disparaît dans un cri salvateur et devient enfin beau.
Des badauds s’arrêtent bien un instant mais très vite, la rue redevient déserte.
Une fois que la voiture ne ressemble plus à rien, je remonte dans la mienne, range le flingue et repars en trombe.
J'avale les kilomètres, les lumières de la ville se confondent et forment une masse vibrante. Elles remplacent les étoiles et me font tourner la tête. La migraine me gagne, mes yeux piquent. Le moindre feu tricolore m'agresse et il faut que cela cesse.
« No colors anymore I want them to turn back. »
Je voudrais un interrupteur géant qui éteindrait la ville. Je veux le néant et l'obscurité à perpétuité. Je glisse vers les recoins les plus sombres et les plus mal famés aussi.
« I want see the sun blotted out from the sky,
I wanna see it tainted, tainted, tainted, tainted balck. » 4
Je roule dans ces quartiers où plus rien ne vit mais où tout survit. Je m'y englue, ralentis et contemple la misère humaine. Les corps sales et desséchés d'avoir trop bu tapissent le trottoir.
Des femelles en chaleur vêtues de leurs plus petits atours m’interpellent, m'aguichent. Pour qui me prennent-elles? Elles ne voient que l'argent, ce sont des succubes venus des entrailles de l'enfer.
Tandis que je honnis toute cette humanité, je vois un ange sous un lampadaire. Elle se cache dans son grand manteau et ses boucles blondes caressent ses épaules menues. Quand elle me regarde, c’est un appel au plaisir.
« Been dazed and confused for so long, it's not true. »
Je t'ai cherché à bien des endroits et voilà que je te trouve au milieu de la fange. Je claque la portière et c'est un trottoir de mousse qui m'accueille. A moins que ce ne soit mes jambes qui tremblent.
« Lot's of people talkin, few of them know. »
Oui, peu d'entre eux savent ce que s'est de voir un ange tombé des nues. Tu me souris, à moi simple mortel et mon cœur brûle.
« Gonna love you baby, here I come again. » 5
Elle me prend le bras et m'emmène dans la ruelle. Sa langue de velours, sa peau de soie. Jamais clichés aussi éculés auront été aussi vrais.
Nous ne parlons pas, seuls nos corps s'expriment. Elle laisse ses mains parcourir mon corps alors que j'ai du mal à la toucher. Je caresse ses formes parfaites. Tout n'est que courbes voluptueuses. Ma main droite glisse sous son tee shirt et attrape son sein. Il pèse délicieusement dans le creux de ma main, mes doigts pincent son téton qui durcit. Ma main gauche cherche sa fente, elle la trouve chaude et gluante. Après quelques secondes d'échauffement, elle descend et ouvre ma braguette.
« Oh baby you're so vicious,
You're so vicious. »
Je grandis dans sa bouche, elle fait monter la sève qui parcourt mes muscles. Je commence à entendre mon cœur battre, la voix des anges résonne dans ma tête et au moment où j'entends parler Dieu, elle s'arrête brusquement! Elle parle, elle a l'air de vouloir quelque chose. Je ne le crois pas, c'est de l'argent qu'elle veut ! Elle est comme toutes les autres, je me suis trompé.
Alors qu'elle aurait dû couler dans sa gorge, ma fureur reflue dans mon corps. Je n'entends que la musique qui devient de plus en plus forte, qui me commande.
« Hey why son't swallow razor blades, »
Cet ange qui aurait dû me libérer vient de me damner. Ses lèvres éclatent sous mes coups, je lui en veux tellement. Je n'entends aucun cri, juste mon pouls qui ralentit.
« I step on your hand and I mangle your feet
You're not the kind of person that I even wanna meet. » 6
Et pour éviter qu'une autre âme égarée ne se perde dans tes baisers, je joue mon rôle de berger et tu arrêtes de supplier.
J'entends des cris au loin. A des kilomètres, il me semble. Des gens courent mais personne n'essaie de m'arrêter. C'est d'un pas lourd que je regagne l'intérieur capitonné de ma voiture.
« Yes I did I shot her. »
Une larme coule sur ma joue. Mon amour est toujours déçu. Encore une fois, elle n'était pas à la hauteur de mon désespoir qui enfle et se propage. Il me ronge, me gangrène jusqu'à la Foi. Même Dieu est un salaud, il m'a abandonné après avoir fait de moi ce que je suis.
« Where you gonna run to now?
Where you gonna go? »
Je ne sais pas. Où pourrais-je aller? Je ne veux pas rentrer, je ne peux pas. Pas pour l'instant.
« Goin' way down south
Way down where I can be free. » 7
Ma place est en enfer. Je le veux sur Terre car il est déjà dans mon âme. C'est un pays d'où on ne s'évade pas, je le visite avec plaisir.
Je ressors mon arme et son poids m'apaise. Je loge le canon entre mes jambes, ferme les yeux une seconde, quand je les ouvre tout est clair et limpide. Le carnage peut commencer.
Deux flics font un contrôle d'identité au bord de la route. Je sors l'arme par la vitre.
« Some of those that work forces are the same that burn crosses. »
Un premier passage les met à genoux, épargnant un mec en jogging trop grand. Je vois un des flics se tenir la jambe, l'autre est tombé et ne bouge plus. Je freine brutalement, recule et finis le boulot. “Chaque chose qui mérite d'être faite, mérite d'être bien faite.” disait mon père. J'emmène quelques âmes dans ma balade insensée.
« And now you do what they told ya,
now you're under control. » 8
Je touche encore quelques badauds et bientôt la déco est plus à mon goût. Du sang éclabousse les rideaux de fer gris, coule dans les caniveaux. Des corps gémissent et rampent. Là, une mère se jette sur son petit pour le protéger. Merde, loupé! Par contre,la jeune fille en baggy a son compte. Je fais même littéralement exploser un yorkshire provoquant une réjouissante hystérie chez sa propriétaire. Je ris à gorge déployée.
« It's criminal
there ought to be a whole lot more. »
Beaucoup plus comme moi? Et alors l'anarchie la plus totale, la perfection du chaos. Ressentir enfin la paix, s'essayer à la félicité. Je recharge mon arme et tire quelques cartouches l'aveugle.
« Blood on the street
Blood on the rocks
Blood in the gutter
Every last drop. »
Je suis en osmose. Je suis le bras armée de Dieu, je tue aveuglément, beaucoup et vite.
« The shit that they toss to you
Feeling like a Chrtistian. » 9
Ça y est, j'allume ma dernière cigarette de la semaine et cette dernière bouffée résonne déjà avec nostalgie. Je tourne un moment, changeant de cap brusquement, semant mes poursuivants imaginaires, je suis le roi de la route, je glisse sur elle. Je fonce à toute allure, j’ai du mal à ralentir, pourtant il le faut. Une marée calme monte en moi par vagues successives. La balade est terminée.
Au bout d'un moment, j'arrive devant chez moi. Le jour point et m'irradie d’une lueur spirituelle. J'ouvre la porte en grand, les bras en croix.
« But what's confusing you
Is just the nature of my game
Please to meet you
Hope you gessed my name. »
So if you meet me
Have some courtesy
Have some sympathy and some taste
Use all your well-lerned politesse
Or I’ll lay your soul to waste, um yeah.” 10
Voilà la messe est dite. Enfin, elle commence à 10heures.
Je remonte sur ma croix, là où est ma place en ce bas monde.

notes et traductions:
1 « Le vent souffle dans la nuit,
Quelque chose me pousse à sortir...
Dans la voiture de la mort, nous sommes en vie. »
In the death car, Iggy Pop 1993

2 « Je suis le passager et je roule et je roule....
Je roule à l’arrière de la ville
Je vois les étoiles sortir du ciel. »
The passenger, Iggy Pop 1977

3 « Hey mec, tu sais
Je suis vraiment bien
Le flingue dans ma main te dira la même chose
Ne m’énerve pas
Car la moindre petite chose peut me faire craquer
Je sais que j’ai la mauvaise habitude
De m’énerver.
Je vais démolir la caisse de cet enculé
Tu es un qu’un connard, pauvre merde, nom de Dieu d’enculé de ta mère. »
Bad Habit, The offspring 1994

4 « Plus de couleur, je veux qu’elles deviennent toutes noires
Je veux voir le soleil effacé du ciel
Je veux le voir peint, peint, peint en noir. »
Paint it black, The Rolling stones 1966

5 « J’ai été sidéré et déboussolé si longtemps, ce n’est pas possible
Beaucoup de gens parlent mais peu savent
Je vais t’aimer baby, me revoici . »
Dazed and confused, Led Zepplin 1969

6 « Ho baby, tu es tellement vicieuse
Tu es tellement vicieuse.
Hey pourquoi n’avales-tu pas des lames de rasoirs
Je marche sur tes mains et je mutile tes pieds
Tu n’es vraiment pas le genre de personne que j’ai même envie de rencontrer. »
Vicious, Lou Reed 1972

7 « Oui je l’ai flinguée
Où veux-tu courir maintenant ?
Où veux-tu aller ?
J’irais dans le sud
Dans un coin où je pourrais être libre. »
Hey Joe, Billy Roberts 1962

8 « Ceux qui constituent les forces sont le mêmes que ceux qui brûlent les croix et maintenant vous faites ce qu’ils vous ont dit de faire
vous êtes sous contrôle »
Killing in the name, Rage against machine 1992

9 « C'est criminel
il devrait y en avoir bien plus.
Du sang dans les rues
Du sang sur les pierres
Du sang dans les gouttières
Jusqu'à la dernière goutte.
Ils t'envoient de la merde
se sentant comme un chrétien»
If you want blood You'e got it, AC/DC 1978

10 « Mais ce qui vous intrigue
C'est de comprendre en quoi consiste mon jeu.
Enchanté de vous rencontrer
j'espère que vous devinez mon nom.
Alors si vous me rencontrez
Ayez un peu de compassion et de bon goût
Utilisez votre politesse bien apprise
ou je jetterais votre âme aux ordures. »
Sympathy for the Devil, The Rolling Stones 1968
2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Serge Debono
Serge Debono · il y a
Quel diabolique Road-trip, une véritable mission punitive. J'adore ! Par contre, fallait pas mettre les réponses, j'avais déjà préparé mes réponses au Quizz Rock, moi ! :-D Iggy, Led Zep, Lou Reed, Ac/DC, les Stones... que du bon ! Un grand bravo pour l'atmosphère bien campée et ce personnage toxique à souhait, quant à la fin, chapeau pour l'audace, il fallait oser ;-) Au plaisir, July.
·
Image de Saint Sorlin
Saint Sorlin · il y a
Une super balade déjantée hightway to Hell !
·
Image de July
July · il y a
merci :)
·