4
min

J'avais oublié

Image de El bathoul

El bathoul

196 lectures

44

« Ouf enfin trois jours de repos ! Je vais me régaler »
Mon sac de travail vite jeté dans l'entrée, je cours dans la salle de bain, verse un fond de gel douche qui traîne dans la baignoire, fais couler l'eau, et direction la cuisine ; sortir la viande du réfrigérateur, le fromage, et tout ce dont j'allais me délecter autant que ce bain réparateur. La série de remplacements que je finissais, le froid et l’humidité m'avaient bien entamé. Il me fallait un bon programme cocooning pour récupérer. 
Dans la buée qui m'enveloppait, l'eau brûlante commençait à faire effet sur mon corps tendu et endolori, la mousse parfumée remplaçait les odeurs des patients que je portais sur moi, jusqu'au fond de mes narines. Je me faisais mes plans : le premier jour, liquider les obligations domestiques rébarbatives mais pourtant nécessaires, faire les courses, un peu de ménage, une machine, traiter le courrier, et profiter ainsi des deux jours restants pour faire ce que j'adorais, c'est à dire rien! Me laisser porter par mes envies et la météo.

Mon plateau repas fumant sur mes jambes, la télécommande, la bouteille d'eau, le cendrier et les cigarettes à portée de main ; dernière vérification, il ne me manque rien, rien ne pourra me déloger de mon canapé. Ma compagne à quatre pattes ne tarde pas à peser de tout le poids de son affection sur mes pieds, se met à ronronner m'exprimant ainsi sa joie de me retrouver, et le régal à venir devant ce steak prometteur.
Je n’espérais rien d'un quelconque programme télé ce soir, les chaînes se disputeraient sûrement l’audience à coup d'hommages et images sur l’événement du jour : Johnny n'est plus !
Pourquoi pas. Résignée, je commence un petit tour de zapping, et tombe sur ce célèbre présentateur télé, qui fait une émission en direct ; un coup d’œil à l’écran, il a un visage marqué par la  perte de son ami de toujours et du mal à masquer sa peine. Plus par voyeurisme face aux larmes qu'il avait du mal à contenir que réel engouement pour "l'idole des jeunes", qui n’était pas la mienne, je reste sur ce programme. Ce fond sonore accompagne ma minutieuse entreprise : la bouchée parfaite ! Le bon cube de viande saignante parsemé de fleur de sel, suivi des trois haricots verts qui tentent d’échapper à ma fourchette ; le pari est que cet édifice ne s'effondre pas avant d'atteindre mon accueillant palais.
« huuuummm que la vie est belle », mon bonheur de la soirée se résumait à ce bon repas et aux alarmes du réveil que je désactivais sur mon téléphone !
A l’écran se succèdent tubes du chanteur et témoignages de ses proches quand en sauçant mon plat, mon oreille est accrochée par « Hey Joe » !
« tiens il a chanté ça ? J'avais oublié".
Mon attention se détourne de mon assiette, et les notes, les paroles opèrent cet étrange mécanisme : le flashback.
Peu à peu le brouillard se disperse libérant ce que l'âge, les années qui passent masquent ou priorisent : les souvenirs.
« Hey Joe »...
D'abord j'entends ce grésillement typique du diamant poussiéreux qui, tant bien que mal danse sur un 33 tours gondolé ; puis les images arrivent dans ma tête comme sur un écran lointain. Je quitte le fond de la salle et me rapproche des premiers rangs pour mieux distinguer les acteurs.
Je les vois. Je les revois. Lui petit bonhomme, en pyjama bordeaux rayé de gris, dans ces bras cette blonde aux cheveux longs et aux yeux verts en peignoir blanc, col châle bordé d'un petit volant de satin blanc et qui le dépasse d'une demi tête. Ils sont l'un contre l'autre, lui la maintient fermement ; elle semble réticente son visage tourné vers la porte entrebâillée « les enfants ! ».

Les enfants, Plutôt l'enfant. Du fond de mon sommeil j'avais entendu les sons, lointains, ma curiosité plus forte que les directives implacables données deux heures plus tôt « un dernier pipi et au lit, demain il y a école ! ». Plus je me rapprochais de cette porte, plus je distinguais les notes de musiques qui se succédaient, le bruit feutré que leurs chaussons faisaient, le tout entrecoupé d'un bruit de glaçons qui s'entrechoquaient, d'un autre Johnny qui faisait partie de leur soirée et que cet homme avait invité dans son verre.
Planquée dans un recoin du couloir, agenouillée contre le radiateur, par l’entrebâillement de la porte, j'espionnais mon papa et ma maman.
J'étais là, à même le sol les observant intriguée, curieuse, hypnotisée. Les mains gonflées et  noircies par l’indélogeable cambouis de cet homme, glissaient le long du dos de cette femme, atterrissaient sur ses hanches étroites, l'enserrant avec poigne, ne lui laissant aucune échappatoire. Elle ne semblait pas vouloir se délivrer de cet étau.
Autre rasade, autre morceau, autre ambiance. Il débute par ces quelques notes si particulières, insistantes, presque angoissantes puis la première phrase : « quand tes cheveux s’étalent... », moi je regarde ce soleil d’été qui ondule sur les épaules de ma mère...
Les mots se suivent mais l'innocence de mes 7 ans m'en interdit la compréhension. Ils ne dansent presque pas, ils se touchent, se regardent, se reniflent puis ont ce geste écœurant : beurk beurk beurk ils se lèchent !!! 
Dégoûtée par cette scène, je me réfugie dans ma chambre d'enfant, la tête enfouie sous mes draps roses essayant de ne plus les entendre, d'effacer ces images de ma tête.

42 ans plus tard, devant ce steak qui refroidi et de cette chatte qui réclame pitance par de petits coups de pattes, je réalise que les sanglots s’étaient mêlés aux décibels de la télé laissant libre court à mes larmes qui atterrissaient sur mon peignoir.
Je me lève pour chercher des mouchoirs et reprendre mes esprits, me mouche et me rince le visage ; j'en profite pour faire un café, qu'importe demain c'est repos.
La fumée de ma tasse se mêlant à celle de ma cigarette dans un ballet réconfortant, je réalise que parfois j'oubliais qu'ils n'étaient plus là, que parfois j'oubliais ce qu'ils avaient été. 

Johnny, je pense que tu pourrais faire un crochet par chez eux, où qu'ils soient. Tu y verrais ma mère devant son évier, son ridicule tablier Vichy masquant son joli corps, et tu l'entendrais chanter à tue-tête « Gabrielle » en rinçant sa vaisselle.
Tu y verrais sûrement mon père allongé sur sa banquette, sirotant son whisky accompagné de sa brune et souriant seul devant les répliques de Bérurier.

Alors Johnny tu pourrais faire un petit geste, tu pourrais leur chanter quelques tubes histoire de les faire danser à nouveau ?

Thèmes

Image de Nouvelles
44

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
trop tard pour écrire un commentaire avisé ou une critique fine, mais je dis que j'ai aimé avec bienséance et bienveillance !!!!
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Il n'est jamais trop tard même pour relire ses textes et se rendre compte qu'on a zappé des commentaires :). Merci !
·
Image de Anne Marie Menras
Anne Marie Menras · il y a
Je viens de vous envoyer un message privé concernant Annie et 48h chrono (Annie II)
·
Image de Thierry de Janville
Thierry de Janville · il y a
là ma nurse tu me coup de pointise dans la tronche; c'est pas des trucs à faire à un traine sans patte ! Tu sais quoi ? Il va le faire le Jojo, parce que il avait foutu sacré coeur blessé lui aussi, et il savait gueuler ses galères et celle des autres dans un micro. Alors il va les faire rocker au ciel tes vieux, parce que moi aussi je vais lui demander de le faire. Les saints du paradis, c'est pas mon truc... Mais parfois, j'ai vachement envie de croire aux fantômes qui nous entendent, c'est pas plus con que de croire en Dieu finalement... Et pour certains, on est sur qu'ils nous ont aimé ces lâcheurs. Allez, je colle un j'aime, mais je trouve ça con, on dirait un like de Facebook, c'est nul . Je te donne le bec ma nurse (c'est comme ça qu'ont bise au Québec,
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Voila... le reste en MP, mais là je vais voir mes vieux croulants histoire de payer les factures ;)
·
Image de Pierrot
Pierrot · il y a
des mots intimistes...le murmure d un petit ruisseau enchanteur...
;-)

·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Oh merci d'etre passé et d'avoir poussé la porte :)...
J'ai pourtant hesité a l'ouvrir aux lecteurs .

·
Image de MaPie Mourot-Groshens
MaPie Mourot-Groshens · il y a
J'adore ta plume.
Plus je te lis, et plus j'apprécie cette façon d'écrire comme si tu parlais. Encore mille fois bravo. MP.

·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Merci tu as bien cerné mon écriture ! pour l'instant je ne sais pas faire autrement, et ne veux pas surtout.
Merci pour tes commentaire qui m' encouragent :).

·
Image de Emsie
Emsie · il y a
Incroyable, le pouvoir qu'ont les chansons de nous faire revivre au plus près des moments marquants de notre existence. Encore un très beau texte plein d'émotion, avec cette poésie et ce ton qui n'appartiennent qu'à vous. Bravo et à très bientôt !
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Émsie c'est un commentaire que je prend comme un compliment ! Merci d'être vous :).
·
Image de Afa
Afa · il y a
Autre morceau, autre ambiance, le même plaisir à vous lire.
Mes voix.

·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Metci d'être passée...celui ci j'y tiens pour des raisons perso :)...
·
Image de Sapho des landes
Sapho des landes · il y a
Hommage détourné à celui qui nous accompagné de près ou de loin dans nos propres histoires. Nous avons tous en nous quelque chose de Johnny enfoui dans nos mémoires, une chanson associée à un moment particulier. Une petite remarque en terme de conjugaison. Vous démarrez le début au présent avant de basculer sur l'imparfait et de revenir au présent.
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Je découvre vos visites ici et sur un autre texte ( je retourne au boulot ) je vous répondrais plus amplement ce soir .mais merci pour la remarque personne n'a tilté!!!
Pour faire court , je pense qu' à un moment j'ai eu du mal avec cette part de "personnel"....
Mes textes, les six , datent de fin Novembre, je n'ai aucun recul pour les critiquer, même en les relisant, je ne vous même pas les fautes d'accord ou d'orthographe de base, ils sont pulsionnels . Donc toute remarque est bonne pour les améliorer.
MERCI ...

·
Image de Vaucey
Vaucey · il y a
Un joli texte, avec un hommage au second degré très intimiste... très réussi, bravo :)
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Merci pour la visite et la bonne lecture ;)
·
Image de JACB
JACB · il y a
Un flash-back authentique très émouvant!
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Merci :)...Texte corrigé mais apparaissant encore dans sa première mouture... je m'en occuperais plus tard.
·
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
C’est la madeleine de Johnny ! Un souvenir très attendrissant et fort.
·
Image de El bathoul
El bathoul · il y a
Une comparaison qui me touche. Merci
·