J'ai un mot à vous dire...

il y a
4 min
167
lectures
29
En compétition

J'ai longtemps été fâchée avec l'écriture. Nous nous sommes réconciliées il y a quelques années. Je ne suis pas une spécialiste du rebondissement. J'aime la tranquillité, le réconfort, le  [+]

Image de Été 2020

Académiste prend place derrière son pupitre. Droit comme un i dans son costume en velours côtelé, il tente de sourire, mais il a plutôt l’air de faire un AVC.

— Mesdames et Messieurs, je suis heureux de vous accueillir pour cette cérémonie qui, comme vous le savez, met à l’honneur notre beau dictionnaire.

Dans l’assemblée, pas un mot. Ou plutôt si. Ils sont tous vissés à leur chaise nominative, la nouveauté de cette année. Les visages sont tendus. Des bruits courent depuis des mois sur la nouvelle édition : il paraît que des mots vont sauter.
— Regarde, le premier rang est vide, chuchote Bavard à Demi-Mot.
— Tais-toi, c’est pas le moment de se faire remarquer.
— Je vous remercie pour votre présence et je salue particulièrement la venue de nos retraités qui ont tant donné à la langue française, poursuit Académiste. Comme vous le savez, dans quelques jours sortira la nouvelle édition de notre dictionnaire. Notre mot d’ordre a toujours été de rester dans l’air du temps. Le langage évolue. Nous nous devions de nous mettre à la page. C’est pourquoi j’ai la grande fierté de vous annoncer l’intégration de nouveaux mots, reflets de la jeunesse et du dynamisme.
Académiste lève le poing en l’air pour montrer son engouement.
— Mesdames et Messieurs, je vous demande d’accueillir chaleureusement Licorne, qui officiera à la page 931.
Licorne entre fièrement dans la salle, sous des applaudissements sans entrain.
Au quatrième rang, un mot trépigne sur sa chaise. Poussé par ses voisins, il prend la parole.
— Monsieur, sauf votre respect, nous sommes déjà deux Licorne dans le dictionnaire. Ne pensez-vous pas que cela est suffisant ?
— Votre réaction me surprend ma chère. Je ne vous savais pas aussi égocentrique. Licorne ici présente représente une start-up très puissante dans le monde économique. Rien à voir avec votre animal dont on ne connaît pas vraiment l’existence. Quant à l’autre Licorne, elle n’est pas très brillante. Maintenant, je vous prierai de me laisser poursuivre.
La nouvelle Licorne regarde son homonyme avec mépris et s’installe au premier rang.
— Nous accueillons également Sentience à la page 1482.
— La Sentience sera terrible ! pouffe un mot au deuxième rang.
L’assemblée rit malgré le regard désapprobateur du maître de cérémonie.
— Amusoire, nous nous passerons de vos jeux de mots ! Sentience excelle dans les mutations sociétales.
Sentence bondit de sa chaise :
— Il y a un problème. Une seule lettre nous différencie. Les gens vont se tromper !
— Vous n’avez pas à discuter mes décisions ! Et estimez-vous heureux d’être encore parmi nous. Verdict suffirait amplement à couvrir vos missions. Maintenant, je ne veux plus entendre un mot.
Académiste reprend, les nouvelles recrues défilent sur le tapis rouge.
— Ubériser p. 1657, Smicardisation p.1505, Slasheur, Darknet…
Le premier rang se garnit de mots encrés à la dernière mode.

— Comme vous le savez, notre dictionnaire n’est pas extensible. Il nous faut donc remercier les mots qui ont œuvré avec brio, mais qui ne sont plus dans l’air du temps.
J’ai la joie d’annoncer à tous les mots du deuxième rang que vous bénéficiez à partir d’aujourd’hui de vos droits à la retraite.
L’assemblée est sous le choc.
— Surtout, ne le prenez pas mal. C’est un repos bien mérité. Regardez nos anciens au dernier rang, n’ont-ils pas l’air épanouis ?
Les vieux mots fixent Académiste sans exprimer le moindre acquiescement.
Les mots concernés par la nouvelle sont sans voix. Certains pleurent, d’autres restent de marbre pour ne pas perdre la face. Quelques-uns quittent la salle en claquant la porte.
— Ne partez pas ! Nous avons prévu un cadeau de départ : un bon de réduction de cinq pour cent sur l’achat de la nouvelle édition de notre beau dictionnaire.
Académiste sourit cette fois. Vaniteux et Arrogant se reconnaissent dans ses yeux.
— Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? demande Mensurer. Je n’ai pas assez existé pour avoir une retraite digne d’un mot.
Académiste feint de ne pas entendre.
Enkiridion, retraité depuis longtemps, s’appuie à deux mains sur sa canne et se lève avec difficulté.
— Académiste, je pense que ce mot, comme tous les autres, mérite une réponse.
— Ce n’est ni le lieu ni le moment pour parler de cela.
— Et bien, je vais leur expliquer, moi. C’est un système que je connais bien. Chers collègues, votre pension sera calculée en fonction du nombre de fois où vous avez été prononcé pendant l’année écoulée. Autant te dire que pour toi, Accortise, ça ne va pas être fameux. Par contre, si vous avez été prononcé par quelqu’un de puissant ou de riche, votre mot compte triple. Cela augmentera votre pension.

Révoltés, les mots se lèvent.
— Mais c’est complètement injuste ce système de calcul, s’insurge Amusoire qui n’a plus du tout envie de rire. Pourquoi un mot aurait-il plus de valeur juste parce qu’il a été employé par un président ?
— Je refuse de partir, déclare Chipotier. Je peux encore servir.
Tout le monde y va de son mot.
Face à cette rébellion, Académiste perd ses nerfs :
— Mais regardez-vous, vous êtes des ringards. Vous ne faites pas le poids à côté des nouveaux mots.
Nouveaux mots qui ont quitté le premier rang pour aller se cacher derrière les rideaux.
Enkiridion tente de calmer les esprits :
— Écoutez-moi mes amis. Aujourd’hui, vous êtes terrassés, nous le savons. Cela a été un crève-cœur pour nous aussi lorsque nous avons été remerciés. Nous étions révoltés comme vous, déchirés en mille morceaux de papier et mis à la poubelle comme de vulgaires mots mal orthographiés. Mais nous avons compris que le plus important n’était pas d’être dans un beau livre. Je l’ai quitté il y a longtemps. Tout le monde m’a oublié. Pourtant, cette année, une jeune femme s’est servie de moi pour écrire son premier roman. Pendant deux cents pages, j’étais celui que tout le monde recherchait. Ça ne me fera pas gagner grand sous, mais jamais je ne m’étais senti aussi fier d’exister. Pour nous, rien n’est jamais fini. Regardez Clampin ! Il a été retiré du dictionnaire et en fin de compte ils se sont aperçus qu’il était toujours dans le parlé des gens. Il a retrouvé sa place p.325.
Enkiridion pointe sa canne en direction d’Académiste :
— Et vous là, vous essayez de nous faire croire que vous avez nos destins entre vos mains ? Mais vous n’avez pas le pouvoir. Ceux qui décident, ce sont ceux qui nous disent et qui nous écrivent. Et si un jour une génération veut nous remettre en circulation, vous ne pourrez rien y faire.
Académiste fulmine.
Les deux portes de la salle de cérémonie s’ouvrent. Une personne au visage sympathique entre dans la pièce :
— Excusez-moi d’interrompre votre présentation, Monsieur Académiste. Vous ne me reconnaissez probablement pas. Je suis Typographie. Je fais partie du comité de relecture de notre dictionnaire. Je suis chargé de vous informer que nous avons dû procéder à une dernière modification.
— Venez-en aux faits, jeune homme !
— Lors de la mise en page, nous avons constaté qu’il y avait un mot en trop. Nous ne pouvons imprimer notre dictionnaire dans l’état.
— Et bien, enlevez-en un !
— C’est ce que nous avons fait et c’est la raison de ma venue, répond Typographie en dépliant une feuille de papier. Académiste, je suis heureux de vous annoncer que vous êtes à la retraite à partir d’aujourd’hui. Académicien, déjà existant, prendra votre succession. Au nom de l’Académie, je vous remercie pour toutes ces années que vous avez consacrées à la langue française. Dans cette enveloppe, vous trouverez le montant de votre pension. Une toute petite pension, Monsieur, vous n’étiez pas très employé. Vous vous seriez appelé Alvéopyge, nom que l’on vous donnait ici, le montant aurait été tout autre.

29
29

Un petit mot pour l'auteur ? 33 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
C'est génial ! J'ai adoré, l'idée, l'écriture ... bravo !
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Viviane. C'est très gentil.
Image de Mireille Bosq
Mireille Bosq · il y a
Un bel inventaire qui permet une histoire très originale. Toutefois, il manque un mot à la mode: présentiel. (Bien entendu j'ironise!)
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Ingénieux ! J'ai beaucoup aimé. Belle continuation.
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Françoise
Image de Marion Vianais
Marion Vianais · il y a
Superbe Aurélie !
Bravo pour le texte j’ai adoré le lire ;)

Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Marion, c'est très gentil.
Image de JFG Sanshiro
JFG Sanshiro · il y a
Superbe, une belle idée, une très belle réussite.
Très brillant.
Un bon début de scénario de film.

Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci pour votre commentaire JFG.
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
C'est juste grave tcharbé ! Je kiffe !
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Alice
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
Très savoureux au premier comme au deuxième degré ! Et je confirme que ces mots existent, si toutefois Google est digne de foi ;) ;) ;)
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Joëlle. Oui, oui, tous les mots existent et je me suis bien amusée à les choisir.
Image de Marie Quinio
Marie Quinio · il y a
Haha génial Aurélie ! Belle idée de texte, mené avec beaucoup de subtilité (celui-là restera à sa place, c'est certain ;)
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Marie. Et oui, il y a des mots qu'on ne pourra pas remplacer.
Image de Fleur A.
Fleur A. · il y a
Superbe idée !
Image de Aurélie Gloux
Aurélie Gloux · il y a
Merci Fleur.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Déchéance

JP

Bonjour,
Je me présente.
Mon nom est Deux Chevaux Citroën, mon prénom Charleston, mais mes amis m'appellent Deudeuche, Dodoche voire même Titine. Pour ce dernie... [+]