Ivresse nocturne en mélody

il y a
1 min
211
lectures
2
Finaliste
Jury
Je rentre d'une soirée, l'alcool a imprégné mon esprit.
Tout à coup, tu apparais à mes côtés remplie d'ivresse, tu as froid. Tu poses ta tête sur mon épaule, j'embrasse ton front. Ma main vient caresser tes cuisses.
Au détour d'un petit chemin, je gare le véhicule.
J'ai envie de toi maintenant, tout de suite, sans artifice. Je coupe le moteur allonge la banquette, tu me tournes le dos.
Je soulève ta jupe écarte la dentelle, je suis un homme heureux, tu es divinement belle. Je frôle doucement ton sexe humidifié puis, je m'introduis entre tes lèvres.
Je commence tranquillement, puis cogne tes reins fortement. Ton corps subit mes turbulences, ta tête s'écrase sur le siège, je te secoue puis, je m'arrête.
Je viens avec mes mains effleurer ton bassin, je pose mon visage face à ce beau dessin.
Ma langue voyage sur ta peau, de ton nombril jusqu'à tes seins, dans la lumière et les ténèbres.
Je te mange je te dévore, te veux te regarde t'explore, je me rassasie de ton corps.
Nous descendons de la voiture, dans mes bras tu as bien chaud, je t'installe sur le capot posé sur une couverture, tu accroches tes jambes à mon cou. Je reprends le cours de ma danse, je balance la cadence en rythme je bats la mesure.
En fond sonore un air s'enclenche, et nos corps chantent la décadence.
Le ventre sur la couverture, jambes écartées sur la voiture, j'explore profondément les sentiers de ton postérieur. Il est beau vu de l'intérieur.
Je m'arrête sur les points sensibles, je ne néglige aucune cible, je te foudroie de part en part, t'en pince pour moi et j'en profite.
J'enfonce mon sexe, tu veux de l'amour, le tien m'appelle, je me sens aspiré, il me dévore, je disparais.
Tes hurlements me font jouir, je suis en toi, je me noie dans ton sang, je coule dans tes veines, et là je meurs en Mélody.
Je suis saoul j'ai envie de toi, je rêve, je ris, je crie de joie.
Jamais je n'oublierai cette nuit magnifique, ton beau petit valseur qui dansait contre moi.
J'espère que mes rêves sont prémonitoires, qu'ils prendront part à notre histoire.
Dans la rosée du matin, je marche sur ce petit chemin, je suis seul sans toi, et depuis des heures, je pleure.

2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Terrasse

Hermann Sboniek

C’est une terrasse en bois au-dessus de la jungle Birmane. Elle ceinture une maison construite à flanc de colline. Sa partie la plus large semble posée sur des frangipaniers en fleurs. Puis le... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]