It Was Raining

il y a
3 min
17
lectures
2

J'aime le fantastique (je suis une Licorne après tout...) l'imaginaire et tout ce qui ne touche pas les pieds sur terre... J'explore les formes qui ne me sont pas habituelles, comme les haïkus et  [+]

Nous sommes à Gullane, non loin d'Edinburgh, il pleut des cordes et Léa est assise au bord de la falaise. Gullane est une ville chiante à mourir dont la principale activité est le golf. Passionnant quand on a 19 ans et que votre père à planqué tous vos vynils!
Léa a bien des amies mais elles sont loin, Edinburgh c'est à 30 bornes, et elle n'a pas de voiture. Prendre le bus? Oui mais après elle doit rentrer avec le dernier bus, à 19h30 et ça fait trop tôt! Rien à faire, elle s'ennuie.

Il pleut toujours. Elle pense à Antoine, un jeune français qu'elle a rencontré sur internet, elle voudrai tant le rencontrer, ou au moins pouvoir le contacter, mais rien est ouvert le dimanche, même pas l'unique Cyber de la ville et puis elle n'a pas vraiment envie de rentrer chez elle... Alors elle reste face à la mer à ruminer ses pensées, et elle s'endort, malgré la pluie et le fracas des vagues sur la falaise.

Une silhouette au loin.
"Antoine, Antoine, ne m'abandonne pas! Reviens!!!!"

"Je ne peux pas avancer, quelque chose m'en empèche! Tends ta main, essaye de me toucher!"

Elle tend la main et attrape sa chemise. Il ne pleut pas, le ciel gris se reflète dans les yeux d'Antoine.
Elle se relève, le regarde et plonge ses yeux dans les siens.

"Je veux te voir, je veux te parler, je veux qu'on se voit souvent..."

"Mais j'habite à Brest... Je ne peux pas venir, je suis trop loin..."

Une vague plus forte que les autres soulève Antoine de terre et l'emporte dans l'eau en furie.

Léa s'eveille en sursaut. Il ne pleut plus autant, et la mer s'est un peu calmée. Léa se lève et commence à marcher le long de la falaise. Ses pensées fulgurent dans sa petite tête de "pré adulte". Tous les moyens sont bons pour faire venir Antoine dans son bled. Eh mais pourquoi lui viendrait? Elle va le rejoindre! Elle va prendre le train ou le bus jusqu'a Londres et là elle prendra le Channel, Elle reussira bien à le rejoindre!
Elle court comme une folle vers chez elle. En route elle croise des gens mais ne s'en rend pas compte.
Elle arrive en trombe dans la cuisine.

"Maman!!! Je vais une demi heure sur le net!"

"Oui si tu veux. mais prend une douche d'abord! tu es trempée!"

"Nan ça va!"

Elle se met en ligne, contacte Antoine et ils causent, elle lui expose son projet, et il acquiesce. A une condition, que ce soit lui qui vienne.
Alors le train de l'amour se met en marche, le coeur de Léa s'emballe, elle plane loin de Gullane, de la pluie, de la falaise...

Une semaine après, Léa est sur le quai de Waverley, la gare d'Edinburgh, et lorsqu'elle aperçoit la silhouette d'Antoine c'est comme une decharge dans sa tête.

Elle lui montre tous ses coins, ils parlent à longueur de journée mais quelque chose ne va pas...
Un mois se passe, Antoine et Léa sont aux 400 coups tout le temps. Les amies de Léa sont jalouses du bonheur qu'ils montrent tous les deux. Les yeux d'Antoine font tourner les têtes...
Les sorties en boites s'enchainent et Léa se rend compte petit à petit qu'elle aime beaucoup Antoine mais pas comme elle l'esperait...

Un soir de sortie, ils étaient tout deux dans une boite à tendance gaie, le Blue Moon, Antoine lui parle et elle l'écoute perdue dans ses yeux. Enfin, elle ne l'écoute pas, elle se laisse bercer par sa voix, jusqu'a se qu'une jeune fille vienne s'asseoir à leur cotés.
"Excusez moi, je vous vois depuis tout a l'heure, vous etes trop mignon! mais vous n'êtes qu'amis, non?"

"Oui c'est vrai, on n'est qu'ami! Et toi qui est tu?"

"Je m'appelle Doreen. Et en fait je voulais juste direr à ton amie, qu'elle est vraiment superbe, comment vous appelez vous?"

"Antoine."

"..."

Léa était subjuguée par la gentillesse de Doreen, par tout ses gestes si gracieux, par tout son etre finalement...

"Léa?"

"Hein? Pardon je... Tu m'as dit quoi? J'était perdue dans mes pensées..."

"Avant que Doreen arrive je te disais que nous ne pourrions vivre en couple parce que je suis Homo..."

"Ah ok... C'est pas grave je t' aime mais pas par amour, disons que je tiens a toi... Et Doreen, tu habite où?"

"Une ville rasoir, "

"Hum... Laisse moi devinez... Gullane?"

"Tu connais?"

"Oh oui..."

Le Blue Moon devint leur quartier général, et petit à petit, Léa se fit au fait qu'elle aimait Doreen. Mais de là à lui avouer...
Un soir un peu trop arrosé, Antoine revint avec Pete, un blondinet au yeux vert, assez mignon mais qui laissa Léa tout a fait indifferente, elle était triste, Doreen n'était pas venue à leur soirée, il pleuvait à plein temps dehors, mais Léa disait que c'était pire dans son coeur...
Elle commEncait à s'endormir sur son bras quand deux mains douces et légères passèrent sur sa taille. Alors qu'elle se retournait pour voir qui c'était ,Doreen l'embrassa et un léger sourire passa sur les lèvres d'Antoine, il savait, lui que Doreen arriverai, mais ce qu'il ne savait pas, c'est que Doreen allait offrir un énorme bouquet de roses rouges à Léa...

Tous les quatre, ils sortirent sous la pluie battante pour se promener et prendre une bonne douche Ecossaise... Léa avait une immense sourire aux lèvres et Antoine souriait tout autant!
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Dans l’ombre de la 414

Elodie Torrente

La première fois qu’ils se sont vus ? C’était au niveau de la porte tambour, côté mer. Une scène digne d’un Lelouch. Moi qui fredonne chabadabada à chaque fois que je rentre dans... [+]