4
min

Ironie du sort

Image de Samouraï

Samouraï

4 lectures

1

Ahh Mon dieu, ahh seigneur qu’ai-je fais, qu’ai-je fais bon dieu pour mériter tout cela la foudre s’abat sur moi, le ciel me tombe sur la tête, le malheur fait de moi sa victime pourquoi, pourquoi bon dieu pourquoi ahhhhhhh mais à quoi bon la peine de demander pourquoi si on sait très bien que notre question restera sans réponse ah ! Excusez mon impertinence, je déambule ici et là sans même me présenter, je m’appelle Frank Meister je suis psychologue, enfin, je pense l’être ou plutôt encore l’être. Tout ce que je sais c’est qu’en sortant d’ici cette affaire sera close, du moins, je l’espère.


La raison de ma venue ici est très simple, mais à la fois si compliquée bien sûr vous me jugerez d’une personne contradictoire, mais avant cela laissez-moi vous dire que ma vie elle-même est une contradiction vous devrez surement être perdue n’est-ce pas ? Ce n’est pas bien grave vu que moi-même je n’ai pas encore très bien saisi ce qu’il m’est arrivé. Alors, je vous comprends parfaitement, mais que diriez-vous si je commençais par le commencement hein? N’est-ce pas là une bonne idée ou peut-être bien que non. Comme je vous l’ai dit je ne suis pas sûr, ou plutôt je devrais dire plus sûr de rien, après ce que j’ai vécu. Je me suis rendu compte que dans la vie toute ces choses qui nous entourent sont dérisoires, elles sont tellement pourvu de sens que je me demande comment fait-on pour les trouver importante. Par le passée, je fus une de ces personnes qui ne couraient qu’après les biens matériaux et laissaient de côté les vrais biens. Vous me prendrez peut-être pour un philosophe, d’autre pour un penseur ou tout simplement pour un fou qui après avoir lu un livre de philosophie se prend pour la raison personnifiée. En plus, vous n’avez pas vraiment tort. Mais bon, que voulez-vous que j’y fasse, ma vie est une ironie du sort.


Comme d’habitude, je me suis rendu au travail, tout allais pour le mieux j’étais très bien payé avouons-le tout de même. J’étais payé pour traiter des cas de plusieurs sortes. Certain me demandent : docteur pourquoi suis-je triste malgré tout ce que j’ai? Ou bien : docteur je trouve que ces dernier temps kiki est triste, vraiment docteur, je ne sais plus quoi faire, croyez-vous qu’il fait sa crise d’adolescence que je devrais faire ? Vraiment celle-là, j’en avais par-dessus la tête de ses problèmes ou plutôt ceux de son chien mais bon tant que j’étais bien payé qu’il fasse sa crise d’adolescence ou non cela m’importais peu. Toutefois, on dit qu’après le calme vient la tempête ou, pour moi, après la noirceur vient la lumière, mais bon .Un jour mon directeur m’annonce que je vais prendre les clients de mon collègue qui en a eu marre et qui a préféré quitter avant qu’il ne se retrouve à leurs places. Personnellement, cela ne me dérangeais en rien. Un client de plus ou un client de moins ne changerait rien à part le salaire.


Donc je disais que j’allais avoir de nouveaux clients, je vais commencer dès demain. Comme d’habitude, je quittais ma demeure pour me rendre au travail. Alors là, je peux vous dire que ma journée ne venait que de commencer ou plutôt ma journée invraisemblable venait de commencer. Alors mon premier patients, ah celui-là, il n’en existe pas deux comme lui. Il fit une entrée remarquable en se clamant descendant de Zeus et roi de la conquête, sérieusement celui-là, je comprends son admiration envers Alexandre mais de là à se prendre pour Alexandre le grand il est parti loin quand même. Le plus drôle de la chose, c’est qu’il se mit à me parler de la façon la plus sérieuse au monde, de la manière dont il allait conquérir le monde avec son armée qui n’attend que ses ordres pour attaquer et en me montrant son plan d’attaque et sa carte du monde. Alors celui-là, je l’ai envoyé conquérir la raison, je ne peux que lui souhaiter bonne chance car la raison disparait de plus en plus sur terre pour presque ne plus y exister.

C’est drôle n’est-ce pas ? En parlant de blague, cela me rappelle cette calamité ambulante, il se prénommait Olivier Passeul. Effectivement, il n’était pas seul dans sa tête celui-là, il se disait un grand humoriste. Personnellement, je pense que juste avec ce nom il a dû en faire rire plusieurs. Il était venu me consulter parce qu’il trouvait que le public ne riait pas assez à ses blagues. Je croyais que c’était seulement un petit peu de trac et que cela partirait, mais je m’étais trompé. En effet, après avoir entendu quelques blagues de son répertoire je peux vous dire que ma vision de l’humour a changé. Je crois bien que je suis devenue adepte d’humour noir. Que voulez-vous, dans ce monde il n’y a rien de mieux que l’humour noir. Alors celui-là, je l’ai envoyé chez un psychiatre question qu’il devienne un peu plus seul dans sa tête, je crois que cela lui sera du plus grand bien.


Mon prochain patient était ce qu’il y avait de plus invraisemblable. Il était écrivain de roman policier pour jeunes, quoi de plus banal, mais attendez ce n’est pas tout! Il me racontait que malgré qu’il soit un très bon écrivain, ses livres n’étaient pas des plus appréciés. Question de mieux comprendre mon client, que ne ferrait-t-on pas pour ses clients. Ah, j’achetais un de ses livres pour en faire une petite analyse. Ma conclusion est très simples, son livre est des plus assommants, mais le pire reste à venir écoutez bien; l’auteur voit son idéal de lui-même à travers son personnages principal qui est lui aussi auteur de roman policier et qui est très connu, très apprécier et dont l’aide est solliciter par la police pour régler des affaires policières. Vraiment, alors là, je suis partit d’un fou rire je n’ai même pas pris la peine de terminer ma lecture. Le lendemain, il était mon premier client alors pour faire ma bonne action de la journée je lui ai fortement conseillé de laisser tomber le style policier et de se consacrer à la tragédie en lui disant de parler de son expérience personnelle. Il aurait nettement plus de succès. Enfin, je l’espère, plus triste que le fait de s’inventer une vie à travers des romans policier pour jeunes. Quoi de plus tragique, selon moi.


Après avoir passé un peu plus d’un mois avec les clients de mon collègue, la raison de son départ pour moi est devenue plus claire que de l’eau de roche. J’ai quand même gardé une bonne expérience de vie de cette aventure. Comme je l’ai dit plus tôt, les rayons du soleil ont percé les nuages noirs qui obstruaient ma vision du monde. J’ai compris que dans la vie, ce n’est pas seulement en traitant des clients comme ceux que j’avais avant que je vais pleinement comprendre ce qui m’entoure. En effet, je peux bien vous l’avouer, avant je n’avais aucune idée de ce qu’était l’humain entre guillemet. Le vrai, celui qui a des vrais problèmes, celui qui se préoccupe d’autrui pour le simple fait d’aider son prochain et non parce qu’il est payé pour ou parce qu’il cherche une certaine reconnaissance mais simplement parce que cette personne est quelqu’un qui veut le bien de tout le monde. Maintenant, j’y vois plus claire nettement plus claire. Dans le monde où on vit rien n’est plus immoral. Tout a été banalisé au point de tous rendre normal, mais bon, que pouvons-nous changer? Je ne suis pas vraiment une personne optimiste qui pense que le geste d’une seule personne peut changer quelque chose. Je pense que les personnes optimistes sont des êtres qui ne vivent pas dans la réalité du monde d’aujourd’hui. Comme je l’ai dit plus tôt, l’humour noir est le type d’humour le plus adapté de nos jours. Quelle ironie un psychologue qui consulte un Psychothérapeute, mais bon, merci docteur et à la semaine prochaine.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Samouraï
Samouraï · il y a
Bonne histoire
·