3
min

Insomnie

Image de Armen

Armen

1 lecture

0

Qu’elle heure est-il donc ?
Tic. Tac – Tic. Tac...
Seulement deux heures ? J’aurais juré qu’il était plus tard que cela. Est ce que j’ai dormi ? Voyons. Je me suis couché à onze heures. J’ai lu pendant une demi-heure. Je me suis endormi... Quand ? Mettons un quart après. Durée totale du sommeil deux heures un quart. Mon Dieu ! .Je suis parti pour une nuit blanche.
Tic. Tac
Qu’elle est bruyante cette satanée pendule ! Voilà un engin ridicule et énorme.
Comme ce fait-il que je ne puisse jamais dormir lorsque Lily, ma femme, n’est pas là ? Voilà un oreiller vide, rebondi parce qu’inutilisé ; ce drap et cette couverture nets tout deux. J’ai l’impression de n’être qu’à demi vivant lorsque la place de Lily à côté de moi est vide. Cette chambre semble déséquilibrée, froide et silencieuse, sauf :
Tic. Tac – Tic. Tac
Rien à faire pour dormir. Si je prenais un somnifère... Mais il faut se lever. ..les pieds nus sur le pavé glacé de la salle de bains. Lily, a-t-elle acheté des pantoufles pour mon anniversaire ? C’est la semaine prochaine. Une femme de tête, ma Lily, elle a surement déjà acheté mon cadeau, bien ficelé et bien emballé.
Michel Henry travaille avec Lily. Il a toujours des remarques papelardes. Il ferait mieux de s’occuper de sa propre femme. Si vous me le demandez, je vous dirai que c’est de la jalousie. Il se dit que Lily gagne plus d’argent que moi... Il n’y a pas de mal que Lily gagne plus d’argent que moi ! Il y a pas de mal a ce qu’une femme travaille et qu’elle réussisse dans son métier.
Tic. Tac
Qu’elle est bruyante cette satanée pendule ! Je me demande si Lily dort à cette heure si. Elle n’est jamais inquiète. Moi, je ne peux jamais dormir dans une chambre d’hôtel. Je hais les lieux inconnus, les lits dont je n’aie pas l’habitude. Lily, ça ne lui fait rien. Elle aime voyager, agir, gérer, organiser. Voir des clients, les matins où elle travaille. Elle est jolie femme Lily, en plus, une femme de tête, elle a le sens des affaires. Je devrais être fier, Bon Dieu, j’en suis fier.
Ca me rappelle quelque chose, qui donc disait cela ? Ah, oui, Demange. En soirée le mois dernier, leur soirée. Ca ne m’a pas plu cette soirée ; je n’ai pas apprécié la façon dont tous m’on traité : que ce soit Michel Henry et sa femme et même Demange, j’aurai pu leur dire deux mots. Je gagne une fois plus d’argent que Lily, malgré toute sa compétence. On ne paie jamais les femmes comme elles le méritent, c’est l’habitude. C’est donc dur d’être une femme. Lily s’en plaint parfois et je ne peux vraiment pas la blâmer.
Tic. Tac – Tic. Tac
Presque deux heures et quart. Il faut pourtant que je me lève à sept heures.
Qu’est ce qui me prend donc ? Pourquoi suis-je toujours en train de penser à George Demange ? Un brave type. J’ai du mal à me le représenter comme le bras droit de Lily. Terriblement jeune, plus jeune que Lily. Joli garçon ? Je le suppose. ! , Qui a dit qu’il n’était pas séduisant ? Ah, oui maintenant, je m’en souviens. C’est Lily. J’ai dit que George Demange était beau garçon, elle a dit que non. Bizarre, Lily a de bons yeux pourtant.
Et si George était allé aussi à Paris ? Ce serait tout naturel. George accompagne sa supérieure. Un rendez-vous important avec un client, le sous- directeur doit y aller aussi.
Je n’ai plus du tout envie de dormir.
Tic. Tac – Tic. Tac
Je hais cette pendule achetée hier par Lily, avant son départ pour Paris. Bizarre, Lily a tellement mauvais goût parfois. Pourtant elle a offert un portefeuille en cuir à son sous directeur. De bon goût... Mais je n’aime pas qu’elle fasse des cadeaux à George Demange. Ce n’est pas un bon principe. Il faut tenir ses subordonnées à leurs places.
Je me demande s’il fait froid à Paris. Je n’ai pas regardé la météo à la télé. Si Lily a froid dans cette chambre d’hôtel ? Elle a pourtant amené un tas de vêtements. Beaucoup trop pour un voyage de deux jours. Trois valises... Je me demande pourquoi elle a prit tant de choses...
Après tout, c’est peut être naturel. Les dîners avec de gros clients, les soirées en ville...
Tic. Tac
Sacrée pendule ; un vrai marteau piqueur – j’aurai mieux fait de garder mon vieux réveil, plus moderne et sans bruit. Lily a du acheter cette pendule au rabais. Affreux engin, je me demande où elle l’a eue.
Deux heures vingt cinq déjà. Je ferais mieux de lire encore un peu. J’ai les yeux qui me brûlent. Pourquoi trois valises ? Bizarre qu’elle ne m’ait pas téléphoné de son hôtel. Elle le faisait à chaque voyage d’affaire, mais au fait, je ne sais pas le nom de son hôtel à Paris. Elle a fait cinq déplacements depuis le mois dernier. Toujours avec George Demange
Tic. Tac... George Demange...
Mais non de non qu’est ce que je fabrique ? Ca ne peut plus durer comme ça... Pour quelle espèce d’idiot me prend-t-elle donc ?... George Demange... Pardi c’est clair comme de l’eau de... Non, mais à qui croit- elle faire avaler ça ? Des voyages d’affaires, toujours avec son adjoint, je téléphonerai au bureau de ma femme tout à l’heure. On verra bien, je n’ai aucune confiance en George Demange, je n’ai confiance en personne. Me prend-t-elle donc pour une poire.
Tic...Tac.
Satanée pendule. Je vais balancer cette saleté par la fenêtre dès demain matin. Quant à ce George Demange, je vais lui broyer sa face, quand je le reverrai. Mettre d’abord la pendule en pièce détachée. Venez ici pendule...
Tic. Tac – Tic. Tac – Tic. Tac...
C’est la pendule la plus grosse que j’aie jamais eue en mains. Lily, et son goût abominable. Mauvais goût pour les pendules. Mauvais goût pour les hommes...George Demange... Que s’imagine-t-elle donc ? Pour qui me prend-t-elle ?
Bizarre cette pendule ! Je n’en avais jamais vu comme celle-là mais pourquoi fait elle tout ce boucan, où a-t-elle donc eu ce machin ridicule ? Non, avez-vous jamais vu une pendule avec des fils qui dépassent....
Tic...Tac-Tic ..Tac
Tic ..Tac
Tic.....
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,