1
min

Improvisation

Image de Arya

Arya

5 lectures

0

Il y a cette musique qui résonne, dans la pièce d'à côté. Cette musique si douce, cette musique ensorcelante, cette musique si agréable. Une voix aussi. Une voix trop lointaine pour être entendue. Je ferme les yeux et la laisse pénétrer mes oreilles. Elle me réchauffe et m'envahit de tellement de souvenirs. Mais je les chasse. Je ne veux pas réfléchir. Je ne veux pas penser. Je veux juste rêver. Rêver de choses fabuleuses, de sentiments plaisants et de personnes attachantes. Je me laisse bercer et tombe dans des songes plus profonds que le plus profonde des abysses.

Les fleurs tombent autour de moi, petites paillettes roses et blanches. Elles me caressent, me frôlent. Je les sens, tout contre mon coeur. Des fleurs chantantes, elles sont. Et il y a un feu. Qui réchauffe, qui illumine, qui réconforte. Ce genre de feu qu'on allume lorsque la tristesse nous envahit et que la solitude est plus forte que tout. Il décongèle notre âme, panse nos blessures et adoucit notre mal. Il soulage et console. Tout le monde a besoin de son feu.

La voix devient plus forte. Elle grossit, grossit, grossit. On pourrait l'entendre jusqu'à des kilomètres. Mais il n'y a que moi, pour entendre ce murmure de tendresse, et ces mots de joie. Des frissons, tout le long de mon corps, sur chaque parcelle, chaque centimètre-carré. Sur ma peau, des picotements, des picotements qui font du bien. Qui ravivent la flamme de bonheur qui nous animait avant. Ça nous rappelle des choses, des soirées d'été, sous le soleil couchant, avec notre famille qui nous entoure, qui rit aux éclats, et qui partage de la joie à qui en veut. Juste une voix, pour faire tout ça. Une voix qu'on ne remerciera jamais, une voix qui sera là, dans notre tête, lorsque le silence sera présent.

La lumière jaillit. Éblouit. Des étoiles dans la tête. Une main qui nous secoue. Des paroles douces dans l'oreille. Chuchotement familier. Murmure calmant. On revit, revient à la surface de la Terre. La chaleur est toujours là, enfermée dans notre coeur pour qu'elle ne puisse pas s'échapper. Pour la garder pour des gens seuls et abandonnés. Pour la donner à qui vient, pour la distribuer aux sept milliards de petites lumières qui peuplent la planète de leur amour et leur générosité.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème