IMAGINE ( 3eme PARTIE : LA DECOUVERTE)

il y a
6 min
26
lectures
5

J'ai toujours adoré lire et cela fait longtemps que je voulais tenter d'écrire. Je m'y suis mis tardivement, lorsque j'ai eu plus de temps libre et je me suis pris au jeu, j'y prends beaucoup de  [+]

Quelques jours plus tard, je décide de rejoindre Zarah. J’ai terriblement envie d’en savoir plus, c’est l’occasion rêvée de découvrir ce qu’est un ashram. Elle semble avoir une longue expérience de l’Inde, elle m’apparaît comme la personne idéale pour m’initier aux traditions de ce pays et m’aider dans ma recherche de spiritualité. Je sens au plus profond de mon être que je dois la revoir. Je suis attiré malgré moi vers ce lieu et vers cette femme. J’y pense constamment depuis notre rencontre. Ce n’est plus ni ma raison, ni ma volonté qui guide mes pas, j’éprouve une sensation de fascination incontrôlable.
Je me lance donc dans la grande aventure des transports indiens pour rejoindre l’ashram où réside Zarah. Je dois d’abord me rendre dans une petite ville située au pied de l’Himalaya à environ deux cents kilomètres de Delhi, et pour cela, je prends le train à Delhi. Le trajet dure en principe quatre à cinq heures. Ensuite je dois trouver soit un taxi, soit un rickshaw, pour une durée d’environ une heure avant d’arriver à destination. Zarah m’avait dit « c’est proche de Delhi et c’est très facile »... Peut-être, mais comme je le découvris, elle avait oublié de me préciser que c’était avec l’aide et la protection de l’un des nombreux dieux adorés par la population locale, de Shiva à Vishnou en passant par Krishna, Ganesh ou Brahma et leurs nombreux avatars, pour affronter sans dommages les aléas de la circulation locale, les horaires des transports en commun donnés à titre indicatif et non respectés, leur extrême lenteur, même à bord des trains les plus rapides, toujours bondés et à l’hygiène approximative. Heureusement, les Indiens sont très attentifs aux égards et à la courtoisie ; les rapports humains s’inscrivent dans le cadre de codes bien précis, ce qui, comme je l‘appris par la suite, découle du système hiérarchique des castes où chaque individu est tenu de respecter son rang et de rester à sa place. Mais comme partout, il peut exister des exceptions parmi cette foule gigantesque, et il vaut mieux garder un minimum de prudence au cours de ses déplacements.
C’est donc après plusieurs heures de voyage, beaucoup de patience, de persévérance et d’émotions que je finis par arriver à Swargashram, le quartier des ashrams à l’ouest de Lakshman Jhula où se trouvent également de nombreux ghâts(*) sur la rive droite du Gange.

(*) Un ghat (en sanskrit घाट (ghāt)) désigne en Inde les marches qui recouvrent les rives des cours d'eau ou les berges des bassins et permettent de descendre au contact de l'eau, le plus souvent d'un fleuve sacré. C'est un lieu de baignade important pour les ablutions rituelles des hindous.

Site célèbre où des millions de visiteurs viennent chaque année, chercheurs spirituels, yogis assidus, touristes de tous horizons, ou tout simplement personnes à la recherche de la paix. Cette petite ville aux pieds de l’Himalaya est devenue célèbre en Occident il y a quelques années après les séjours des Beatles et autres grandes stars, ce que j’ignorais totalement et découvris sur place. De nombreux ashrams sont implantés dans cette ville offrant des cours sur la méditation, la musique indienne, la philosophie hindoue, et bien d’autres pratiques locales telles que le tantrisme. C’est donc avec quelques difficultés, et après plusieurs recherches infructueuses, que je finis par découvrir l’ashram où je devais retrouver Zarah.
Je franchis un grand porche débouchant sur une longue allée bordée d’arbres fleuris. Je gravis quelques marches, une jeune femme se dirige vers moi sans une hésitation, d’un pas décidé. Nous ne nous sommes jamais vus. Son attitude est bienveillante, elle esquisse un sourire énigmatique et complice. Elle semble apaisée, satisfaite de se trouver là pour m’accueillir. Zarah est absente pour plusieurs jours, elle lui a demandé de s’occuper de moi. Elle me dévisage avec attention, elle est vêtue d’une tunique blanche toute simple, elle me demande de la suivre d’une voix très douce.

- Je m’appelle Aure. Comme toi je suis Française et je réside ici depuis plusieurs mois. Viens avec moi je vais te conduire à ta chambre, tu y trouveras du thé et de quoi te restaurer. Je te laisserai te reposer, tu dois en avoir besoin. Les voyages en Inde sont toujours extrêmement fatigants pour nous les occidentaux...

- Merci beaucoup, moi c’est Chris... J’ai effectivement besoin de dormir, tu as raison, je me sens épuisé...

D’emblée, nous nous sommes tutoyés sans réfléchir. Nous sommes de la même génération. Cette jeune femme d’apparence très douce, a beaucoup de charme, mais semble être ailleurs... Ce n’est probablement pas le hasard si Zarah lui a demandé de m’accueillir, pensais-je en la suivant avec un plaisir non dissimulé. La suite confirma ce pressentiment, elle m’accompagna tout au long de mon séjour.
J’allais découvrir rapidement que « Shram » signifie intense effort, et que les règles de l’ashram sont très rigoureuses. C’est ce que m’explique Zarah dès le lendemain de mon arrivée.

- Chris, si cela ne t’ennuie pas on se tutoie, ici c’est la tradition comme te l’a peut-être déjà expliqué Aure. Je te propose le programme suivant pour les semaines à venir : Réveil à cinq heures du matin, séances de yoga, repas végétarien, cours ultra physique, dans le but de transformer ton corps et ton esprit, te rendre plus fort et apprendre à maîtriser tes émotions pour grandir intérieurement et pouvoir t’engager sur la voie tantrique. Bien sûr tu es libre de nous quitter quand bon te semble, il n’y a aucune obligation, hormis celle de participer aux travaux quotidiens de la communauté dont tu feras partie si tu donnes ton accord. Tout cela doit être librement consenti. Au début tu vas trouver cela difficile, mais si tu joues le jeu, tu te sentiras vraiment transformé. Je dois te prévenir que cela peut demander plusieurs années avant de réussir à oublier son ego et atteindre un état où plaisir sublime et spiritualité se mêlent. Je te mets également en garde sur le fait que les transformations ainsi provoquées pourront te conduire vers un changement radical de ton mode de vie, de ta perception du monde et de ton rapport aux autres, provoquant des périodes de doute et de frustration avant que tu réussisses à ressentir la plénitude et l’apaisement que tu recherches.

Les explications de Zarah me perturbèrent un peu, je pris conscience que la démarche qu’elle me proposait n’était pas sans risques. J’acceptai sans trop réfléchir tant cela sembla correspondre à ce que j’étais venu rechercher en partant pour ce voyage improbable. J’avoue que dans un premier temps, j’eus beaucoup de mal à m’adapter aux activités proposées, au déroulement des journées rythmées par des rituels qui me parurent très mystiques pour un esprit cartésien tel que le mien. Peu habitué à travailler sur moi-même à l’aide de concepts ésotériques destinés à développer ma capacité à ressentir mes propres perceptions, à mettre en évidence mes doutes, mes faiblesses et ma vulnérabilité, à m’accepter tel que je suis par l’apprentissage de la méditation, le travail de la respiration et de manière générale d’écoute de mon corps, jusqu’à atteindre une sensation agréable de lâcher prise, d’être hors du temps.
Heureusement, pour effectuer ce travail d’initiation, principalement animé par Zarah et complété par les interventions de quelques grands maîtres « yogi » plein de bienveillance et de générosité, nous étions réunis par groupe de deux personnes, dont l’une devait déjà avoir un peu d’expérience, et être de préférence de sexe opposé afin de faciliter la compréhension des grands principes fondateurs du tantra(*), par des mises en situation concrètes, nous confrontant à notre sexualité, nous apprenant à maîtriser nos instincts basiques, tout en libérant nos blocages corporels induits par la famille, l’éducation, la religion, les traditions ancestrales.

( *) A son origine, le Tantra s'appelait souvent le Yoga de l'Amour. Comme plusieurs formes de Yoga, la pratique du Tantra calme le mental, ouvre le cœur tout en relaxant et énergétisant le corps. Il permet de réduire le sentiment de séparation (ego) en créant plus d'unité avec soi-même et avec l'extérieur. Pratiqué avec un partenaire, le Tantra est la base essentielle d'une relation saine, riche et nourrissante.


C’est avec un grand bonheur que je fus aidé dans cette expérience totalement nouvelle pour moi par Aure, la jeune femme si gracieuse qui m’avait accueilli le premier jour et qui fut ma partenaire. Je partageai notamment avec elle toutes les séances d’apprentissage du massage tantrique qui me firent découvrir les subtilités de la sensualité des corps sous un jour totalement nouveau.
Après une période de quelques mois de pratique intense, je me sens effectivement différent. J’ai pratiquement oublié ma vie précédente, je suis beaucoup plus serein et détendu. Je suis envahi par une intense joie intérieure, une sorte de félicité, de grande confiance en moi. Je porte un regard nouveau sur le rapport homme-femme, peut-être dû à la relation très particulière établie avec Aure, à la découverte de nos sensations respectives, de nos réactions communes, à ce que nous venons de vivre ensemble de manière fusionnelle, tant sur le plan spirituel que sexuel. Ce qui nous lie n’est pas de l’amour au sens habituel du terme, mais plutôt une communion réciproque, une intense intimité, provoquant une impression étrange, faite de sensations inconnues, une transcendance mutuelle.

Suite à ces quelques mois passés en dehors de toute réalité, réalisant, comme m’en avait averti Zarah, qu’il me faudrait plusieurs années pour que le tantra devienne pour moi un véritable art de vivre au quotidien, il me semble impératif de prendre du recul par rapport aux évènements exceptionnels que je viens de vivre. Je comprends que je ne serai plus jamais le même. Je pense avoir assimilé le sens de ce que les pratiquants assidus et expérimentés du tantra nomment l’espace « extatique », sans avoir réellement réussi à l’atteindre. Un état spirituel avancé qui donne l’impression de faire partie d’un « grand tout » obtenu par une méditation énergétique , conduite à deux, permettant de transmuter les énergies sexuelles en énergies spirituelles, allant bien au-delà de la simple recherche du plaisir au travers d’une relation sexuelle ordinaire comme je l’avais déjà vécue.

A la limite de la lucidité, totalement déstabilisé, effrayé par la perspective de ne plus pouvoir faire marche arrière si je persiste à m’engager dans cette voie, malgré la relation particulière et l’attachement profond que je ressens pour Aure, je décide de quitter cet endroit avant que le processus ne devienne irréversible.

A SUIVRE...

5

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jacques Lefebvre
Jacques Lefebvre · il y a
Imagine ( suite et fin) sur mon site
Image de Thara
Thara · il y a
Je pense que Chris a pris un chemin pour découvrir une nouvelle expérience !
Image de Jacques Lefebvre
Jacques Lefebvre · il y a
Oui...il faut lire la derniere nouvelle...
Image de Thara
Thara · il y a
De laquelle parlez-vous ?

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Poulicroc

Nec

Tout ce qu’on peut entendre. Tout ce qu’on peut croire.
On m’a dit de lui qu’il était fou. Qu’il fallait l’éviter. Pire, qu’il fallait l’oublier. Je ne le connaissais pas mais je... [+]