« Image érotique » à propos de mon poème

il y a
3 min
69
lectures
7

Que dire...j’écris, tu écris, nous écrivons, je te lis, tu me lis... peut-être  [+]

« Imagine érotique". Il faut que je vous parle
de ce poème.
J'imagine que certains lecteurs vont être attirés par son titre et se retrouver déçus par son contenu. Et oui, il n'a rien d'érotique ! Une tromperie, si on peut dire. A l'instar de ces images, ces photographies où l'on montre les corps nus sous des jeux de lumière et adoptant des postures, des artifices pour susciter le désir.
"Image érotique" est une petite réflexion. Cette réflexion, je l'ai eu en regardant depuis quelques jours des sites d'auteurs de littérature érotique. Ne sachant pas vraiment si mon recueil de poèmes coquins pouvait être qualifié d'érotique, je suis allée lire les auteurs spécialisés de l'érotisme. Je dois être bien naïve quand même.
Peu importe...j'ai été saisie par cette écriture. Certains auteurs jouent très bien avec les mots, sans décrire les corps de leurs protagonistes, avec juste la description de la gestuelle, de la danse amoureuse. C' est très subtile, tout en sensualité. Et là, j'avoue trouver cela très érotique. On imagine n'importe quelle personne, n'importe quelle physionomie, on s’ attache aux mots, on rêve les yeux ouverts.
On rougit.
Beaucoup d'autres auteurs ne procèdent pas de la même façon. Il y a une description des personnages. C'est également bien écrit (pas tous). Mais, il y a un mais... Où sont les corps vieillissants, où sont les corps abimés, malades ?
Sont-ils réservés uniquement à la littérature d'empathie, de tristesse, les récits de vie ?
Et les images des couvertures de cette littérature érotique... parlons-en des images !! C'est peut-être ce qui me gène le plus. Uniquement des jeunes, "sans défauts"! La sexualité ne serait-elle que l'apanage de la jeunesse ?
Oh que non ! Il faudrait alors que je présente mes copines à ces auteurs. Des femmes de plus de cinquante cinq ans, sans tabous, des aventurières comme j'aime à les nommer. (Je ne juge pas. Chacun est libre de vivre comme il veut.)
Mes amies me font rire quand elles racontent leurs escapades "non-amoureuses" . Elles restent sensuelles, romantiques- pour un instant.
[« Tu n'es jamais amoureuse ?" que je demandais à l'une. "Ah mais si ! », me répondit-elle." Juste une nuit ! »]
Mes amies sont vieillissantes, rondes, plissées, grisonnantes ou malades. Et pourtant, elles dégagent un fort érotisme. Les derrières s'élargissent sur les côtés, ou s'affaissent. Des plis marquent leurs dos. Les cuisses, les fesses sont crépis de cellulites. Les jambes sont marquées, rosies par des petites veines ; ou plus fortement, une varice saillit. Les mains sont tachées. D'autres ont des bras drapés. D'autres encore, sont fières d'avoir les hormones perturbées : « J 'ai enfin une grosse poitrine, un 95A !" . On se compare, on rit ; une possède une profondeur de bonnet qui pourrait lui servir de couvre-chef. Une autre n'a que des tétons sur un tronc osseux (plus un téton surnuméraire, quel originalité !). Les ventres sont tombants ou présentent des ridules, ils portent le souvenir de la maternité.
«On s'en moque! », que lance l'une d'elles. « Quand on est allongée, ça s’ voit plus !" . Et on rit ; elles rient. Et elles sont belles. Elles sont belles de vérités. Les yeux brillent, pétillent, les sourires sont immenses au point de remplir les rides, de tendre les mentons. Elles sont belles et leurs manières sont d'une arrogance érotique. Ces femmes là, je ne les ai pas vues sur les photos, ni lues dans ces récits érotiques.
Quant aux hommes... Ah, les hommes.
Quelle déception de voir ces photos où on colle des abdos géométriques, des biceps saillants, des derrières rebondis.
Encore la même moyenne d'âge, les vingt, trente ans.
C'est quoi le message ? Après trente ans, on est périmé ?
Moi, les hommes plus âgés, je les aime. Je les trouve encore plus beaux avec les cheveux poivre-sel, grisonnants. Tout aussi beaux quand ils abordent une calvitie. Je les trouve magnifiques quand ils ont élargi leur taille par un peu de chair, beaucoup de chair. Je n'ai jamais été attiré, même plus jeune, pas les body builder. Trop de muscles exposés, cela me rappelle les écorchés d'anatomie. Et les poils ?! Sur les photos, il n'y a pas un poil. Une peau de bébé. Alors là, encore moins exitant. Ça m’hérite, mes poils se hérissent ! Il n'y a pas plus séduisant que de voir une barbe qui encadre un visage, d’imaginer un torse velu à travers une chemise au col légèrement ouvert, de mater les avant bras pileux d'un homme. Mieux encore, être assise à côté d’un et le laisser frotter ses avant bras contre les siens en le laissant croire qu'on n'y prête pas attention, alors que lui... il s'efforce de nous séduire.
Ce que c'est beau un homme, quelque soit sa forme. Les nuques sont massives, les épaules élargies sans exagération, les bras noueux, les mains larges. Leur ventre rond. Oui, oui, le ventre rond d'un homme, c'est beau. C'est doux, c'est très doux aussi. Et leurs jambes. Regardez-bien les jambes des hommes. C’est incroyable cette spécificité qu'elles ont. Elles ne contiennent pas de graisse. Je n'ai jamais vu
de jambes, ou cuisses d'un homme avec de la cellulite. Ou alors, présentez-moi en un ! Leurs jambes sont sublimes, musclées, faiblement ou exagérément. Elles sont toujours fermes. Caresser les jambes, les cuisses des monsieurs, glisser ses doigts à travers leur pilosité, jouer avec son index entre les poils, chercher les zones plus lisses, plus douces, c'est un plaisir, c’est..
Houps, je m'égare.
Je reviens à ma réflexion...Amphigourique tout ça !!
Je disais donc qu'il était dommage que dans ces écrits érotiques, il n'y ait pas de personnages plus proches de la réalité. Que les images érotiques ne montrent qu’un type de corps et malheureusement, que cela formate la société.

Quand je pense au succès de cinquante nuances de Grey.
Une amie a adoré et m'a prêtée le livre. Je me suis arrêtée à la rencontre, quand l’héroïne sort de l'ascenseur en se cassant la figure, tombant direct aux pieds du bonhomme. Ça m'a suffit, j’ai arrêté ; chapitre 1 ou 2, je crois. J'avais déjà envie de lui coller une tarte tant je la trouvais gnan-gnan. Mais bon, les culs culs la praline, et les bellâtres, cette jeunesse déguisée, ça plaît. (pas à moi.:-) )
7

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !