4
min

Il était une fois ... ou pas ...Pièce en deux temps trois mouvements.

Image de Hermann Sboniek

Hermann Sboniek

765 lectures

10

Il était une fois... ou pas...
Pièce en deux temps trois mouvements.

Les personnages :

Dormante : Belle au bois dormant, princesse délurée, insomniaque et maitresse de Lou.
Charmant : Prince charmant fiancé officiel de Dormante, ne sait pas prononcer les S.
Lou : Grand méchant loup un peu cochon et amant de Dormante.
Botté : Chat botté facétieux, ami de Lou, ne s’exprime qu’en alexandrins.

La scène se passe dans la plus haute chambre de la plus haute tour du plus haut de tous les châteaux accroché au plus haut de tous les pitons rocheux.

Le décor :
Un lit à baldaquin couvert d’une peau de bête, des murs en pierre, un placard immense et une meurtrière par laquelle on aperçoit la campagne au loin. Dormante, allongée lascive remplit une grille de Sudoku. On frappe.

Dormante :
Entrez !
Lou :
(Qui entrebâille la porte et laisse juste passer sa tête)
Coucou mon altesse ! C’est ton grand méchant loup !
Dormante :
Viens vite mon Canis Lupus préféré, tu m’as manqué.
Lou :
Nous allons rattraper le temps perdu ma belle, j’ai apporté tout ce que tu m’as demandé.

Dormante :
(Toute excitée)
Chic !
Lou :
Et puis je suis venu avec un ami...
Dormante :
Fais le donc entrer, je brûle de faire sa connaissance.
Lou :
Entre Botté.
Botté :
(Il ôte son chapeau, salue et pénètre dans la chambre)
Pour vous servir ma belle ! Je suis le chat botté.
Heureux de découvrir ainsi votre beauté
De toutes les princesses, vous êtes la plus charmante,
Je serais comblé de faire de vous mon amante.
Dormante :
(Amusée, à Lou)
Il est rigolo ton copain.
Botté :
(Avec un sourire mutin)
Je suis aussi ma belle, très adroit de mes mains
Et j’espère vous le prouver bien avant demain
Lou :
Bon ma douce Dormante, passons aux choses sérieuses, voici tout ce que tu m’as demandé la dernière fois
(Il ouvre sa grande valise et énumère tous les objets en les sortant un à un)
Le fouet !
Dormante :
Ho !
Lou :
Les cordes !
Dormante :
Ouuuiii !!!
Lou :
Les menottes !
Dormante :
Haaa !
Lou :
Le bâillon !
Dormante :
Mmmmmhhh...
Lou :
Le masque !
Dormante :
Hoooo !!
Lou :
Et le........ Vibromasseur !!
Dormante :
Ho oui, oui, oui et encore oui !!
(Elle commence à se dévêtir)
Botté :
Vous semblez bien excitée et pressée princesse
De nous faire admirer vos jolies petites fesses

Lou :
(Il embrasse fougueusement Dormante)
Moins de phrases et plus d’action les amis.
Dormante :
(Maintenant toute nue sur le lit)
Allez mes deux coquins
Attachez-moi au baldaquin
Botté :
Vous aussi belle Dormante vous maniez bien la rime
Ne pas vous satisfaire serait bien sûr un crime.
Lou :
(S’emparant d’une corde et attachant un bras de Dormante)
Vous avez décidé d’être soumise aujourd’hui mon bel enfant ?
Dormante :
Oui ! Je suis votre créature, toute à vous et sans tabou.
Botté :
(Qui prend une deuxième corde et qui attache l’autre bras de Dormante au montant du lit)
Vous voici nue et bientôt complètement liée,
Disciplinée et offerte à vos chevaliers
Lou :
(Pendant que Botté embrasse et caresse Dormante, Lou s’occupe de ses jambes)
Les jambes maintenant ! Voilà, c’est fait : ligotées et écartelées !
Dormante :
(Qui ondule et gémit sous les caresses de ses deux amants)
Pas de pitié mes amis, profitez ! Ce donjon est si lugubre que toutes nos fantaisies redonneront un peu d’âme à ces vieilles pierres.
(Ils sont maintenant nus sur le lit. On entend clairement un bruit de pas dans l’escalier qui mène à la chambre. Tous les trois se redressent et cessent les caresses)
Lou :
Que se passe-t-il ?
Dormante :
(Qui chuchote à Lou et à Botté)
C’est Charmant, vite, le placard !

(Lou et Botté ramassent leurs habits et s’enferment sans bruit dans le gigantesque placard. La porte s’ouvre et Charmant pénètre dans la chambre. Dormante nue et attachée sur le lit fait semblant de dormir)
Charmant :
(Surpris de voir Dormante nue et attachée, il se gratte la tête)
Voifi une fituafion bien confuse et un fénario peu orthodoxe, je vais me référer aux inftrucfions de Monfieur Perrault.
(Il sort un papier qu’il lit et commente en même temps)
« Elle était là fi jolie »
F’est exact.
« Qu’il ne put en détourner le regard »
C’est bien vrai auffi quelle paire de feins, et fes jambes...
« Il se penfa sur elle et lui donna un baiser »
Voilà, fa me revient, je l’embraffe, elle f’éveille puis me fourit. Peu m’importe qu’elle foit nue et fifelée comme un Falami.
(Il se penche et pose sur ses lèvres un baiser)
Dormante :
(Qui se détourne dégoutée et qui invective Charmant)
Pouaahhh ! Ca va pas la tête ! Quelle haleine fétide ! Et puis, ne t’ai-je déjà dit que je ne voulais plus te voir !



Charmant :
(Désolé)
Fe n’est point toi qui défide, f’est ainfi, car f’est écrit. Je croyais que tu dormais enfin et que nous pourrions pour une fois terminer fette hiftoire.
Dormante :
Je faisais semblant. Tu sais bien que je suis insomniaque.
Charmant :
Mais comment allons nous faire ?
Dormante :
Laisse-moi t’aider : tu enfourches ton fidèle destrier et tu vas battre la campagne, les princesses endormies par des sortilèges ne doivent pas manquer. Tu trouveras bien une bécasse à engrosser.
Charmant :
(Qui bafouille)
Vous me bleffez à me parler ainfi ma mie. Et... et notre hiftoire... qui va la finir ?
Dormante :
Notre histoire n’a jamais commencé, il n’est pas grave qu’elle n’ait pas de fin. Et puis, je ne t’aime pas. Tu es bête et laid.
Charmant :
(Vexé)
Fe genre de remarque est tout à fait déplafé dans un conte pour enfants !
Dormante :
(En colère)
Faut-il encore que j’insiste pour que tu comprennes ? Faut-il que je te dise que ta bouche sent la fosse d’aisances ? Faut-il que je détaille ton regard de veau malade ? Sait-tu que ce bon Monsieur Perrault, bien au regret de t’avoir ainsi créé, te nomme désormais « Le prince répugnant » ?
Charmant :
(Des éclats de méchanceté dans le regard)
Tu n’es pas vraiment en position de forfe pour me parler ainfi.
(Il caresse le ventre de Dormante du bout des doigts)
Normalement, on devrait vivre heureux et avoir beaucoup d’enfants. Je crois que je vais profiter de la fituafion.
(Il se déshabille)
Dormante :
(Qui se débat, mais sans parvenir à se libérer)
Je te préviens, si tu poses tes sales pattes sur moi je te tue !
Charmant :
(Condescendant)
Mais oui, mais oui...
(Il se couche sur Dormante)
Dormante :
(Qui hurle)
Au secours !!
(Lou et Botté surgissent du placard)
Lou :
Mais que fais-tu, prince Charmant de mes deux !
Botté :
Sont-ce des manières ? Forcer ainsi une jouvencelle !
Surtout avec un aussi minable vermicelle.
Charmant :
Mais je vous reconnais, vous êtes le Grand Méchant Loup et vous le Chat Botté. Fe n’est pas votre hiftoire, vous n’avez rien à faire ifi. Je vous fomme de partir et de me laiffer enfin embraffer fette prinfeffe.
Loup :
(Qui retrousse ses babines)
Dis donc Charmant sais tu pourquoi sont faites ces grandes dents ?


Botté :
(Qui s’avance menaçant)
Couard et fat ! Tu es bien loin du prince charmant
Jamais de Dormante tu ne pourras être l’amant
Je suppose goujat que tu es encore puceau
Et c’est sans aucun doute ce qui te rend si sot.
Dormante :
C’est bien dit mes agneaux, transformez-le en descente de lit !
Charmant :
Fe n’est pas ainfi que fe clôt fette hiftoire. Je vous préviens, je vais en référer à la cour des contes ! Monfieur Perrault fera furieux !
Charmante, Lou et Botté :
(Ensemble en criant)
LA FERME!!!
Lou :
J’ai une meilleure idée. Botté, dénoue les liens de Dormante, et attachons Charmant avec les cordes.
Dormante :
Bonne idée, je commence à avoir un peu froid...
(Charmant est saucissonné, menotté, bâillonné, et ses yeux sont bandés. La bienséance nous interdit ici de mentionner l’usage qui est fait du godemiché. Puis il est fouetté par Dormante avant d’être enfermé dans le placard)
(Lou, Botté et Dormante se retrouvent nus et enlacés sur le grand lit)
Dormante :
Venez à moi mes larrons, il me tarde de connaître les frissons que vous me promettez.
(Puis, déclamant)
Je connais l’extase que l’on se procure à deux
Mais je gage qu’à trois ce doit être encore bien mieux
Botté :
(Très théâtral à son tour)
La poésie bien sûr est mère de tous les vices
Elle te fait quémander pour tous tes orifices.
Nous allons par le plaisir unir tes deux berges
Et pour cela ma belle, il te faut nos deux verges...

FIN.
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Soph
Soph · il y a
Hahaha une philosophie dans le boudoir humoristique investissant l'univers des contes pour enfants, j'aime beaucoup comment c'est tourné !
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonsoir Soph. Merci beaucoup pour ce compliment.
·
Image de Eliza
Eliza · il y a
Fallait oser ........ C'est barge, c'est drôle et c'est sacrément érotique en prime.
Oh Perrault ton univers impitoyaaable !

·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Rerererererererebonjour Eliza :-)
Attention à l'overdose de Sboniek. Vous avez raison, cette coquine de dormante devait s'ennuyer ferme dans le conte original.

·
Image de Moa
Moa · il y a
Encore, encore ... Moa
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Moa. D'accord, d'accord, il y a du nouveau dans la catégorie TTC pour la Saint Valentin. A bientôt.
·
Image de JigoKu Kokoro
JigoKu Kokoro · il y a
Bonjour Hermann ( ^_^)
Fidèle à vous même ! Complétement fou de prendre théâtre vaudeville, contre pour enfant et propos osé pour tout secoué sur le papier. J'ai beaucoup aimé ce mélange et certaines des répliques. Je m'attendais presque à voir apparaître d'autres personnages tellement le mélange était cocasse. Si Perrault se retourne dans sa tombe c'est probablement de rire de voir son univers perverti. Cela me donne envie de ressortir un texte de théâtre que j'ai écrit il y a quelques temps ( ^_^).

·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour JigoKu. Désolé, j'avais totalement zappé ce commentaire. Mille excuse donc pour cette répose tardive. Merci beaucoup d'avoir apprécié ce "Melting pot", je trouve jubilatoire cet exercice qui consiste à déboulonner les mythes et je m'amuse beaucoup en écrivant ces âneries. :-) A bientôt.
·
Image de Le cacographe
Le cacographe · il y a
Après le meurtre du Père Noël, l'exécution du Prince Charmant ! Au suivant ! Mickey ?
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Le Cacographe. Quelle bonne idée : Mickey junkie prostitue Minnie pour payer sa dope. Riri, Fifi et Loulou sont des dealer. Donald est un parrain de la mafia tandis que Daisy est un flic infiltré du FBI ... Vous avez trois heures :-)
·
Image de Le cacographe
Le cacographe · il y a
Et Picsou le banquier élu président de la France, je peux m'sieur ?
·
Image de Le cacographe
Le cacographe · il y a
A part ça, une pièce de 5 mn, on a pas intérêt à arriver en retard !
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
:-)
·
Image de Laurent Moussard
Laurent Moussard · il y a
Foin de pudeur ! Avec Sboniek,
On transcende la schnek !
La Belle n'est pu celle de jadis,
On voit le poil entre ses cuisses.
Le triolisme revisité façon Hermann,
N'aurait pas rebuté Bettelheim !

·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Laurent. Vous allez prendre une petite infusion, ça ira mieux aprés :-) C'est juste une histoire pour endormir les (grands) enfants. A bientôt.
·
Image de Petitpoizonrouge
Petitpoizonrouge · il y a
Délicieusement coquin ...
·
Image de Hermann Sboniek
Hermann Sboniek · il y a
Bonjour Petitpoizonrouge. Merci beaucoup, c'était l'effet voulu. L'écriture de ce genre de texte est assez jubilatoire, car tout est permis :-) Merci et à bientôt.
·