Histoire d'avancer : Le Prince de Lune

il y a
4 min
51
lectures
0

Coach, thérapeute et autrice. Je vous propose "Histoire d'avancer", des nouvelles de développement personnel  [+]

Le Prince de Lune était un homme bon et travailleur. Après des études à l'école du Roi Soleil, il avait décidé de migrer sur la lune. Aucun de ses camarades ne voulait y faire carrière. Ils la trouvaient sans intérêt, prétextant qu'il n'y avait presque jamais personne pour la regarder briller. Lui, depuis toujours, aimait observer sa lumière douce et rassurante. Alors, quand le garde-lune précédent avait pris sa retraite, il avait postulé sans hésiter. Son travail consistait principalement à allumer les lampions qui éclairaient doucement les chemins des habitants de la Terre. Il devait aussi entretenir les cratères et prendre soin des champs de pierres.

Le soir, il profitait de sa ronde pour voyager. Assis dans un cratère, il regardait les humains rentrer chez eux et s'atteler aux tâches domestiques malgré la fatigue d'une journée d'un travail bien souvent alimentaire. Le Prince se demandait s'il leur restait du temps pour rêver, au milieu de toutes ces heures compactées. Il avait envie de les aider, de leur proposer bien plus que la lumière de ses lampions. L'idée lui vint de leur offrir le souffle de l'inspiration. Son but était de leur permettre de créer une vie à leur image et d'y évoluer librement. Il imaginait leurs sourires, les voyait répandre la joie autour d'eux. Le Prince se réjouit de son action qui allait nourrir encore davantage sa propre contribution au monde, en un cercle vertueux.

Pour y parvenir, il devait pousser plus loin son étude des humains. Le jour, la nuit, le Prince se mit à collecter des données par dizaines, qu'il synthétisait ensuite sur une bobine de papier. Il cherchait la méthode idéale pour les approcher discrètement tout en les impactant au maximum. Il écrivait, raturait, dessinait, tant et si bien qu'un jour, le rouleau toucha Terre. Mince ! Il ne fallait surtout pas que les humains découvrent son existence. Il donnait le dernier tour de poignet pour remonter son manuscrit quand il eut une idée. Et si c'était dans leur sommeil que se trouvait la clé ? En particulier ce moment où, juste avant de s'endormir, ils confiaient leurs vœux les plus chers à l'univers. Cet espace de sincérité allait lui offrir l'interstice par lequel s'immiscer.

Il tenta l'expérience le soir même. Il s'installa dans son cratère favori, ferma les yeux et se concentra pour écouter les secrets que les humains présentaient à la nuit. Une prière particulière retint son attention. D'un geste, il stoppa la course de la lune et descendit sur Terre, se servant de son rouleau de notes comme d'une échelle, les pieds posés sur les barreaux de mots.

Dans l'intimité de sa chambre, une humaine répétait inlassablement la même phrase : "S'il vous plaît, faites que tout se passe bien demain, s'il vous plaît, faites que tout se passe bien demain". Le Prince, intrigué, restait immobile derrière la fenêtre. Il se demandait pourquoi elle répétait ces mots en boucle. Au bout de plusieurs minutes, elle s'apaisa et s'endormit. Il remonta sur la lune en se disant que le vœu de cette humaine était bien trop vague pour pouvoir se concrétiser. Pour lui, il n'était pas possible de se cacher derrière des termes aussi généraux que "tout" ou "bien" et d'attendre que la magie opère.

La confiance, pensa-t-il, les humains manquent de confiance pour avancer. Comme s'ils avaient peur d'emprunter un chemin mal éclairé. Fallait-il faire briller la lune plus fort ? Ajouter des lampions ? Non. Le but n'était pas que jour et nuit finissent par se ressembler. Quand la lumière est trop forte, tout est dévoilé et alors, la curiosité, cette arme contre la peur, ne peut plus fonctionner. Et même parfois, le soleil brille tellement fort qu'il peut faire apparaître des mirages. Non. Il fallait trouver autre chose qu'un coup de projecteur pour donner confiance. Le Prince de Lune réfléchit pendant plusieurs jours et se dit que ce qui manquait, c'était peut-être de donner un sens aux rêves pour ne plus avoir peur d'avancer dans leur direction. Savoir pourquoi on fait les choses permet de tenir sa propre lumière.

Il retourna voir l'humaine. Il prit soin d'arriver plus tôt et attendit, assis dans l'arbre posté juste devant sa fenêtre ouverte, qu'elle se mit au lit. Le jour déclinait. Les lampions qu'il avait allumés avant de partir commençaient à briller doucement. Elle lut quelques minutes, puis éteignit. C'était le bon moment. Le Prince sauta sur le rebord de la fenêtre et se glissa près d'elle. Les yeux fermés, elle murmurait des paroles inaudibles tandis que le sommeil la gagnait. La lumière de la lune venait caresser son visage, soulignait la douceur de ses traits. Le Prince surveillait sa respiration. Quand elle se fit plus lente et plus profonde, d'un geste délicat, il releva les cheveux nichés dans son cou et s'approcha de son oreille. Il chuchota des paroles que son intuition lui soufflait. Elle fronça légèrement les sourcils. Le Prince avait réussi à capter son attention sans la réveiller. Dans son sommeil, ses mots pourraient infuser. Il était heureux d'avoir trouvé la faille par laquelle il pourrait semer ce qui lui donnerait confiance et force. Pour finir, il plongea son index dans le flacon de poudre de pierre de lune qu'il avait toujours sur lui et, du bout du doigt, lui déposa quelques grammes de magie sur le front. Il embrassa la chambre d'un dernier regard et regagna le ciel.

Le lendemain, au coucher, l'humaine prit un carnet et se mit à écrire au lieu de prier. Absorbée par sa tâche, elle donnait, page après page, corps à son rêve. Plus elle écrivait, plus elle comprenait pourquoi elle tenait tant à réaliser son projet. Elle avait trouvé le sens, cette structure invisible qui la dépassait, la soutiendrait et lui permettrait de garder son cap malgré les difficultés. Au petit matin, épuisée mais heureuse, elle referma son carnet, un large sourire plaqué sur ses lèvres. Elle était prête à tracer sa route. Elle n'avait plus peur.

Le Prince de Lune continua à veiller de loin. Il était heureux de la voir avancer sans crainte sur le chemin mystérieux de sa destinée. Fort de ce succès, il se mit à voyager davantage au pays des humains et à leur insuffler, chaque fois qu'il le pouvait, en secret, la confiance et l'impulsion nécessaires à la réalisation de leurs rêves. Lui aussi savait désormais pourquoi et surtout, pour qui, il œuvrait chaque nuit.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !