Henri va mourir

il y a
6 min
2 059
lectures
566
Lauréat
Public
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Du suspense, une chute parfaitement amusante, et un personnage bien campé… Voilà la recette d’un bon texte feel-good ! Pauvre Henri ! On en

Lire la suite

Tout ce que je raconte ici est mensonger ! Mais peut-être qu'entre les lignes, vous trouverez quelques petites vérités. Alors, je n'y serai pour rien.  [+]

Image de Hiver 2021
J’ai attendu que tout le monde ait terminé son assiette, je ne voulais pas leur couper l’appétit, il serait bien temps pour ça. Je me suis levé et j’ai demandé le silence :
— J’ai quelque chose d’important à vous dire. Une très mauvaise nouvelle. Le médecin est formel, je ne vais pas bien du tout. En fait je... j’en ai plus pour longtemps.
Je les ai tous regardés, tour à tour, prêt à cueillir une larme, à rebondir sur un soupir triste, un sanglot étouffé, un éternuement, n’importe quoi... Mais pas un rictus, pas une moue, rien n’est venu affliger leurs visages impassibles. Aucune émotion. Ils me regardaient tous, comme dans l’attente de la suite de mon annonce, presque détendus.
— Eh ben ! c’est tout ce que ça vous fait ? ai-je crié. Vous comprenez ce que je vous dis ? Je vais mourir ! crever ! rideau !
— C’est bon, t’énerve pas comme ça ! a rétorqué Romane, ma fille aînée, les lèvres un peu pincées.
— Chéri, c’est pas bon pour ton cœur, calme-toi ! a renchéri ma femme pour appuyer les propos de sa fille.
Elle s’est levée et a commencé à desservir la table. Elle est comme ça, ma femme, rien ne la détourne de ses habitudes. Le cataclysme qui me touchait, visiblement, ne faisait pas exception à cette règle.
— Mais vous le faites exprès, ma parole ? Je vous dis que je suis malade, ai-je répété en haussant encore le ton, je suis MA-LADE, putain !
C’est là que j’ai ressenti la crispation de mon beau-père.
Bernard vivait avec nous depuis bientôt deux ans. Après le décès de la mère de Claire, il avait peu à peu sombré dans une drôle de dépression chronique, parfois délirante, et se nourrissait très mal. Claire avait décidé de le prendre sous son aile, inversant les rôles ; c’était elle qui le maternait désormais. Bernard ne se mêlait pas vraiment de notre vie de couple, n’intervenait que rarement dans les discussions, ne réclamait rien. Mais la vulgarité soudaine de mes propos a dû le réveiller d’un seul coup de la longue torpeur dans laquelle il se complaisait. Il a fermé son poing et tapé un grand coup sur la table, faisant sursauter sa fille, mes filles, les assiettes et moi :
— Mais tu vas te taire, vieux corniaud grillé ? s’est-il mis à vociférer. Tu crois que ça nous fait quelque chose que tu t’en ailles ? Tu vas crever ? Eh ben tant mieux, nom d’un cafard !
Je suis resté interdit. Papi-nard, comme l’appellent mes filles, n’avait jamais eu de tels accès de colère, même pendant ses pires crises. Et moi, comme un con, au moment où j’attendais de la compassion, je me faisais engueuler par un vieux barbu myope qui continuait à taper sur la table d’un poing rageur. Je me suis rassis et j’ai continué à les dévisager, sans plus oser parler. Si j’avais espéré être écouté, considéré, consolé, je pouvais déchanter. Alors j’ai déchanté...
Je me suis levé, tout drapé de ma vexation, et j’ai quitté la cuisine. J’ai attrapé mon manteau et j’allais claquer la porte de la maison quand j’ai entendu Claire qui criait à mon attention de ne pas oublier de poster sa lettre, puisque je sortais.

Pendant une bonne heure, j’ai roulé dans le centre-ville, sans destination précise, repassant plusieurs fois par la rue Jean Mermoz, si bien qu’une vieille, postée devant la boulangerie a fini par me repérer et m’a regardé le sourcil gauche relevé, en me pointant de l’index. Index qu’elle faisait tourner sur lui-même comme si elle voulait me dévisser la tête du bout de son ongle. Elle m’a un peu fait flipper, mais j’étais tellement énervé que je lui ai adressé un doigt d’honneur en la regardant bien dans les yeux. Enfin, il a bien fallu me résoudre à rentrer.
À la maison, chacun vaquait à ses occupations. C’était un samedi un peu gris. Mes filles, Romane et Lennie, étaient enfermées dans la chambre, plus spacieuse, de Romane. Ma femme était affairée à je ne sais quelle recette, et Bernard se curait le nez devant une série américaine. Tout semblait rentré dans l’ordre, ce qui a ravivé ma frustration. Je me sentais vraiment incompris et abandonné par les miens. J’ai décidé de faire une nouvelle tentative auprès de ma femme.
— Dis donc, c’est un gâteau au chocolat que tu nous prépares là ? ai-je risqué, faussement enjoué, parce que ça sent drôlement bon !
— C’est un bœuf bourguignon qui mijote, Henri... a soupiré Claire. Qu’est-ce que tu veux ?
— Je voudrais qu’on reparle de ma santé, tu sais... je n’en ai plus pour longtemps, comme je vous disais à midi et...
— Ah, ça suffit ! Qu’est-ce que tu cherches, à la fin ? Tu veux qu’on passe une annonce dans le journal local ? Qu’on l’inscrive sur la façade de la maison ? « Ici vit Henri, malade et bientôt décédé » ?
— Ce que tu peux être vilaine, ai-je répliqué avec humeur. Vilaine et sans cœur ! Vous ne m’aimez pas. Je m’ouvre à vous, et vous, vous m’écoutez à peine. Tu verras quand je ne serai plus là. Vous pleurerez, mais il sera trop tard !
— Chéri, tu me fatigues. Je ne sais plus quoi te dire... Laisse-moi tranquille !
J’étais atterré ! Ma femme se fichait complètement de mon état. Pire : elle m’envoyait promener. C’était du délire. Je pensais que notre couple était solide, que nous étions complices et solidaires. Et tout d’un coup c’était le vide. Elle refusait de m’épauler dans l’épreuve. Les murs semblaient se pulvériser et tomber en poussière. Là, quand même, ça dépassait mon entendement. Dépité, j’ai décidé d’aller voir si mes filles étaient dans de meilleures dispositions.
Romane a fêté ses dix-sept ans au mois d’avril. C’est une jolie jeune fille qui ressemble vaguement à sa mère. Malheureusement, elle a un caractère difficile. Claire dit qu’elle a hérité du mien. Lennie, de deux ans sa cadette, est plus douce et un peu mièvre. Quand j’ai toqué à la porte de la chambre, c’est cette dernière qui a demandé, à travers la porte :
— Oui ? Qui qu’est là ?
— C’est papa, ai-je répondu.
Il s’en est suivi un gros blanc... peut-être une ou deux minutes de silence qui ont eu l’effet de me refaire monter la moutarde dans les narines ! Je déteste quand les filles me font attendre. Elles le savent ! Je le leur ai encore dit récemment. Je ne suis vraiment pas respecté, dans cette famille.
C’est Romane qui m’a ouvert. Elle me regardait l’œil noir, la bouche toujours pincée, le front en avant, mais n’a pas prononcé un mot. Elle s’était mise en position attente, riposte-en-préparation.
Elle avait la même tête que le jour où je lui avais interdit de se maquiller pour aller rejoindre Kevin, son petit copain qui a un QI équivalent à celui de la poule naine de Fabrice, notre voisin. Un jour, me disais-je, cette petite va me mordre, c’est sûr ! On s’est toisés un moment. Je n’avais plus du tout envie de me faire consoler. J’avais juste envie de lui botter les fesses. J’ai pris sur moi et j’ai demandé à quoi elles étaient occupées. À rien, bien entendu ! Les filles passent des heures dans leur chambre et quand on les interroge sur leurs activités, c’est comme si leur mémoire venait traverser le triangle des Bermudes en brasse coulée : il n’en reste rien ! Elles ont tout oublié. Black-out ! Elles ne faisaient rien. Pendant quatre heures ? Exactement.
Je n’avais même plus envie de les voir. J’ai tourné les talons en rouspétant :
— Eh ben ! C’est pas avec votre énergie que vous allez relever la France, je vous le dis !
Dans mon dos, la porte de la chambre de Romane a claqué sans qu’elle daigne me répondre.

Il ne restait plus que Papi-nard et franchement, ça ne m’emballait pas. Alors je suis allé sonner chez Fabrice.
Il a eu l’air très surpris de me voir. J’ai bien compris qu’il hésitait à me laisser entrer. C’est normal, remarquez, je l’ai menacé plusieurs fois de porter plainte s’il ne déplaçait pas ses poules de l’autre côté de son jardin parce que l’été, on n’entend qu’elles et surtout, elles attirent les mouches. Il faut dire que maintenant, il en a sept, des pondeuses ! Je ne sais pas ce qu’il peut fabriquer avec autant d’œufs ! Ou alors il est ovophile, je ne sais pas...
Après quelques banalités, il m’a demandé ce qui lui valait ma visite et j’ai sauté sur l’occasion de me confier enfin. J’ai tout déballé. Le médecin, les analyses, ma peur, les résultats, le verdict... et puis mon annonce et la réaction désastreuse et incompréhensible de ma famille... Il me regardait, hochait la tête, regardait sa montre en essayant au début de ne pas paraître impoli, puis avec insistance. Quand enfin mon flot de paroles s’est tari, il a ponctué mon monologue d’un « très bien, très bien, tout cela est très bien » et puis il est allé rouvrir sa porte, me congédiant donc avec une grossièreté que je ne lui aurais pas imaginée.
Je n’ai pas bougé de son canapé ; je me suis mis à pleurer. D’abord, les larmes ont coulé sans que je m’y attende, puis à gros bouillons et bientôt je sanglotais comme un enfant privé de son doudou. Fabrice était gêné. Il se raclait la gorge. Tournait sur lui-même, se dandinait d’un pied sur l’autre. Et puis il a fini par s’agacer, lui aussi. Il m’a demandé de sortir sur le champ.
Je n’ai pas demandé mon reste, je suis parti furieux en crachant sur ses rosiers, et me suis fait la promesse d’aller déposer la plainte qui lui pendait au nez, dès le lundi suivant.

Ce soir-là, éprouvé par le manque d’empathie de tous, je n’ai dîné que du bout des lèvres. J’étais abattu. Je me demandais comment on avait pu en arriver à un tel gâchis. Le bœuf bourguignon était fameux, mais j’ai préféré m’en priver, touchant à peine à mon assiette, pour manifester mon dépit, et je me suis bien gardé d’en faire le compliment à Claire. Je ne m’abaisse jamais à ça !
Dès le repas terminé, j’ai dit que j’allais me coucher. Ma santé étant mauvaise, même si ça n’intéressait personne, il fallait que je me repose. Claire a soupiré, résignée, et Romane a explosé comme un feu d’artifice dans la cuisine :
— Tu nous saoules ! Ça fait trois fois que tu dois mourir, cette année ! Eh ben t’as qu’à mourir à la fin !
Elle s’est levée en faisant tomber sa chaise et on a encore entendu sa porte claquer... Lennie, silencieuse, gardait le nez dans son assiette, Bernard en a profité pour s’éclipser, et ma femme me regardait mi-colère, mi-chiffon...
— Ben quoi ? ai-je demandé... c’est vrai ! Le docteur Petitjean a dit que j’avais du mauvais cholestérol !
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Du suspense, une chute parfaitement amusante, et un personnage bien campé… Voilà la recette d’un bon texte feel-good ! Pauvre Henri ! On en

Lire la suite
566

Un petit mot pour l'auteur ? 310 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Daisy Reuse
Daisy Reuse · il y a
Ce texte est délicieux et comme le bœuf bourguignon, je l'ai trouvé encore meilleur à la deuxième lecture !
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
C'est très gentil !!
Image de Blandine Rigollot
Blandine Rigollot · il y a
un hypocondriaque qui ne cesse d'annoncer sa fin prochaine, il y a de quoi en effet user les capacités de compassion de son entourage.. . Henri aurait mieux fait de se régaler avec le bon Bourguignon concocté par son épouse. A défaut de bon Bourguignon, la lectrice que je suis a savouré un récit intrigant, d'une vilaine noirceur heureusement démentie par une chute fort amusante !
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Oh ! Ça me fait super plaisir ! Merci pour ce chouette commentaire !
Image de Etienne Mutabazi
Etienne Mutabazi · il y a
Félicitation! Votre prix est bien merité.
Le texte est très bien écrit et marrant en même temps.
JE vous invite à me découvrir sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/ma-mere-et-moi

Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
Les trois dernières lignes sont à mourir de rire. On ne les voit vraiment pas arriver ☺️
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
HaHA, merci beaucoup !
Image de Stéphane Livino
Stéphane Livino · il y a
On compatit en souriant avec ce pauvre Henri ! Un très bon moment de lecture !
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Merci Stéphane !
Image de Marie Juliane DAVID
Marie Juliane DAVID · il y a
Félicitations pour ce prix !
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Merci
Image de Tryphon Laplume
Tryphon Laplume · il y a
Félicitations Djenna ! Prix mérité, l'histoire est marrante et bien écrite , 🙂 !
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Merci bien !
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Eh bien voilà, bravo pour ce beau Prix, TropYk, et si contente que tu sois contente 🙂
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Merci 😊
Image de Choubi Doux
Choubi Doux · il y a
Encore plus savoureux à la deuxième lecture, comme un gâteau oublié au fond du placard :))
Image de Djenna Buckwell
Djenna Buckwell · il y a
Cool !! Merci

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Luminol

Djenna Buckwell

Réaction chimique
Constellés de micro-gouttes
Les murs de la chambre
Offrent un ciel étoilé
Au lit vide des amants