Gustave, le pendu heureux.

il y a
2 min
505
lectures
46

" Je doute de tout, de moi-même le premier. Il est des journées où je me crois sans intelligence, où je me demande ce que je vaux pour avoir fait des rêves si orgueilleux. Je n'ai même pas ... [+]

Je suis prêt à te rejoindre Jeannette, admire comme il est beau ton homme, tu me disais souvent que la présentation était importante. J'ai mis le panama bien enfoncé sur ma tête, avec la traction brutale, il cachera mon visage violacé et mes yeux. Je porte la cravate bleu marine à pois que tu m'avais offerte et le costume dans lequel tu aimais te blottir. Mon corps maigre flotte un peu mais l'ensemble reste convenable. Tout est prêt, la corde, la chaise, la lettre pour notre fils sur la table de la cuisine, ne t'inquiète pas, je ne suis pas entré dans les détails. Je suis resté un père digne.
Deux ans déjà que j'y songe, deux ans déjà que j'apprivoise la mort, j'ai tout fait pour éviter d'en arriver là en encaissant les coups, elle a fini par m'accepter, me comprendre et nous nous sommes donnés rendez-vous. Aujourd'hui, c'est décidé, je pars te retrouver. J'ai bien eu du mal à serrer le nœud avec l'arthrose, si tu voyais mes mains, elles ressemblent à un vieil arbre tortueux. Ma peau est devenue si fine que le lacis de veines saillantes me fait peur et ces sacs pendouillant sous les yeux, si tu voyais comme ils me donnent un air triste. Par contre, tu vas bien rire, toi qui affectionnais Bouddha, j'ai les mêmes oreilles maintenant.
Mon rayon de soleil, comme tu me manques. J'ai demandé un trajet simple deuxième classe pour être là au plus vite, je ne veux pas de toutes ces choses inessentielles. Dans le choix des boîtes, j'ai pris la plus petite étant donné que tu ne voulais pas être en dessous de moi, tu disais avoir peur d'être écrasée. Par conséquent, j'ai choisi la crémation et un joli vase de cendres en granit qui sera scellé à jamais sur notre pierre. Je viens tout en hâte avec la seule intention de te serrer dans mes bras, je suis un pendu heureux et je ne ressens aucune tristesse de quitter ce monde. Je désobéis, adieu la vie, je m'enfuis car mon seul refuge c'est toi...
Désolé Jeannette, je n'y arrive pas, encore une fois tu vas imaginer que je tire un peu trop sur la corde mais je suis incapable de grimper sur la chaise pour m'envoyer en l'air. Une immense colère m'envahit si tu savais, j'ai essayé tant bien que mal avec l'aide de la canne mais ton vieux mari, maigre comme un clou, tremble comme une feuille, souffre de vertiges, et je n'ai pas envie de finir à l'hôpital avec une mauvaise fracture. Je vais rentrer le chien Cocker, je ne savais pas quel prénom lui donner, le pauvre, il fait le loup dans la cour et il tombe de grosses gouttes bruyantes. Écoute, je renonce, je vais complètement changer mes priorités et voir la vie du bon côté, se donner la mort n'est pas une tâche facile, je préfère l'attendre.
J'espère que tu seras fière de moi parce que j'ai eu la force et le courage de renoncer au pire. Je t'aime et t'embrasse. Ton soupirant éternel. Gustave.
46

Un petit mot pour l'auteur ? 62 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Les Histoires de RAC
Les Histoires de RAC · il y a
La difficile question du choix... ♪
Image de Guy Bellinger
Guy Bellinger · il y a
Portrait tres inattendu et très touchant d'un très vieil homme esseulé. Heureusement, il a encore Cocker.
Image de Cristo R
Cristo R · il y a
La mort n'en a pas voulu tout de suite. Et ce fameux passage à l'acte n'est pas si facile, il faut du courage pour sauter le pas et devenir son propre meurtrier, Mais on a le droit de mourir si la douleur psychique est trop grande : perte de l'amour vécu ou au contraire toute une vie sans amour.
Très beau poème et une belle fin qui prouve que Juliette n'avait pas raison. On peut aimer après un doeuil et retrouver Roméo plus tard ....
Souvent celui ou celle qui part à regret dit à l'autre: Il faudra que tu te remaries ne reste pas seul -e? C'est la plus grande preuve d'amour...

Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
émouvant en sursaut de vie
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Ouf, ça finit bien ! C'est pas toujours facile, mais la vie n'est pas si moche tout de même !
Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Un texte qui commence mal et qui finit bien. Une chute qui n'en est finalement pas une! J'ai beaucoup aimé ce récit
Image de Jean-Louis Blanguerin
Jean-Louis Blanguerin · il y a
C'est vrai, il est souvent plus courageux de continuer que de s'arrêter...
Il m'a peut-être manqué une petite transition de doute entre le "je fais" et le "je fais pas", peut-être en introduisant Cocker entre les deux au lieu de le mettre après le renoncement ???

Image de Annick Chardine
Annick Chardine · il y a
Un début où un drame se joue et une fin souriante.
Entre amour et humour, mort et vie.
Emouvant !

Image de Françoise Mornas
Françoise Mornas · il y a
Vraiment un joli texte, très humain, et j'aime la chute... si l'on peut dire puisque justement il l'a évitée !!!
Image de Françoise Desvigne
Françoise Desvigne · il y a
Merci Françoise !
Image de Daniel Nallade
Daniel Nallade · il y a
Un bon moment de lecture.
Image de Françoise Desvigne

Vous aimerez aussi !