Grand magasin

il y a
3 min
0
lecture
0
La foule compacte de la galerie marchande les empêchait d’avancer plus rapidement. Darren et Léa n’avaient peut-être pas choisi le meilleur jour pour effectuer leurs achats. Ils avaient pourtant prévu depuis quelques temps déjà de se rendre dans ce nouveau magasin qui offrait, pour ses produits, le meilleur rapport qualité-prix. Mais quelle idée de venir justement le jour des promotions !

La galerie marchande avait été inaugurée quelques mois auparavant. Elle avait eu un immense succès. En fait, les promoteurs avaient lancé cette idée prototype d’un regroupement de boutiques allant de la simple échoppe jusqu’à la grande surface et se déclinant autour de la vente d’un seul et unique produit et de tous ses dérivés. L’hyper-surface était la seule de tout le pays et Darren et Léa se sentaient fiers d’appartenir à cette communauté d’innovateurs de génie et de vivre dans cette mégalopole nouveau type.

Ils étaient de cette nouvelle génération de supra-cadres dynamiques promotion 2033, la meilleure de tous les temps. Ils s’étaient connus à l’Université de l’Anti-Savoir qui regroupaient les esprits les plus brillants de la planète. Seuls des étudiants issus de la plus haute société mégaconomique pouvaient y accéder malgré les droits d’entrée dérisoires de vingt trois mille cinq cents euros l’année. Léa et Darren avaient fait toutes leurs études ensembles et avaient très vite décidé de lier à jamais leur destin. Aujourd’hui chacun d’eux occupait de hautes fonctions dans la plus grande société mondiale, fonctions qui les comblaient au-delà de leurs espérances leur assurant de confortables revenus à la hauteur de leur valeur. Ils faisaient partie de ce que l’on appelait dorénavant l’Hyper-Caste et partageaient leur emploi du temps entre un travail gratifiant et des loisirs dont seule l’Hyper-Caste prouvait profiter. En outre, ils avaient eu la chance de trouver rapidement un petit appartement de deux cent vingt cinq mètres carrés dans les niveaux supérieurs de la mégalopolis. Leur situation actuelle ne leur permettait pas de prétendre à un logement plus confortable au niveau vingt deux, mais il y a un début à tout et le niveau dix sept leur convenait parfaitement. Au moins ils étaient éloignés des bas quartiers du niveau cinq, voire ceux, pires, des sous-niveaux. Seuls les rats vivaient là ! Bref, les deux jeunes gens coulaient depuis quelques années des jours heureux.

Cette année ils avaient décidé de passer le pas et de s’offrir le cadeau qui manquait à leur décor. En effet, jusqu’à présent ils n’avaient disposé que de deux options qui ne leur convenaient pas : achat en ligne ou par correspondance. Ils s’étaient donc abstenus jusqu’à ce que l’on construise cette Hyper-surface à deux aéoroutes de chez eux. En tant que sujets très représentatifs de cette nouvelle catégorie de supra-cadres ils avaient été invités à l’inauguration de la galerie marchande et avaient été éblouis par l’immensité de choix de produits qu’on leur proposait. Ils avaient été d’emblée convaincus. Aucun doute ne subsistait. Malgré les galeries virtuelles en ligne et les catalogues animés de vente par correspondance, rien ne valait le choix de visu. Ils planifièrent à leur retour la date de leur acquisition future. Autant programmer celle-ci au moment des vacances prochaines pour pouvoir en profiter au maximum. Partant du fait que le délai de fabrication était plus ou moins long selon l’article souhaité, Darren et Léa avaient décidé de se rendre ce week-end sur les lieux afin de faire leur choix et passer commande.

Ils n’avaient pas prévu que d’autres jeunes gens dans leur situation avaient pu avoir la même idée, ni que, pour booster les ventes, la direction ferait une promotion pré-printanière. Du coup ils se retrouvaient au centre d’une foule intense qui se précipitait dans les différents magasins. Enfin, après s’être difficilement frayé un passage à travers la multitude, ils atteignirent celui qu’ils avaient repéré quelques semaines auparavant. Il leur semblait que la qualité y était nettement supérieure. Quant au choix, il était sans égal.

Ils déambulaient entre les rayons. La profusion d’exemplaires était phénoménale. Ils n’y avaient pas prêté attention à leur première visite mais ils étaient convaincus, à ce moment précis, d’avoir fait le bon choix. Une vendeuse s’avança vers eux pour leur proposer ses services. Léa en était très contente car elle commençait à s’avouer un peu perdue. Les modèles exposés semblaient se décliner à l’infini. Certains, en matière synthétique, imitaient parfaitement l’objet fini. D’autres encore se présentaient sous formes d’hologrammes. Certains rayons montraient les différents stades de façonnage. Des écrans téléviseurs vantaient telle ou telle marque, les procédés de fabrication et les modifications qui pouvaient être effectuées à la commande. On pouvait ainsi changer à volonté la couleur, la taille, la forme du produit.
La vendeuse proposa de les conduire jusqu'à son bureau afin de déterminer au plus juste la nature de leurs besoins et sélectionner l’article conforme à leur désir. Elle entra dans le fichier tous les renseignements qui lui étaient nécessaires : âge du couple, études, situation professionnelle et financière, logement, types de loisirs, plan prévisionnel d’avenir, préférences du produit. Enfin, compte tenu de tous les éléments qu’elle avait recueillis, la vendeuse leur assura qu’ils pouvaient obtenir l’objet désiré assez rapidement. En effet, les chercheurs avaient trouvé depuis quelques temps le moyen de réduire les délais de fabrication, et donc de livraison, avec une garantie de qualité jamais inégalée. Naturellement le contrat prévoyait le remplacement immédiat de l’article en cas de défection car la production prévoyait toujours plusieurs exemplaires au cas où... Mais, jusqu’à présent, aucun ne leur avait été retourné. Enfin, après toutes ces explications et formalités, Darren et Léa purent admirer sur l’écran le résultat de la sélection de l’ordinateur. Ils découvrirent alors, émus, l’image animée, depuis la conception et le mélange des premiers ingrédients jusqu’à l’aboutissement final, de leur premier enfant.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,