Good bye Berlin

il y a
2 min
418
lectures
53
Qualifié

Contemplatif qui aime la mer et les ressacs.

Image de Grand Prix - Printemps 2016
Image de Très très courts
Le mur de Berlin est tombé il y 25 ans ! Ah que de merveilleux souvenirs. Il faut avoir vécu ce sentiment ineffable qui s’empare d’un peuple entier lors de sa libération. Mon corps entier se soulève à cette simple évocation. Ce dernier est esclave de l’esprit, ça ne fait pas l’ombre d’un doute. La vieillesse est un naufrage, disait l’autre. J’y vois clairement un début d’exagération. L’horizon ne m’a jamais semblé aussi dégagé. Je touche au bonheur, à l’ataraxie que j’ai tant appelée de mes veux sans succès jadis.

Le mur de Berlin est tombé il y a 25 ans !? On ne me dit jamais rien. Ce dut être un moment heureux. J’aurais voulu y être. Peut-être fut-ce le cas après tout. Personne n’osera venir prétendre le contraire. À de nombreux égards, je suis quelqu’un d’important. Qui d’autre que moi fut toutes ses années au centre de ma propre existence ? Personne ! Ce n’est pas rien.
La clameur permanente du monde extérieur masque quelque peu l’hilarité de mes souvenirs enfouis désormais, je l’admets. J’irais même jusqu’à reconnaître que je dédeviens peu à peu, sans bruit. Suis-je en train de... de... ? Difficile à présent de soulever le voile et de mener une réflexion sérieuse basée sur une argumentation étayée. Si c’est le cas, la belle affaire ! Je ne suis ni plus ni moins accompagné que d’ordinaire. La solitude et moi-même nous tenons compagnie depuis fort longtemps. Nos rapports ont toujours été cordiaux. Aucune hostilité. Nous ne sortions jamais l’un sans l’autre. Il n’y a pas à dire, sa présence me rassurait... Quel chemin parcouru m’a mené jusqu’à cette chambre ? Où suis-je ? Je ne saurais dire. Je sais par contre avec exactitude que la sortie est proche. Peut-être ai-je même déjà franchi le palier.
Je ne suis plus tout à fait au monde depuis belle lurette. Probablement. Mes suppositions n’ont plus la pertinence et l’ancrage intellectuel solide de mes jeunes années. Respecté, oui, j’étais respecté. Mais il me reste l’instinct. Je lui fais confiance. Je dois lui faire confiance !
Je suis un homme courtois. Aussi ai-je décidé de répondre avec une bonhomie apparente à toutes ces personnes qui me sollicitent sans cesse. On disait par ailleurs de moi que j’avais la cuite élégante. Je sais me tenir et m’adapter aux situations. Je sais également reconnaître la bienveillance quand elle se présente à moi.

Le mur de Berlin serait tombé il y a 25 ans, dit-on. Les gens inventeraient n'importe quoi. Je me sens en pleine forme aujourd’hui. J’attends mon fils qui accuse un certain retard, comme souvent. Ce n’est pas grave. J’ai hâte de retrouver mon appartement et mes habitudes. La chose politique me passionne. J’espère que ma courte hospitalisation ne m’a pas fait perdre le fil d’une actualité souvent riche en rebondissements. Gorbatchev ne me déplaît pas mais je demande à voir. Comme au poker, le jeu des hommes libres.

53

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !