Girafes et Eléphants

il y a
1 min
78
lectures
3
Les bars miteux, les PMU de province, tout ça j'ai donné baby.
A une époque, on tournait avec mon groupe dans les établissements les plus miteux du Nord de la France. On avait froid, on se les pelait tout le temps. C'était l'hiver, et la route du retour était toujours putain de longue.
J'étais jeune et j'en voulais, j'avais de l'ambition à revendre mais je me fracassais tous les jours sur l'autel de la misère humaine. Je bossais la semaine comme surveillant, et à partir du jeudi on prenait la route. J'y ai laissé ma caisse, mon argent et ma santé.
Et puis j'ai failli fracasser mon bassiste. Ce connard annulait certaines dates au dernier moment pour rester avec sa gonzesse. Baiser ou jouer, voilà la question. On joue où ce soir ? Au Balto, à Saint-Quentin ? Attends, je calcule... 20 euros de gasoil, plus l'attente, plus le froid, plus l'ennui, plus le retour, tard dans la nuit, plus la fatigue. Christophe, allo je suis malade.
Nique ta grosse, bâtard, on fera sans toi.
Sauf que moi j'avais les larmes aux yeux et j'ai joué seul sur mon tabouret, pleurant, crachant, me bousillant la voix. Une fille qui était là m'a même dessiné ce soir-là, elle était maqué avec le chanteur boutonneux du groupe avec qui on tournait. Il portait des pulls camionneurs, c'est dire s'il était con.
Pourquoi faire tout ça, me direz-vous ? Au nom de quoi ?
Si je le savais... J'imagine que tout ce merdier correspondait à une fuite en avant, merde qu'est-ce que j'aurais pu faire d'autre ?
A Abbeville, au Crofter's il y eut une incroyable concentration de beaufs. Des fans de foot, de rugby, ou pire des deux.
Nos compos ne les intéressaient clairement pas. Par contre, à l'annonce du riff de « Seven Nation Army » des White Stripes, leurs regards bovins se réveillèrent d'un coup d'un seul.
Pour eux c'était la chanson du foot ! Ils ressemblaient à des enfants.
Un solide gaillard, trempé de sueur, en manqua même de tomber.
Ces gars étaient de sacrés soiffards... Ils tétaient leurs bières sans s'arrêter ! Je n'ai jamais vu, de toute ma vie, autant de girafes défiler sous mes yeux... Des éléphants et des girafes, et tout ça à Abbeville.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,