2
min

GIFT LIFE 2ème épisode

89 lectures

18

(2ème épisode) LE DESTIN N'EST PAS ECRIT DANS LES LIVRES











..................................................... Couverture rouge.........................................................
................................................ Là-bas sur une étagère.......................................................
................................................. Manuel d’urgence.............................................................


Simultanément, me sautent au visage l’imperium de ma charge et ma totale incapacité. J’ai trente ans, je n’ai que trente ans, trente ans remplis d’études, de diplômes, de réussites professionnelles et privées. Reconnu surdoué par ma hiérarchie, par mes pairs et par mes père et mère, jamais, non, jamais je n’ai été, jusqu’à ce jour, confronté en direct à une vraie tragédie, sans simulacre, sans préparation...

Mon ventre soudain se contracte, des étoiles filantes prennent possession de ma vue, mes jambes tentent de se dérober à cette éclosion de peur, d’effroi, de défiance envers moi-même. Par miracle ou instinct je m’appuie à quelque chose qui s’avérera être un vulgaire piquet de bois à moitié fendu, comme dans les caricatures d’hommes ivres au sortir d’un tord-boyaux. Puis, plus rien. Oublieux de ma charge, oublieux des cris, des flammes, du drame tout entier qui se joue autour de moi, je vomis. Mes viscères se vident, tous, complétement, totalement. Si je n’avais lu, dans quelque chronique médicale que l’odeur est le seul sens que le cerveau ne sait pas maîtriser, je me demanderais encore, des années plus tard, pourquoi, chaque fois que je songe à cette catastrophe, je suis assailli par le souvenir de l'amertume nauséabonde de ma propre bile déversée là en holocauste à ma petitesse.

Reprenant mes esprits, je lève la tête : Jeannot est devant moi. Il me tend un immense mouchoir à carreaux bleus.

– Essuyez-vous, appelez les pompiers et la gendarmerie, dites-leur les flammes, dites-leur les cris, dites-leur que les wagons sont couchés de ce côté-ci de la voie et qu’ils ne pourront pas accéder depuis la ville, dites leur bien que l’accident s’est produit sur le passage à niveau, que la locomotive s’est encastrée avec un camion-citerne. Et après, dirigez mes collègues : il faut faire de la place dans la salle pour les premiers secours, il faut venir au bas du talus récupérer les gens qu’on va sortir et je commence tout de suite avec Titiou-le-Basque. On est pompiers bénévoles, pas les autres.

Faire ce qu’on doit faire, au moment où on doit le faire, ce n’est pas plus compliqué que ça.

................................................... Vaines catastrophes.....................................................
............................................... Tournent inlassablement..................................................
................................................... Vie, terre et destin.....................................................

Et me voilà, moi, Wilfried, le plus jeune sous-préfet de France qui viens d’avoir l’outrecuidance de m’interroger sur mes incapacités, ramené à la réalité par cet homme au regard franc, cet agriculteur-pompier qui m’a tendu son mouchoir, intimé l’ordre de m’essuyez et d’agir simplement.

Pianotant sur mon téléphone je retrouve le ton et les mots voulus pour lancer des ordres péremptoires, parce qu’urgents. Sans même m’en apercevoir je dresse instinctivement le plan d’action et de sécurité qui s’impose. Faire libérer l’accès routier, abattre un buisson gênant pour le transport manuel des victimes, réquisitionner une cour privée, permettre aux hélicoptères d’atterrir et redécoller, alerter le service d’urgence du C.H.U. de Foix, penser in extremis à rassurer Emeline, écarter les badauds qui commencent à arriver, transmettre l’état des lieux au Préfet, au Commandant de Gendarmerie... et, regarder du côté des wagons, là où disparaît et réapparaît celui qui commence à prendre en mon cœur la place d’un frère.











................................................................................................. A suivre

Thèmes

Image de Nouvelles
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Suite du suspense, je me réjouis d'être arrivée quand tout était fini car je n'aurai pas à attendre.
Vraiment intéressant !

·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Et de deux ! Je vais attendre un peu pour aller au numéro 3, le temps que les secours arrivent. Promis juré, Anne-Marie ! Je clique sur j'aime.
PS : Ôtez-moi d'un doute, Anne-Marie, ce n'est pas votre wagon qui a déraillé au moins ?

·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Non, non, Jean, merci de vous en inquiéter, et même si je n'ai pas écrit depuis pas mal de temps, ce n'est pas la faute d'un déraillement matériel mais de celui (s'il me lisait il ne serait pas très content et aurait raison) d'un étudiant que j'aide à finir sa thèse et qui me "mange" littéralement tout mon temps mais les choses devraient se terminer, peut-être demain (ouf !) et je retrouverai ainsi le chemin de publication dans short ! Merci pour votre lecture.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
C'est très bien de vous investir pour un étudiant, Anne-Marie. Moi-même, je me suis occupé de trois thésards en mathématiques dans les années 90 et j'arrivais quand même à écrire ! Maintenant que je suis à la retraite, je ne fais plus de maths et j'écris trois fois moins !
Bon courage à vous.

·
Image de JPM
JPM · il y a
Coucou
J'ai repris ma lecture interrompue à l'épisode 1 par des tas de trucs...
C'est excellent et très très bien écrit.
Je file voir le 3

·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Merci beaucoup, beaucoup, ça m'encourage vraiment.
·
Image de Br'rn
Br'rn · il y a
Un peu de bon sens et de sang froid, voilà ce dont nous avons le plus urgent besoin, et ces deux qualités me dictent tout de go d'aller voir de ce pas l'épisode trois...
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Tout à fait, merci de votre passage sur cette nouvelle livrée par épisode
·
Image de Sauvagere
Sauvagere · il y a
Heureusement qu'il y a Jeannot !
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Et oui, c'est lui qui tient le sens du récit par delà les évènements ...
·
Image de Claudine Lehot
Claudine Lehot · il y a
et ? j'y vais de ce pas ... bravo !
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Merci !
·
Image de Hermeline
Hermeline · il y a
J'aime l'alternance de prose et des haïkus (que pourtant d'habitude je n'aime guère) pour les images qu'ils donnent.
N.B. "viscère" est un nom masculin, donc ils se vident "tous" et non pas toutes ;)

·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Le 4ème épisode est en ligne !
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Voilà, la faute corrigée. Et pour ce qui est de cette alternance de haïku et de prose, je me régale depuis que j'ai rencontré ce procédé qui permet d'adoucir le drame et comme vous le dites, illustre les choses. Je tente ici d'illustrer ce qui est extérieur au drame afin de mieux cerner la relativité de tous évènements, même les plus difficiles, les plus graves.Bonne soirée à vous Hermeline.
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Oh là là : merci beaucoup pour m'avoir signalé cette faute : à faire vider toutes mes cavités internes (je pense que le mot cavité est à l'origine de ma confusion de genre du mot viscère et je corrige tout de suite). Merci encore !
·
Image de Yèle
Yèle · il y a
Un texte un peu déroutant avec la présence de ces haïkus.... Imagination débridée. A voir la suite!
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Le 4ème épisode est en ligne !
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Il s'agit enfait d'une forme d'écrit qui est lehaIbun alternant haïku et prose ce qipermet de casser et adoucir le rythme du drame ou autre récit que l'on conte. Depuis que j'ai découvert ce style jel'apprécie beaucoup. A bientôt à toi
·
Image de Yèle
Yèle · il y a
Merci pour cette explication ,je ne connaissais pas!
·
Image de Yèle
Yèle · il y a
où trouver le début????Merci
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Bonjour, je te mets lelien, Dis moi si tu as pu le lire car quelqu'un d'autre m'a dit n'avoir pas pu accéder au premier épisode. Je ne comprends pas sur ma page tous mes écrits y sont ???? Donc normalement en cliquant sur mon nom tu devrais accéder à tous mes écrits ??? Mystère ? mais je te mets quand même le lien direct en espérant que ça marche : http://short-edition.com/oeuvre/nouvelles/gift-life
·
Image de Bellinus
Bellinus · il y a
Une fois raccrochés les wagons (!), d'un 1er épisode – relu – à l'autre, ça va mieux... Stupeur et perplexité. Dans l'attente de ce "frère" qui va émerger de la catastrophe... jeudi prochain ?
·
Image de Anne-marie Cecillon
Anne-marie Cecillon · il y a
Oui mais.... A jeudi !
·