Flying Fortress

il y a
3 min
399
lectures
37
Qualifié

« Viens je t’emmène ! » Vous vous souvenez de cette chanson de Michel Berger ? Et bien pour moi, c’est ça l’écriture. Prendre le lecteur par les yeux, lui faire découvrir des  [+]

Image de Été 2021

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Battler Britton et son équipage venaient de lâcher leurs chapelets de bombes sur la Ruhr. Une fois de plus, les usines d'armement nazies allaient subir de lourds dégâts, permettant de mettre fin plus rapidement à cette maudite guerre. Les projecteurs de la défense antiaérienne balayaient le ciel de leurs sabres lumineux à la recherche de leurs proies. Plusieurs « Flying Fortress » avaient été touchées par les puissants canons de l'ennemi, mais Battler Britton avait réussi une fois de plus à échapper à leur tir.
Des balles de mitrailleuses traversèrent soudain le cockpit, heureusement sans faire de blessés.
« Messerschmitt à deux heures ! » hurla le mitrailleur de la tourelle avant, dans le casque de Battler Britton. « Damned, ça va chauffer ! pensa ce dernier. Feu à volonté ! » ordonna-t-il.
Aussitôt, les canons du lourd B17 entrèrent en action crachant leurs munitions sur l'avion de chasse ennemi.
« On l'a eu mon Commandant ! » cria le copilote.

*

À cet instant une sonnette retentit. Le garçonnet leva les yeux de sa bande dessinée. Un client venait d'entrer. « Pouh, ben y fait pas chaud aujourd'hui ! » Plusieurs autres clients acquiescèrent le nez plongé dans leur journal.
« Qu'est-ce qu'il dit, m'sieur Baroyer ? Ça va-t-y la santé ? »
« Oh mes douleurs, comme d'habitude. Enfin, faut pas s'plaindre, hein, M'sieur Boisseau, y a pire que nous ! »
« Y nous enterra tous ! » lança Boisseau, en prenant à témoin les autres clients qui opinaient pendant que Baroyer se réchauffait les mains sur le vieux poêle à charbon.

*

« Bravo, les gars, maintenant on rentre à la base ! » lança Battler Britton. Les tirs de canons de la DCA allemande s'éloignaient peu à peu. Encore une mission accomplie pour Battler et ses hommes. Chacun savait parfaitement que les pertes de la nuit avaient dû être lourdes et que ce soir encore, beaucoup de camarades manqueraient à l'appel...

*

Le coiffeur lui appuya doucement sur le sommet du crâne l'obligeant à se pencher en avant. Cela compliquait un peu sa lecture. En levant légèrement les yeux, il l'aperçut dans la glace son rasoir à la main. Il n'aimait pas beaucoup ce moment-là. Pourtant il fallait bien raser les derniers petits cheveux qui avaient échappé à la tondeuse. Ça faisait plus propre. Le vieux Boisseau passa un peu d'eau tiède sur sa nuque pour l'humecter avant le rasage. La main qui tenait le rasoir tremblait dans un mouvement continu. Il avait toujours peur qu'un geste maladroit lui coupe une oreille.
On lui avait dit qu'il avait la maladie de Parkinson. Pourtant, malgré son âge il continuait de couper les cheveux. Il n'osa pas regarder la main qui n'était plus qu'à quelques centimètres de sa nuque.
Il aurait pu aller chez un autre coiffeur, mais son père y avait ses habitudes et puis c'était à côté de la maison et puis surtout, le salon avait une collection de bandes dessinées qui faisait oublier la séance de torture. Il venait toujours un peu en avance et se plongeait dans Blek le Rock, Battler Britton, X13, Akim, Kit Carson...

*

Ils survolaient maintenant les côtes de l'Angleterre. La base n'était plus très loin et ils allaient pouvoir enfin profiter d'un repos bien mérité...

*

La main, toujours tremblante, s'approchait prête à plaquer le tranchant de la lame sur la peau humide. Il se demandait comment il pouvait faire pour ne pas couper la gorge de ses clients.

*

Battler Britton confia le manche à balai à son copilote...

*

Le tremblement s'arrêta net et le vieux coiffeur profita de cette accalmie pour ajuster son rasoir à la limite du cuir chevelu. Il sentit alors la froideur de l'acier descendre le long de sa nuque. Il n'aimait pas ce crissement sinistre qui arrachait les poils rebelles que la paire de ciseaux n'avait pas pu couper.
Parvenu à la base du cou, il releva sa main qui se remit à trembler.

*

Le copilote posa délicatement le train d'atterrissage sur la piste...

*

La main s'approcha de nouveau puis s'immobilisa et poursuivit son travail. Cela semblait demander au vieux des efforts surhumains, car il sentait son souffle imprégné de tabac s'accélérer. Plus rarement, c'était Maurice qui lui coupait les cheveux. Maurice c'était le garçon coiffeur. Maurice comment ? Il ne l'a jamais su, comme il ne connaissait pas non plus le prénom du patron. On appelait le patron par son nom et le garçon par son prénom.

*

Le colonel était venu au pied de l'appareil pour féliciter Battler Britton.
« Vous et vos gars vous avez encore fait un sacré boulot ! »

*

Il s'efforçait de détacher son regard de la main qui s'agitait malgré elle, mais c'était plus fort que lui. Il avait presque terminé ; il ne restait que quelques petits cheveux, mais il tenait à terminer son travail. Il avait envie de se lever et de crier « C'est fini, maintenant laissez-moi partir ! », mais il n'osait pas broncher de peur de provoquer un mauvais geste chez le vieillard. Il devait attendre que sa nuque soit impeccable.

*

Une jeep s'arrêta au pied de l'appareil au moment où Battler Britton en descendait. Les mécaniciens commençaient déjà à s'affairer autour de l'avion, inspectant les dégâts subis durant la mission. « Tâchez de le bichonner les gars, on repart demain ! » « Ce sera fait mon commandant ! » répondit un des mécanos.
La jeep s'éloigna ramenant Battler Britton à la caserne où il allait pouvoir enfin se reposer.

*

Le supplice du rasoir était terminé. Il lui tapa sur l'épaule :
« Un peu de sent-bon, mon p'tit gars ? proposa-t-il en lui montrant le vaporisateur, toutes les filles vont te courir après »
après l'avoir copieusement aspergé, les mains tremblantes lui tendirent un miroir. « Alors qu'est-ce qu'il en dit ? »
Il ne risquait pas de faire la moindre remarque, de peur de le voir revenir à l'assaut avec son sabre d'abordage. Il chassa les derniers petits cheveux à l'aide de la brosse, lui retira son tablier, puis l'aida à descendre du rehausseur. À regret, le garçonnet posa la bande dessinée sur le marbre du lavabo. Le père Boisseau prit le petit magazine.
« Tiens, emporte-le chez toi, tu finiras de bombarder les boches »
37

Un petit mot pour l'auteur ? 50 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Josette Ascensio
Josette Ascensio · il y a
Je n'avais pas eu l'occasion de lire ta nouvelle arrivée pendant les vacances alors que je n'avais pas de réseau. Honnêtement je regrette de ne plus avoir l'occasion de t'accorder mes voix. J'ai vraiment beaucoup aimé ! Bravo !
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Josette. Ne t'inquiète pas, cela ne change rien. C'est le jury et uniquement lui qui décide qui va en finale. Peu importe le nombre de "j'aime"... Merci d'avoir apprécié ce moment de ma vie de petit garçon.
Image de Roger Gon
Roger Gon · il y a
On frissonne assis à côté de Battler Britton et dans le salon de coiffure. Très beau texte.
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Roger
Image de Robert Bouteille
Robert Bouteille · il y a
L'écrivain s'est fait plaisir avec brio. Un peu de fraîcheur enfantine, ça fait grand bien à un sénescent qui n' a pas encore Parkinson. Merci Christian!
Image de sylvie ravat
sylvie ravat · il y a
Belle évocation de l’enfance (Noël se rappelle qu’il lisait la BD Akim chez le coiffeur à Valençay!).
L’expression « ça-va-t-y », encore très utilisée dans ma region, m’a fait sourire.

Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Bonjour Sylvie, merci de ton commentaires. Encore un point "culturel" avec Noël. Et vous comment ça va-t-y? A bientôt au fil. Bises et bonnes vacances.
Image de Patrick P
Patrick P · il y a
Excellent texte. Bravo
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Patrick pour ce sympathique compliment.
Image de Sylvain Dauvissat
Sylvain Dauvissat · il y a
J'ai bien aimé. Je me suis senti dans la peau du petit gamin...
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Sylvain. Un petit coup de jeune ça fait toujours du bien.
Image de Ooper Ooper
Ooper Ooper · il y a
Bravo irai je chez ce coiffeur?biz
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
C'est du vécu. Merci pour ton retour.
Image de Frédérique BRUDON
Frédérique BRUDON · il y a
J’ai bien apprécié le parallélisme entre le suspense pour le pilote et le jeune client du coiffeur… moment de lecture bien agréable
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Frédérique.
Image de Momodecorbas
Momodecorbas · il y a
Un moment agréable pour une bonne lecture.
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Momodecorbas.
Image de Alexandra Noin
Alexandra Noin · il y a
Une lecture très agréable comme d'habitude !
Image de Christian Ravat
Christian Ravat · il y a
Merci Alex. Hâte d'écrire un texte d'inspiration lozérienne.

Vous aimerez aussi !