4
min

Facholand (la suite)

Image de Patrick Barbier

Patrick Barbier

153 lectures

27

Ce texte est la suite d'une histoire que j'ai récemment publiée sur Short et intitulée "Facholand". La fin m'a laissé sur la mienne (de faim). Aussi je me suis permis de retrouver le personnage principal que j'avais abandonné en fâcheuse posture. J'espère que vous aurez autant de plaisir à lire ce texte que j'en ai eu à l'écrire. A bientôt. Et merci pour vos lectures.






That we don't eat until your father's at the table
We don't drink until the devil's turned to dust.
(James Vincent McMorrow – We don’t eat)


La voiture a quitté le chemin bien avant la carrière et s’est enfoncée dans les hautes herbes constituant la végétation de ce côté-ci des immenses excavations à ciel ouvert. Les deux hommes ont ouvert le coffre, se sont armés et sont partis d’un bon pas vers leur objectif. Arrivés à une trentaine de mètres de la gigantesque lèvre formée par les excavatrices, ils se mettent à ramper. Ils sont à l’est de Clément et de ses ravisseurs, le soleil est dans leur dos. Bartolli prend les jumelles équipées d’un télémètre laser dans son sac à dos et les braque sur le quatuor situé à quelques centaines de mètres. Trois cent quatre-vingt-deux mètres pour être précis. Clément est agenouillé face au précipice et les trois men in black l’encadrent. Il a les mains attachées dans le dos.

Le lien en plastique lui scie les poignets et les cailloux blessent ses genoux. Il contemple l’eau marron tout en bas. C’est donc là son terminus.

- Petite leçon de choses, macaque... Ce que tu vois en bas c’est le lac qui s’est formé en trente ans de pluies. C’était une carrière d’argile. Sous trois mètres d’eau il y a encore cinq à six mètres de boue argileuse. T’inquiète, tu seras en bonne compagnie et personne n’est jamais remonté à la surface. Question de densité.
- Tu t’exprimes plutôt pas mal pour un néo-naze. C’est l’école Mein Kampf ?

L’homme lui colle le canon de son arme sur le haut du crâne.

- Tu nous joues les John McClane ? Tu balances des vannes en attendant l’idée de génie qui va te sauver ? C’est un Magnum 357 qui te chatouille, là. Va falloir te creuser la cervelle sinon c’est une balle chemisée qui va s’en charger.

Les deux autres nervis se marrent doucement.

- Déjà qu’à la base vous n’êtes pas très bien équipés, à l’arrivée, avec l’effet stéroïde, vous vous retrouvez avec des zizis de bébés. Je comprends qu’il vous faille des gros flingues pour compenser.

Clément joue les fiers à bras mais sa voix chevrotante laisse entendre au fumier qu’il n’en mène pas large. Et chaque seconde qui passe le rapproche de son exécution. Qu’est-ce qu’il attend, ce pourri ?

- La seule alternative qu’il te reste c’est une mort instantanée et propre ou une noyade bien dégueulasse. Je ne demande pas grand-chose en échange. Juste trois ou quatre noms de traîtres à la patrie, de ceux qui complotent dans les égouts. Comme des rats. Nous on s’en occupe et toi tu as droit à une mort rapide. Je précise qu’avant que je te balance dans cette purée, je vais t’assaisonner. Et te faire mal. Choisis. Vite...


- Trois noms et tu me mets une balle dans la tête ?
- Croix de bois, croix de fer.

Et les deux débiles de rigoler à nouveau.

- Ok... Eric Zemmour, Patrick Buisson et Alain Soral.
- ...
- T’en veux un quatrième, toquard ?

La crosse vient percuter la tempe du flic qui s’écroule sur le côté.

Le visage derrière Clément apparaît dans le réticule, le doigt caresse la détente et le tireur décale la visée vers la gauche. Inutile de vérifier si le projectile a atteint son but. A cette distance Malek émasculerait une mouche en vol. Deuxième balle et décalage vers la droite. Un visage affolé et une main sous la veste... troisième tir, l'écho des détonations qui rebondissent sur les murs de la carrière puis le silence. Là-bas, aucune silhouette ne se découpe plus sur le ciel bas. Les deux hommes se relèvent, réajustent leurs sacs à dos et s’apprêtent à suivre la crête pour rejoindre leur collègue, toujours effondré.

La bouche emplie de terre qu’il recrache péniblement, Clément tente de se remettre debout tout en jetant un œil aux trois terreurs dont les âmes dégueulasses viennent de s’envoler pour le Valhalla des fachos. A quelque distance, il distingue deux hommes marchant vers lui. Vu le ménage qu’ils viennent de faire, autant les considérer comme des amis. De toute façon, avec les mains dans le dos et la tête comme une enclume, ce n’est pas aujourd’hui qu’il battra des records. Il ferme les yeux et offre son visage à la pluie qui s’est mise à tomber. Amis ou ennemis, il ne peut plus rien y faire.

- Hello, Lieutenant... ça baigne ?
- Bartolli ??? C’est toi le sniper fou ?
- Non, c’est Malek. Moi j’avais les jumelles et je me marrais en les voyant se faire envoyer ad patres.
- Putain ! mais comment vous êtes arrivés ici ?
- On en discutera plus tard, on a encore du taf.

L’heure suivante se passe à récupérer leur voiture, à nettoyer la zone et entasser les trois cadavres dans le 4x4. Malek en prend le volant. Les deux autres flics ouvrent la route, longeant l’à-pic des parois rougeâtres et cherchant un endroit propice à la suite des évènements. La berline braque soudain et stoppe à côté d’un algéco déglingué et totalement taggé. Des têtes de morts, des graffs, des croix gammées y côtoient des messages sexuellement plus explicites. Au centre, le visage du chanteur Renaud au pochoir. Remarquablement fait, au point que Clément se met à fredonner « Hexagone », la chanson préférée de son beau-père. Son vrai père en fait...
Malek arrête le moteur de l’énorme tout-terrain dont le museau pointe vers le lac. Les trois hommes se positionnent et poussent le lourd véhicule qui bouge à peine au début puis qui commence à rouler vers le vide. Les roues avant plongent, l’arrière se soulève et les lois de la physique font le reste.
Une gerbe d’eau et d’écume explose à la surface et alors que le 4x4 s’enfonce avec force remous, des vagues concentriques s’éloignent pour déranger le lac et venir mourir au pied des falaises artificielles. Cinq minutes plus tard, l’endroit a retrouvé sa quiétude sépulcrale.
Bartolli et Malek rangent leur barda dans le coffre de la voiture, laissent la banquette arrière à Clément. Bartolli prend le volant et « le sniper fou » ouvre la boîte à gants pour y prendre une trousse de premiers secours. Le véhicule s’éloigne en cahotant.

Haut dans le ciel, un éclat métallique clignote puis disparaît. Le drone d’observation vire sur l’aile et se met à suivre le véhicule et ses trois occupants.

Thèmes

Image de Nouvelles
27

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Ace of Spades
Ace of Spades · il y a
Hé... ami ou ennemi, le drone ??...
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Ben pour l'instant je n'en sais encore rien ^^
·
Image de Granydu57
Granydu57 · il y a
Belle lecture, tout à fait ce que j'aime. Oui, une suite, il y a des pistes à suivre.
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Merci Grany. J'ai des trucs qui se mettent en place dans un ptit coin de ma calebasse mais pour l'instant rien de probant ^^
·
Image de Cajocle
Cajocle · il y a
Comme Charles et tous les autres... j'attends.
'tain, suis marrante ce matin !

·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Effectivement ^^
·
Image de Joelle Teillet
Joelle Teillet · il y a
hi hi :-)
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Merci Joelle...
·
Image de Kie
Kie · il y a
C'est nerveux et ça a du punch.
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Merci beaucoup Kie
·
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
ouf ! soulagée pour ce pauvre Clément !
"son vrai père, en fait" porte ouverte sur une suite ?

·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Je n'y avais pas pensé, Anna mais c'est une idée ^^ Merci pour tes lectures de mes petites histoires.
·
Image de Anna Hoser
Anna Hoser · il y a
flattée de vous avoir inspiré !
·
Image de Cannelle
Cannelle · il y a
Ben je vais me joindre au concert des pleureuses, la suiiiite !
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Pourquoi pas ? Merci Cannelle...
·
Image de Ted
Ted · il y a
J'ai mordu à l’hameçon: obligé d'attendre les suites de cette série O))
Mon vote

·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
Il ne devait pas y en avoir. mais pourquoi pas, si je ne me coince pas dans une impasse ^^ Merci Ted
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Je suis depuis le premier épisode, alors bien sûr, j'attends la suite de celui-ci !
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
J'ai commencé une histoire complètement différente. Je m'y mets tout de suite après ^^
·
Image de Marie
Marie · il y a
TB à tous points de vue. On sent venir une suite.
·
Image de Patrick Barbier
Patrick Barbier · il y a
J'aime le fait que le flic Clément ait été sauvé par ses potes alors qu'au départ je le faisais mourir (ça m'énervait ^^) mais je ne pouvais pas les laisser s'en tirer comme ça. Il n'y a pour l'instant aucune suite de prévue mais vos commentaires me font y penser (ou "m'y font penser" ?) ^^
Merci Marie

·