EVE ET ADAM L’exil et l’espoir Acte 1

il y a
4 min
25
lectures
6

https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/larrivee-de-la-mousson https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/rencontre-a-uriage Salut à tous, je suis qui je peux... Français  [+]

Pièce en cinq actes de trois scènes chacun.





Personnages :




- EVE, femme d’Adam

- ADAM, époux d’Eve

- CAIN, fils aîné d’Adam et Eve

- ABEL, fils cadet d’Adam et Eve

- LA VOIX D’EN-HAUT, le signe de la présence d’Il-Est

- LE CORBEAU NOIR, une présence funeste, celle du Diable

- SETH, fils benjamin d’Adam et Eve

ACTE 1, SCENE 1

ADAM et EVE

Deux individus, le regard égaré, sont couchés ventre à terre. Le sol est pierreux et aride. Derrière eux, à quelques mètres de distance, une porte en bois est fermée. Le vent souffle jusqu’à hurler.

EVE, se relevant péniblement.

Adam ! Reprends-toi ! Nous sommes en exil.

ADAM

Que dis-tu ? Je ne veux rien voir... rien entendre. La terre est devenue notre ennemie. Je resterai là couché à tout jamais. Le désespoir est ma demeure.

EVE

Allons, rehausse la tête et vois cette porte : c’est le saint passage de la vie. Oui, nous sommes désormais dehors. En-dehors de Sa Protection et de Son Amour.

ADAM

Alors, que faire femme ? Tu m’avais été présentée et rien de bon n’en est sorti.

EVE, d’un ton ferme et provocateur.

Cesse tes jérémiades et levons-nous pour de bon. Nigaud, tu crois encore vouloir tout mettre sur mon dos, hein ? Ce fut ton désir de mordre dans le fruit juteux. Il-Est nous l’avait certifié. Manger de ce fruit causerait notre perte assurément. N’aurais-tu pu, toi, t’empêcher de le goûter ?

ADAM, avec une voix de petit garçon

Mais tu y avais touché la première !

EVE

Et alors ? Le serpent était si tentant, si assuré de ma naïveté... Cette maudite bête, il aurait fallu que tu broies sa tête à coups de talon, Adam. Mais cela suffit maintenant. La porte est scellée à jamais. Nous ne retournerons plus du tout dans ce jardin vert où coulaient l’abondance, l’ignorance et l’éternité.

ADAM, rageur.

Ah ! Que sais-tu donc de plus en cet instant ?

EVE

Je sais ce que je sais. L’avenir est connu. La misère, la dure vérité et la mort. Voilà de quoi se charger à en crever d’angoisse !

ADAM, serrant avec gaucherie Eve, hurle au ciel.

Non, nous y retournerons, nous y retournerons...
ACTE 1, SCENE 2

ADAM, EVE et CAIN

Adam s’occupe d’un feu avec dextérité : Eve est en train de mettre au monde son premier-né. Elle souffre le martyre.

EVE, hurlant de douleur.

Ah Adam, Adam... J’ai si mal que j’ai l’impression que mon corps va se détacher en deux parties.

ADAM

Oui, tu souffres. Nous avons souffert oui, ensemble, depuis ces années de labeur infernal. La chaleur et le froid. Mais il y a ici la vie en toi, une vie pure celle-là, à nouveau. Comme les nôtres étaient de par le passé, exactement Eve.

EVE, la voix et le souffle coupés.

Silence animal ! Ne veux-tu point du silence ? Ah, je pousse notre enfant... Il vient, il vit, je le vois enfin. Crie là ! Appelle-le ! Et vois si on t’écoute encore !

Adam prend son fils aîné Caïn entre ses mains et le tend vers le ciel. L’enfant arrête ses cris.

ADAM, espérant on ne sait quoi vraiment, sourit.

Tu nous guideras à nouveau vers la porte de bois. Les épées des chérubins cesseront aussi de tourner et, ensemble, nous pourrons réintégrer ce Paradis perdu. Vive Caïn qui nous éclaire dans la nuit !

EVE, s’est mise debout avec difficultés. Elle s‘adresse à Adam.

Ne rêve pas homme. Combien d’autres enfants devrais-je mettre au monde pour oser reapprocher Il-Est ? Caïn serait suffisant ? Toi, Adam, tu n’as donné la vie que par Lui ! Ne cherche pas à guider notre existence. Laisse-toi faire !
L’enfant Caïn s’est remis à hurler après les paroles de sa mère.

EVE, surprise.

On dirait que ton fils ne supporte que mal ce que je te dis. Il te suit déjà.

ADAM

Oui, je suis un peu heureux. Un peu plus. J’essaie d’oublier le fruit. Je mords dedans toutes les nuits. J’enrage. Doucement, continuellement.

EVE

Oui Adam. Tu es un peu plus heureux. Mais je suis ce soir fatiguée. Laisse-moi dormir et endors ton fils.

ACTE 1, SCENE 3

ADAM, EVE, CAIN et ABEL

Abel et Caïn, frères, grandissent auprès de leurs parents. Deux caractères. Deux visions du monde.

EVE

Abel, Caïn ! Venez près de moi pour partager notre repas. Il est bon de prendre son temps tous ensemble car l’Éternité n’existe plus.

ABEL, intrigué.

Où est notre père ? Et aussi, que signifient tes paroles ? Pourquoi l’Eternité aurait-elle déjà fusionné en nous, avec nous ? Nous ne sommes bien que des êtres qui meurent tout comme les brebis et les chèvres dont je m’occupe jour après jour... Il n’y a aucune différence...

CAIN, coupant son frère.

Moi, je ne songe pas à la fin des choses. J’existe simplement et cherche à faire pousser de beaux légumes, des fruits pleins de saveurs délicates que j’adore, d’ailleurs, manger avec un tendre ragout de mouton.

EVE

Tu vois la réalité Caïn. Souvent vos disputes avec Abel résonnent à mes oreilles. Enfin, tu réalises combien vos qualités se complètent.

CAIN, à Eve.

Les animaux du bétail -l’agriculture. La douceur -la rage de vivre. L’intérêt pour l’invisible et votre passé -le goût pour le futur et la fuite en avant. Regarde toutes nos différences avec Abel !

ABEL

Cesse ta liste, frère. Pense seulement à ce que tu es et grâce à Qui tu détiens ton énergie quotidienne...

ADAM, intervenant en coupant son fils cadet.

Il est vrai que nous devons tout à Il-Est. D’ailleurs, j’espère que demain matin vous viendrez tous les deux avec moi sur le lieu de notre expulsion du jardin vert. C’est à environ une journée de marche de cet abris. Nous emporterons donc quelques provisions de quoi voir venir la distance puis nous rentrerons à la nuit noire. Ces bâtons suffiront en cas d’attaques de chiens sauvages.

ABEL

Bien père. Et mère ?

ADAM

Elle restera ici chez nous à attendre. Nos trois estomacs affamés plus que de raison réclament, je crois toute son attention.

EVE, sourit à ses trois hommes et murmure.

Partez, partez ! Seulement, n’espérez pas trop... Le voyage de la vie est unilatéral, c’est un point de non retour. C’est une ligne qui se tend et sur laquelle nous devrons cheminer sans hésiter.

ADAM, exaspéré.

Vas-tu te taire toi ? Laisse-nous aller comme bon nous semble. Même toi Abel (il le regarde avec des yeux durs) tu y iras quoi que ta mère dise.

ABEL, résigné.

Père, si tel est ton souhait.

CAIN

C’est certain. Nos efforts réunis pour survivre coûte que coûte doivent toucher l’Etre suprême. Pas vrai ? Il-Est va soutenir ton projet de retour, père et nous serons encore bénis. Les labeurs, le sang et les peurs doivent, sans doute, être récompensés. Il faut, dès à présent se reposer afin de quitter, frais, ces lieux.

ADAM

Qu’il en soit ainsi. Mangeons puis dormons.

Eve se met silencieusement à sangloter, regarde ses mains dont elle a écarté les doigts. Elle parle seule de manière inaudible puis sert sa famille avec attention et précision comme pour montrer toute l’importance de repas-ci.
6
6

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joëlle Brethes
Joëlle Brethes · il y a
De quoi combler les trous de la bible ;)
Image de Chan Jau
Chan Jau · il y a
A bientôt pour la suite de EVE ET ADAM.
Image de Claudine Rêve
Claudine Rêve · il y a
Alors si les actes suivants sont prêts , moi j’attends la suite !! Vite déposez les😊
Image de Youri Billet
Youri Billet · il y a
Les autres actes sont prêts... Vos commentaires sont ouverts !

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Palmers song

Gérard Aigle

En Arles où sont les Alyscamps,
Quand le soir est rouge sous les roses,
Et clair le temps,
Prends garde à la douceur des choses.
P.J. Toulet
— Va chercher Wang.
— Il est encore très... [+]