4
min
Image de Nectoux Marc

Nectoux Marc

272 lectures

137

Qualifié

Je suis un enfant qui est prêt à rejoindre la terre. Dans quelques heures, je vais respirer d’une façon nouvelle et je vais connaître mes parents. J’espère que ces gens-là seront gentils avec moi, car il faut dire que j’ai un peu peur des changements qui vont arriver dans les heures qui vont suivre. Beaucoup d’enfants sont partis avant moi et je suis le prochain sur la liste. Quand cette petite porte bleue s’ouvrira une nouvelle fois, ce sera pour m’inviter à la franchir. Il me semble être déjà passé par là, mais les souvenirs restent confus. Ça y est ! J’entends la mélodie ! Celle qui annonce l’ouverture de la porte. Ça y est, elle s’ouvre, c’est à moi, j’ai froid !

— C’est un garçon, félicitations !

Je me sens tout drôle et je suis gelé. Je suis blotti sur la poitrine d’une femme. J’apprécie l’odeur tiède et la douceur de sa peau. J’essaye de parler, mais je n’y arrive pas. Ils paraissent heureux. Je n’y vois plus rien. Je me sens ballotté dans tous les sens et j’ai mal partout. Je suis fatigué, très fatigué.

J’ai six ans et je suis comme qui dirait un enfant dégourdi. Je fais des bêtises et je suis têtu. J’aime bien mes parents sauf quand ils me crient après.
Je vais à l’école, mais je n’aime pas ça ! Au bout d’un moment, je me déconcentre et je ne comprends plus rien. Mes parents essayent de m’aider, mais ils n’ont pas l’intellect. Je sais que je les déçois beaucoup. Je voudrais bien qu’on me laisse tranquille. J’ai envie de faire plein de choses !

Je viens d’avoir douze ans et mes parents ont fêté ça ! Ils n’ont pas eu d’autre enfant. Je pense que c’est ma faute.
Ma mère a beaucoup pleuré à cause de moi, pourtant, ce n’est pas ce que je voulais. Mon père est un brave homme et pas méchant pour un sou. J’ai soufflé les bougies et mangé ma part de gâteau. Il était bon.
J’ai tout ce qu’il faut à la maison et je suis loin d’être malheureux. Demain, je n’irai pas à l’école, et ce sera pareil pour les jours d’après. Je vais gagner de l’argent et j’en donnerai à mes parents ! Ça leur fera plaisir et ça les aidera bien, je leur dois bien ça !

Hier, j’ai eu mes dix-huit ans. Je n’ai pas revu mes parents depuis six ans. J’ai été obligé de changer de nom parce qu’ils me recherchaient. Mes amis de Marseille m’ont donné d’autres papiers. Je gagne pas mal d’argent et j’ai une petite amie. Quand j’aurai réussi, j’irai revoir mes vieux pour les rassurer. Ils seront contents de me revoir. J’espère qu’ils vont bien. Mon travail n’est pas difficile. Je transporte et je livre des colis. Je voyage beaucoup et j’ai découvert pas mal de pays. Je ne connais pas mon patron et mes copains non plus d’ailleurs. Aujourd’hui, j’ai la gueule de bois, à cause à mes dix-huit ans. J’ai trop bu et ça me rend toujours très malade de boire.
Demain, je vais à Cassis. J’ai rendez-vous avec un gros client. Avec un peu de chance, je vais peut-être décrocher un beau contrat.

J’ai vingt-quatre ans depuis quelques jours, et j’ai toujours pas revu mes vieux. J’ai pris du grade dans ma société et je gagne très bien ma vie. J’ai une belle maison à Bandol et je roule en BMW cabriolet. J’ai une dizaine de mecs sous mes ordres et tout le monde me connaît sur le Vieux-Port. Je m’achète des fringues de ouf. J’ai même un super bateau. J’ai ouvert un compte à la banque pour mes parents depuis quelques années. Il commence à être bien étoffé.
Ce que je voudrais, c’est leur acheter une petite maison sur la côte ! Ça me ferait tellement plaisir d’y arriver. Je vois déjà leurs regards émerveillés.
J’ai plus de petite amie. Elle s’est tirée. Mais ce n’est pas important. Une de perdue et dix de retrouvées.

Trente ans ! Je n’ai pas vu le temps passer ! Je suis tellement absorbé par mon boulot que je ne me vois pas vieillir. J’en ai fait du chemin depuis ! Mes vieux habitent toujours à la même adresse. J’ai téléphoné l’autre jour et j’ai reconnu ma mère. Mais je n’ai pas parlé. Je ne pouvais pas. Une autre fois, demain peut-être.

Je me suis marié. Ma femme est une pure marseillaise et son père tient un commerce de chaussures vers Castellane. Il ne m’aime pas beaucoup, mais je m’en fous ! Ce n’est pas avec lui que je couche. Je pense que c’est la jalousie d’un vieux de cinquante balais qui voit un jeune comme moi posséder autant de biens qu’il n’en aura jamais. Mais c’est la vie. Je suis un killer ! Avec ma belle-mère, ça va bien, elle est sympa. J’ai rencontré ma femme lors d’une remise de médailles à la mairie de Marseille. Un copain pompier qui recevait cette médaille pour bravoure. Ma femme, journaliste, couvrait les faits... Le reste, c’est le destin, comme on dit.

J’ai bientôt quarante balais et je suis dans le pétrin. Je me planque à La Barque, près d’Aix, car à Marseille, ça devenait chaud ! On a foutu un contrat sur ma tête et le temps que mes potes règlent le problème, je me suis mis au vert. Je suis séparé de ma femme depuis quelques mois. Ça ne collait plus beaucoup entre nous. Ils ont foutu le feu à ma maison de Bandol.
Heureusement que je n’y étais pas, sinon je suis sûr qu’ils m’auraient fait la peau. Mes vieux ? J’ai plus le temps d’y penser ! Ce qui me fait le plus de soucis, c’est que je ne peux plus bosser. Quand on fait un boulot comme le mien il faut surveiller ses troupes, sinon c’est le waï !

J’ai perdu pas mal de potes ces dernières années. Les affaires deviennent de plus en plus difficiles avec tous ces macaques venus de l’Est. Mes potes ont tous été piégés par des meufs à eux. Ces filles sont tellement belles qu’elles feraient damner le meilleur des saints.
Je les avais pourtant prévenus de ne pas y toucher à ces meufs !
J’ai mal ! J’ai pris un pruneau dans la cuisse et je ne peux plus marcher. S’ils me trouvent, mon compte est bon. Je pensais que, depuis le temps, le contrat sur ma tête avait été annulé. Mais non ! Ils ont flingué à tout va quand ils m’ont vu dans le clandé. J’étais revenu à Marseille depuis déjà pas mal de temps, et je croyais cette affaire classée. Heureusement que mes potes étaient là, sinon ils m’auraient eu. Je vais solder mes affaires et je vais me faire oublier. Je retourne vivre chez mes vieux.

Acheter une maison en Bretagne et leur offrir, voilà ce qu’il faut que je fasse !

En attendant je vais me cacher à Pointe rouge dans une casemate abandonnée. Mes potes viendront me ravitailler. La planque à La Barque n’est plus sûre !
Il y a quinze jours que je suis à Pointe rouge et ma jambe sent mauvais. J’ai terriblement mal et j’ai une boule de sang sur la cuisse. Il y a trois jours que je n’ai vu personne. J’ai faim et je commence à avoir très froid. Je crois que j’ai attrapé la gangrène.
Quand mes potes viendront, je me ferai accompagner à l’hosto. Faut que je me fasse soigner. Je ne me vois pas cul-de-jatte ! J’ai plein de choses à faire encore.
Ah ! J’entends quelqu’un... C’est mon pote !

— Mais c’est quoi ce flingue ? Tu es malade ! Qu’est-ce que tu fais ? Non !

Je suis un enfant qui s’apprête à rejoindre la terre. J’espère que mes futurs parents seront sympas. Il y a plein d’enfants devant moi qui attendent de franchir la petite porte bleue. Il me semble être déjà passé par là. Mes souvenirs sont flous. J’ai froid.

PRIX

Image de Printemps 2019
137

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de De margotin
De margotin · il y a
Je vote
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
J'avais encore rien lu de semblable, un grand bravo ! Quel joli texte sur la vie, celle qu'on a eue, qu'on a, qu'on aurait rêvé d'avoir...
·
Image de Nectoux Marc
Nectoux Marc · il y a
Merci Diamantina pour ce joli commentaire. Hélas, ça n'a pas suffi à convaincre les membres du jury. A bientôt.
·
Image de Diamantina Richard
Diamantina Richard · il y a
Ça ne veut absolument rien dire, et puis peut-être il sera recommandé... à suivre...
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
...interrogations d'un homme qui veut se refaire ? mes voix
suis en lice poésie , si vous aimez

·
Image de JiJinou
JiJinou · il y a
On est toujours le fils de...Belle chronique marseillaise. Toutes mes voix .
·
Image de Samia.mbodong
Samia.mbodong · il y a
La vie de ce truand, et surtout ses états d’âmes sont parfaitement retranscrits dans ce récit.
Une belle plume agréable à suivre avec en toile de fond Marseille la belle.
On y découvre et c’est sûrement le plus important pour moi peut être ses peurs ses désirs ses joies ses peines.
Un récit très touchant finalement et profondément humain.
J’ai aimé
Bravo et merci.
Samia

·
Image de Mireille.bosq
Mireille.bosq · il y a
Cousu de fil blanc, mais bien cousu. Une histoire morale sans avoir l'air d'y toucher.
·
Image de Corinei
Corinei · il y a
mon max de voix et histoire de la porte excellente. Chez les bouddhistes le corps est un véhicule que l'on change régulièrement
·
Image de Hervé Mazoyer
Hervé Mazoyer · il y a
On a une et une seule vie.. alors pourquoi la rater a ce point ? Pourquoi rendre ceux qui nous aiment malheureux...mais si croyez comme dans votre texte tres reussi par ailleurs que la vie est un eternel recommencement peut etre aura t il une deuxieme chance et une vie meilleure...mes voix pour vous bravo.
Vous etes libre si vous le souhaitez de venir lire ou non mon texte. A la seule condition qu il vous plaise vous pourrez le soutenir.
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-loup-et-les-agneaux-1?all-comments=1&update_notif=1550941486#fos_comment_3362812

Amicalement.

·
Image de RAC
RAC · il y a
MAGNIFIQUE de cruauté & de véritéS ! Texte très fluide. Bravo !
·
Image de Loodmer
Loodmer · il y a
Les dangers de la réincarnation. Demain il sera peut-être un fauve. Ça le changera pas beaucoup
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème

NOUVELLES

Pitifeu avançait d'un pas lourd. Il venait encore de se disputer avec son père : Flamnéral était un grand dragon rubis âgé de 625 ans et il ne supportait pas que son dernier fils n'ait pas ...