Et le Lauréat du Concours est.... !

il y a
2 min
88
lectures
13

"On ne peut vivre de frigidaires, de politique, de bilans et de mots croisés, voyez-vous ! On ne peut plus vivre sans poésie, couleur ni amour." Saint-Exupéry J'aime jouer avec les mots, rire ... [+]

Comme vous le savez, c'est moi, Comillaslovers qui ai gagné au concours des 40 ans du RER. J'étais très contente, surtout vis-à-vis de ma famille et de mes amis, et je me suis bien amusée en plus. Cela m'a surtout permis de lire vos trouvailles, vos petits bijoux, les uns très drôles, les autres émouvants ! Quelle richesse ! L'imagination littéraire, c'est formidable et puis cette possibilité de dialoguer, féliciter, cette interaction ! Je me dois pourtant de vous raconter la suite des évènements qui n'ont pas du tout été révélés, ni par Shortédition, ni par la presse.
Comme annoncé dans les explications du Prix, il était question de rencontrer l'auteur du "Liseur du 6h27", Jean Paul Didierlaurent....J'étais très émoustillée car ce livre, je l'avais conseillé à plusieurs personnes : cette histoire jubilatoire de maison de retraite, cette histoire d'amour, ce carrelage du pipi-room dans la gare; ce livre m'avait autant plu que " l' Elégance du Hérisson" de Muriel Barbery ou " Ensemble, c'est tout" d'Anna Gavalda.
Bref, j'avais reçu une lettre recommandée avec accusé de réception, tout à fait officielle. Je lus la lettre devant mon mari, elle expliquait tout le programme : réception d'une malle de livres, bon ; le 1er décembre, rencontre avec l'auteur, très bien, mais là où mes sourcils commencèrent à froncer c'est quand je lus l'heure du rendez-vous : 6h 27 à la fameuse Gare du roman ! Normal et rigolo mais après un très rapide calcul, je devais partir de la station Massy Palaiseau vers les 5h15. Je ne pouvais quand même pas retenir une chambre d'hôtel pour être sur place !
Ainsi fut fait. Le grand jour, habillée d'un jean pour faire décontractée, d'une tenue qui allait supporter la chaleur des néons et des flashes lors des interviews, je pris mon RER. J'étais parfaitement dans les temps quand à l'arrêt Cité Universitaire, une bande d'énergumènes, riant, hurlant atterrit dans le compartiment. Déguisés, maquillés, c'était sûrement un week-end d'intégration en grande école. Cela me rappelait des souvenirs... Je leur souris gentiment pour participer de loin à leur débordante gaité.
Puis tout dégénéra très vite : ma voisine et moi-même reçûmes un plein sac de farine, et en pleine figure une poche de peinture rouge. J'étais consternée, je me suis mise à crier" Faut pas exagérer ! Ca va pas non! J'ai rendez-vous avec Jean-Didier Paullaurent !" Quand tout à coup j'entendis un grand cri : "Surprise, surprise ! " et vit un énorme panneau avec "Caméra invisible" !
Alors là, vous avez fait très fort Shortédition !
13

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,