Et la classe au plus tôt !

il y a
2 min
615
lectures
46
Qualifié

Bonjour

Image de Grand Prix - Eté 2016
Image de Très très courts
Chers parents,
Je m’empresse de répondre à votre charmante lettre sur laquelle vous me dites que vous êtes en bonne santé. Moi j’en suis de même pour le moment. Vous me faites savoir que le Père était fatigué, mais je pense que ce ne sera rien. Je voulais presque poser quarante huit heures pour venir le voir, mais comme vous m’assurez qu’il va mieux, ce n’est pas la peine.
J’ai reçu dans votre lettre les cinq francs qui m’ont fait plaisir car je n’avais plus le sou.
Je vous dirai qu’il y a eu à Romans une belle fête de la Saint-Jean, avec beaucoup de monde. Et des baraques aussi, il y en avait ! Les montagnes russes, les manèges, les aéroplanes et puis tant d’autres choses...
Autour de Romans, les récoltes vont grand train et les moissonneuses marchent à plein régime. Les vignes sont jolies, les raisins commencent à grossir, mais ça ne vaut pas nos vignobles du Midi !
Vous me donnerez une réponse au plus tôt pour me dire si le Père va vraiment mieux et si vous avez eu beaucoup de cocons sur les mûriers.
Pour ma permission agricole, je compte venir au tout début d’août et rester le mois entier, alors il pourrait y avoir un peu de travail afin de gagner quelques sous. Ainsi, au retour, il ne me restera plus qu’un mois à faire et j’en aurai terminé avec mes trois ans de service militaire.
Nous partons encore pour deux jours de manœuvres ; dans mon bataillon, il n’y a que ma Compagnie qui marche. Nous allons faire une manœuvre contre le premier bataillon qui est à Peyrus : on doit se rencontrer à Besayes.
Ça barde en ce moment au soixante-quinzième, il n’y a plus moyen d’y rester ; heureusement que ça se tire ! Car je suis passé chef de chambrée pour remplacer le caporal qui est devenu caporal d’ordinaire. Ça fait que j’ai vingt-quatre hommes à surveiller ; c’est un sale fourbi de passer chef de chambrée, parce que depuis que je le suis, je n’ai pas pu avoir la permission de minuit. Et moi, j’ai trop bon caractère: j’aimerais mieux me faire punir que punir un homme ; mais malgré ça, ils m’écoutent tous.
À part ça, rien de nouveau, tout est calme en ce début d’été et le trente septembre l’armée ne sera plus qu’un souvenir, tant mieux !
Pas d’autres choses à vous dire pour le moment, sauf vous étreindre tous contre mon cœur. Si vous croisez le Père Chabaud, donnez-lui le bonjour de ma part et demandez-lui qu’il embrasse bien sa fille Rose pour moi.
Votre fils qui vous aime pour la vie et qui pense à vous.

À Romans, le 28 juin 1914

Massol Louis,
75ème d’Infanterie,
9ème Compagnie,
Romans, Drôme.

PS : Plus que soixante-quatre jours à faire et la classe au plus tôt* !

___

* L’expression «La classe au plus tôt !» à été remplacée en 1936 par «Vivement la quille !»

46

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !