5
min

Essais et erreurs (cosmogonie farfelue)

Image de Patrick Germain

Patrick Germain

0 lecture

0

C'était vraiment un tour pendable. Blotti dans sa douillette cosmique, Dieu était plongé dans une
sereine contemplation onirique depuis une éternité quand un fils facétieux lui souffla une pincée de
poivre au nez. Le Bon Dieu grimaça, inspira à pleins poumons et éternua violemment...
L'univers était né, expiration de pure énergie se refroidissant en une soupe de particules
quantiques primordiales, s'agglomérant en nuages de poussière pour former les premières nébuleuses
et, par densification, les premières étoiles.
Le Bon Dieu vit tout cela, et décida d'intervenir pour réaliser son rêve: une créature qui Le
connaîtrait, L'adorerait et Le servirait, l'homme. Il orchestra la valse des galaxies, et offrit à son fils de
régner sur un des nombreux mondes qu'il avait créés, mais le Christ (qui était dans sa prime jeunesse)
n'en trouvait aucun à son goût. Dieu décida d'attendre.
Celui qui allait devenir Jésus balayait la salle à manger cosmique, avec sa longue table où
s'asseyaient les dix archanges, son Père et lui, et trouvait plus commode d'envoyer la poussière sous la
carpette que de la jeter dans le vide. À la longue, cela créa une nouvelle nébuleuse, puis une nouvelle
étoile, notre Soleil. Jésus passa un mauvais quart d'heure quand Dieu découvrit sa carpette brûlée, mais
son fils, astucieux, lui dit qu'il aurait bien aimé régner sur la troisième planète de ce système, plaidant à
son Père qu'Il pourrait plus facilement veiller au grain de par sa proximité. Dieu sourit, comme tout bon
père lorsqu'il pardonne à son fils, et lui accorda son souhait.
La Terre n'était alors qu'une boule de lave en fusion, qui grossissait en assimilant les nombreux
déchets sur son orbite. Mais cela devait changer...
Le Christ avait l'habitude de méditer longuement dans la baignoire et ce jour-là, il se faisait
couler un bain lorsque Gabriel l'appela pour qu'il vienne voir une supernova exploser. Il en oublia sa
baignade, l'eau déborda et se déversa dans le système solaire tout proche, entourant Europe (la lune de
Jupiter) d'une couche de glace, sifflant et crachant au contact de la surface brûlante de la Terre pour
1
créer les premiers nuages, et se figeant en blocs de glace un peu partout ailleurs. Heureusement, Dieu
avait l'oreille fine: il entendit le sifflement de vapeur et ferma le robinet. Il venait d'éviter d'avoir une
humanité aquatique. Mais l'affaire n'était pas réglée pour autant: les blocs de glace menaçaient de
détruire sa création, aussi chargea-t-il le coupable et les archanges de les rassembler dans la ceinture
d'Oort, où ils ne gêneraient pas. Puis il piqua une sainte colère à son fils, lui demandant où il avait la
tête. Des éclairs jaillirent des nuages, et permirent la création des premiers acides aminés en se
combinant à l'atmosphère de méthane, d'hydrogène, d'oxygène, d'azote et à l'eau brûlante. La vie
commençait... En guise de punition, Dieu décida de créer une vigile céleste de la Terre, qui veillerait à
ce que rien de néfaste ou de catastrophique n'entrave son évolution. Bien sûr, le Christ en fut le
protagoniste. Cette vigile, qui comprenait aussi Gabriel et Michel, vit apparaître la première algue
bleue d'un bon oeil, puis les petits monocellulaires qui se spécialisèrent et se regroupèrent pour former
des organismes plus complexes, jusqu'au premier animal. La cohorte céleste décida alors d'intervenir
pour diversifier la faune, par la métagénétique qui manipulait le code d'ADN des organismes pour en
créer de nouveaux, bien avant que Darwin ne se doute de leur intervention. Il y eut un concours de
longévité, Michel créant le crocodile (il avait un faible pour les reptiles), Gabriel la libellule, Ariel le
coelacanthe, Jehudiel le pélican, Barachiel la pieuvre, et le Christ, toujours farceur et sachant bien qu'il
n'avait aucune chance contre une telle concurrence, l'ornithorynque, qui fit bien rire le Bon Dieu.
Les dinosaures régnaient en maîtres sur leur planète, promettant une humanité reptilienne,
quand notre futur Seigneur, blasé par trop d'inaction, proposa une partie de croquet cosmique à ses
complices de la vigile dans la ceinture d'astéroïdes. Les archanges acceptèrent de bon coeur, et la partie
commença. En cours de jeu, l'astéroïde du Christ accota celui de Gabriel. Le fils de Dieu mit le pied sur
celui-là, prit un bon élan et VLAN! frappa de toutes ses forces. Le rocher se dirigea tout droit vers la
Terre, et avant qu'un des joueurs puisse intervenir, il s'écrasa au Yucatan, soulevant un nuage de
poussière qui fit chuter la température planétaire. Les dinosaures moururent au cours de cet hiver
2
provoqué, mais tout n'était pas perdu: il restait les mammifères. Dieu piqua une autre sainte colère pour
le temps perdu par la gaffe de ceux-là mêmes qui devaient protéger les dinosaures, et les assigna à
résidence dans le labo cosmique pour qu'ils fassent évoluer les musaraignes en singes. Ils n'eurent pas
de congé avant que les singes apprennent à se tenir debout et, grâce aux messages télépathiques des
archanges que nous appelons aujourd'hui intuitions ou inspirations, se servent des premiers outils. Le
futur Jésus était fier du travail accompli par les vigiles, mais il trouvait que ces protohumains
n'évoluaient pas assez vite à son goût. Il déroba un tison de l'autel céleste, et le lança sur terre,
précisément devant un groupe d'hominidés. Leur chef, courageux et curieux, s'approcha du buisson
ardent et en retira une branche enflammée. Ils pouvaient maintenant cuire le mammouth avant de le
manger, se protéger du froid dans leurs grottes, et réaliser les premières poteries. Avec l'aide de la
métagénétique des vigiles, leurs capacités cognitives s'accrurent: les premiers artistes préhistoriques
peignirent différentes scènes de leur vie sur les parois de leurs abris rupestres. Ils découvrirent le
langage puis la religion, et inventèrent tellement de panthéons au fil des époques (égyptien et grec pour
ne nommer que ceux-ci) que Dieu décida d'intervenir pour se faire reconnaître. Il dépêcha son fils sur
notre monde pour nous enseigner la Vérité, la Voie vers Lui et la Vie de l'esprit, qui nous permettraient
de nous purifier de notre nature animale pour devenir ses enfants de plein droit. Les archanges
parcoururent le monde entier à la recherche d'une âme immaculée capable d'enfanter notre Seigneur, et
ce fut Gabriel qui eut la chance de trouver Marie. Dieu lui confia son fils, et incita Joseph à l'épouser
(par intuition) pour éviter qu'on ne la lapide comme adultère. Jésus naquit à Bethléem, Gabriel allumant
un feu de Bengale pour célébrer l'occasion pendant que la vigile éblouissait les bergers présents par leur
chant. Le feu guida les rois mages jusqu'au Roi des rois, ils lui offrirent l'or, l'encens et la myrrhe
comme symboles de sa perfection physique (l'or), de celle de son âme (l'encens) et de celle de son
esprit (la myrrhe de l'ultime sacrifice). L'évolution était arrivée à son point culminant, avec l'apparition
de l'homme spirituel, Jésus. Il eut l'aide de ses amis archanges tout au long de sa vie, pour changer l'eau
3
en vin à Cana (Dieu ne vit jamais que son cellier était plutôt dégarni), pour marcher sur les eaux
(Michel avait de bonnes ailes et Jésus était léger, mais la traversée du lac Tibériade fut un vrai
marathon pour l'archange), et pour différents miracles (Ariel dut se surpasser pour transformer de
l'argile en oeil – heureusement, il était le meilleur en métagénétique). Dieu eut à intervenir lorsqu'il fut
question de ressusciter Lazare, mais une fois sa passion accomplie, le Christ apprit la technique de
résurrection par lui-même, et il vint rejoindre ses amis de la vigile. Ceux-ci déléguèrent la surveillance
de l'humanité aux âmes qui avaient réussi leur parcours sur Terre et avaient prouvé leur valeur, et se
transformèrent en bricoleurs: il fallait maintenant rénover et agrandir les retraites divines en vue
d'accueillir toutes ces nouvelles âmes, ce qu'ils firent de bon coeur. Dieu jeta un coup d'oeil sur ce qui
avait été fait, et vit que cela était bon. Il offrit un trône à son Fils, et festoya avec les archanges et tous
les habitants du ciel pour la création du Paradis. Pour chaque sainte âme qui y parvint, il y eut aussi une
belle célébration dans les domaines invisibles, avant qu'elle ne s'établisse dans la demeure préparée
pour elle. Jésus, maintenant dans la force de l'âge, ne commet plus de gaffe, mais il a gardé son sens de
l'humour. Par contre, seul Dieu sait où est maintenant caché le poivrier cosmique: Il ne veut pas avoir à
recommencer tout ça, non merci!
4

0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,