6
min
Image de HarukoSan

HarukoSan

55 lectures

10

Chapitre 6

Philippe et Laura récupèrent la clé de leur chambre et prennent l’ascenseur, à une heure du congrès Laura est impatiente, Philippe comprend:
« nous y sommes, voici votre clé je vais donc vous laisser vous préparer, vous n’aurez qu’à toquer à ma porte lorsque vous serez prête et nous descendrons ensemble.
- entendu, dois-je me mettre sur mon trente-et-un? demande Laura d’un air malicieux...
- ah mais oui bien sur, n’oubliez pas que vous êtes mon “escort-girl“ ce soir et que nous formons un couple.
Philippe ne peut s’empêcher de sourire, Elle a cette charmante façon de demander.

Laura découvre enfin sa chambre... spacieuse, des murs aux couleurs pastels, un lit qui lui parait immense, une baie vitrée sur laquelle des stores légèrement baissés invitent à l’intime, un espace bureau dans un style épuré.
Elle jette un oeil à la salle de bain: boiseries en teck, vasques en marbre rose, noblesse et sobriété des matériaux, luxe et raffinement pour le linge de toilette, l’hôtel fournit des sels de bain, des savons naturellement parfumés et tout un tas d’échantillons.
Laura ne résiste pas à la tentation de se faire couler un bain et pendant ce temps elle décidera de sa tenue pour rejoindre Philippe.
Elle se glisse lentement dans l’eau à température, les sels se sont fondus et leurs parfums embaument, la mousse recouvre son corps, sa tête repose sur le rebord elle ferme les yeux alors...
Les souvenirs des derniers jours s’affolent dans son esprit: Monsieur Max et les filles, Raphael, sa chambre à libérer et le nouveau logement qu’elle doit rapi- dement trouver...Elle frissonne l’eau du bain s’est refroidie, elle en sort s’enroule dans la sortie de bain moelleuse et se sèche.

Devant le miroir elle ébauche un chignon souple et le maintient à l’aide d’un pic à cheveux en nacre.
Sur son visage une base teintée et un coup de blush histoire d’avoir bonne mine tout au long de la soirée, une couche de mascara noir sur ses cils recourbés et pour finir un rouge à lèvres couleur framboise qu’elle applique au pinceau.
Il est temps de choisir sa tenue, Laura hésite un instant entre le tailleur en lin et la robe longue, pour une première elle choisit le tailleur classique: veste noire épaulée, jupe safran au genou, un duo de couleurs peu commun dont elle a aimé l’originalité.
Laura chausse ses escarpins à talons hauts, rehausse son décolleté d’un rang de perles...quelques gouttes de parfum ça et là sur son cou, sa nuque, l’intérieur de ses poignets et le tour est joué!

Elle quitte sa chambre et se dirige vers celle de Philippe, elle toque...
L’espace de quelques minutes ses jambes flageolent, son coeur bat plus vite et son estomac se tord, la porte s’ouvre et tous ses maux disparaissent lorsque Philippe s’exclame:
« Et bien! pour un peu je ne vous aurais pas reconnue, vous êtes...(il hésite) vous...
- oui? je suis... dites moi? Laura retrouve de son assurance.
- mais entrez donc, j’en oublierai les politesses tellement...vous êtes très séduisante ainsi Laura, ce tailleur vous va à ravir...
- merci, j’avais un peu peur de ne pas avoir bien choisi, mais si vous aimez...
- oui c’est parfait, du coup c’est moi qui ne suis pas prêt, enfin pas tout à fait, j’hésitais justement entre porter une cravate ou un noeud papillon, des bou-
tons de manchettes peut-être, qu’en pensez-vous ?

Laura un peu gênée que son avis soit requis:
- je dirai oui pour les boutons de manchette et j’opterai pour la cravate mais peut-être est-ce une erreur? j’aime bien les hommes en costume cravate...
A ces mots Philippe éclate de rire:
- Laura...votre franchise naturelle me plait, je crois bien que c’est ce qui m’a plu dès notre première rencontre chez Monsieur Max au pub, votre spontanéité, votre sens de la répartie...
Va pour les boutons de manchettes, je pourrais m’offrir une fantaisie au niveau du choix de la cravate, peut être celle-ci ? Il lui montre une cravate assortie à son costume qui fera ressortir la blancheur de sa chemise.
- oui c’est super, vous pouvez vous faire plaisir, et puis c’est vous qui la porterez alors s’il y a faute de goût je pourrai toujours nier vous avoir conseillé »!

L’atmosphère est détendue, Laura ne sent plus les douleurs de son ventre et son estomac s’est calmé, Philippe se révèle être un homme agréable, souriant, elle ne parvient toujours pas à lui donner d’âge, peut-être aura-t-elle l’occasion d’en savoir davantage ce soir.
Philippe Berton s’absente un instant vers la salle de bain, lorsqu’il revient vers Laura il a noué sa cravate, mis ses boutons de manchette et il sent bon.
« Nous sommes prêts dirait-on? allons y Chère Laura »
Laura le devance, Philippe ferme la porte derrière eux et ils se dirigent vers la réception, Laura est un peu intimidée, attentionné et pressentant la nervosité de la jeune femme Philippe lui offre son bras, elle lui sourit et le remercie...

Arrivée au bar de l’hôtel Laura constate l’absence des couples qu’elle avait re- marqués à son arrivée, sans doute s’en sont-ils allés jouir de leurs liaisons... Elle reconnait parmi les invités les clients du pub de Monsieur Max ceux là- mêmes qu’elle a servis, ils la saluent, poignée de main à Philippe.
Laura est un peu gênée, après tout ils peuvent se demander ce qu’elle fait là, mais Philippe la rassure avant même qu’elle ne dise mot:
« vous êtes avec moi et pour ceux qui ne vous connaissent pas vous serez ma compagne, n’ayez crainte ce sont des gens discrets, ils ne s’interrogeront pas sur votre présence ici et encore moins de vous voir à mon bras. Tous ne sont pas venus avec leur épouse croyez moi et puis vous avez tout à fait le droit de vous trouver en ma compagnie vous êtes libre et je le suis... du moins pendant le salon ».

La réponse de Philippe censée la rassurer l’inquiète tout de même un peu, pourquoi dit-il être libre du moins pendant le salon? aurait-il lui aussi une épouse qu’il aurait laissée pour se rendre disponible, ou bien est-il libre de ses activités ailleurs et sa venue au salon lui permet autre chose?

Laura ne se fait pas d’illusions, elle sait avec quelle facilité certains hommes se disent libres de toute attache alors qu’ils ne le sont pas.
Elle a appris à les connaître durant les deux années passées au pub, mais elle peut se tromper et Philippe ne lui a rien raconté de sa vie, ils ne sont pas assez intimes du moins pas encore, l’idée qu’ils puissent le devenir la laisse rêveuse.
Elle se dit qu’elle n’est pas là pour se poser ce genre de question et puis elle se souvient du rôle qu’elle doit tenir, Flo le lui a bien précisé les choses doivent être claires, elle assume et tout ira bien...
Oui mais Philippe ne la laisse pas indifférente, sa présence lui est agréable, elle aurait pu devoir tenir compagnie à un homme moins aimable, moins prévenant, mal intentionné.

Perdue dans ses pensées elle sursaute lorsqu’une hôtesse l’invite à la suivre, un salon particulier leur est réservé. Philippe discute avec un confrère, elle suit l’hôtesse qui lui désigne une table où les réservations sont notées sur un bristol dont celui ci : M.et Mme Philippe BERTON.
Surprise, elle remercie l’hôtesse.
Plusieurs tables sont dressées dans le salon particulier, toutes sont recouvertes de nappes blanches avec au centre un pouf de fleurs fraîches, les couverts sont mis ainsi que les assiettes.
Près de la baie vitrée elle aperçoit un homme en queue de pie installé devant un piano blanc laqué, on l’entend à peine les notes se perdent au milieu des conversations.

Philippe la rejoint, s’installe, Laura lui tend le bristol: « vous avez vu?
- ah oui en effet, cela vous gêne-t-il? je n’ai pas voulu me perdre dans des explications quand je me suis présenté à la réception, j’ai pensé que ce serait
plus simple, nous n’avons pas besoin de raconter nos vies non?
- en effet, vous avez bien fait, c’est une situation délicate enfin je n’ai pas l’habitude »...
Elle reste évasive, Philippe l’observe en silence, il ne veut pas qu’elle se sente mal à l’aise, elle lui semble tellement fragile et pourtant l’assurance qu’elle affiche le surprend.

Les conversations se sont rapprochées, des participants au congrès ont pris place à leur table. Laura et Philippe se retrouvent en compagnie de trois clients du pub, Philippe engage la conversation sur la conférence qui va débuter.
Ne connaissant pas grand chose concernant les bateaux Laura s’y était intéressée en lisant quelques revues, le marché était-il prospère, quelles étaient les dernières inventions... les conseils de Flo lui sont utiles quand elle est conviée à donner son avis, Philippe intervient dès qu’il pressent un sujet un peu trop technique pour Laura il lui prend la main comme pour la rassurer.
Ce soir c’est le PDG d’une société nautique étrangère qui doit prononcer un discours ventant les créations de sa compagnie puis un débat suivra.

L’hôtesse les prévient que le buffet est ouvert et qu’ils peuvent s’y rendre, Philippe invite Laura à le suivre, les clients du pub se dirigent vers le bar.
Philippe sourit en lisant le soulagement sur le visage de Laura:
- ça va? pas trop stressant ?
- je vous avouerai que cette pause est la bienvenue, j’ai eu peur de sécher vraiment, je n’en sais pas beaucoup sur le sujet.
- peu-être mais vous vous en êtes très bien sortie, et nos amis vous ont appréciée.
- vous croyez?
- j’en suis certain Laura, allez venez...allons nous restaurer quelque peu, la soirée risque d’être longue, nous aurons tout le temps pour nous après la conférence.

Elle le devance et il ne peut s’empêcher d’apprécier la jeune femme il la trouve d’une élégance exquise, elle ne s’en rend certainement pas compte, elle est d’un naturel... Il remarque avec plaisir les regards qui se posent sur elle lorsqu’elle arrive près du buffet, il est fier de l’avoir invitée à l’accompagner...

Thèmes

Image de Nouvelles
10

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Cette fois je suis à jour, finalement c'est bien d'en lire 2 chapitres d'affilée... vite le 7 & le 8...
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
On a l'impression d'une caméra qui suit Laura... C'est de la soie coquine, du champagne sensuel, du velours...
·
Image de HarukoSan
HarukoSan · il y a
euh...on va y aller doucettement avec le champagne! merci de m'avoir lue...je recharge la batterie de ma caméra..-:)
·
Image de Vivian Roof
Vivian Roof · il y a
Le pastis, alors. Mais c'est moins glamour...
·
Image de Flora Martinez
Flora Martinez · il y a
J'aime de plus en plus cette Laura, son aventure est palpitante j'attends la suite avec impatience
·
Image de Lanna
Lanna · il y a
Flo, je n'ai plus accés à ma page depuis vendredi aussi c'est par Lanna mon double!!! lol...que j'émets cette réponse, la suite des aventures de Laura est en route mais tant que Short ne rétablit pas ma page je ne peux rien publier sur Haruko...je te propose la page de Lanna où j'émets en attendant quelques petites choses...bises ma Floflo
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
c'est avec toujours le même plaisir que j'ai parcouru la suite des aventures de votre escort girl. L'emploi du présent est décidément une excellente idée qui nous permet de suivre pas à pas votre héroïne, comme on le ferait d'un film... Un de ces films des seventies d'un Sydney Pollack ou, pour rester dans l'hexagone, d'un Claude Sautet, pour leurs instants de vie qui paraissent pris sur le vif... Votre feuilleton est très prenant et il me tarde de pouvoir en lire la suite... Toutefois, si je puis me permettre, il me semble qu'une escort girl n'aurait pas à intervenir dans les débats entre hommes d'affaires. Ce n'est pas son rôle, ni ce pour quoi on la paye. Mais c'est un avis qui n'engage que moi... Pour le reste, continuez, c'est un vrai plaisir..
·
Image de HarukoSan
HarukoSan · il y a
Merci de me suivre ou plutôt de suivre Laura... oui le présent je trouve que c'est plus précis, quant à Laura qui intervient dans la discussion c'est uniquement pour répondre à l'un des Messieurs à leur table, elle n'aurait pas aimé passé pour 'une cruche" -:)))et puis Laura n'est pas une escort girl comme les autres!!!
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
:-))
·