Entre vos mains

il y a
1 min
136
lectures
7
Finaliste
Jury
Vos mains l’entourent facilement.
Elle est comme un volcan naissant.
Vous êtes Dieu.
Saisissez le corps du monde à pleines paumes ; faites surgir les forces colossales de ses entrailles.
Vous sentez ?
Vous sentez comme ça chauffe, comme ça monte entre vos doigts quand, d’une brève et affectueuse pression du pouce et de l’index vous provoquez le renflement de sa base ?
Voilà... doucement, fermement.
C’est si joli cette efflorescence, ce bourgeonnement luisant...
Osez naviguer dans ce va et dans ce vient de la forme qui s’éprend de vous en entier. Nul besoin d’humecter ce qui fait dans votre corps office de pince ; la chose en sécrétion constante diffuse naturellement ses liquides lubrificateurs – elle aime votre mouvement... en a besoin – voyez ! Voyez comme elle monte et se tend !
Vous y êtes presque – déjà sa fente humectée appelle le rond parfait. Gardez bien le contact avec le bord...
Ecartez vos doigts maintenant ; admirez comme elle s’érige, perce l’espace – règne.
Songez qu’elle nous vient du fond des âges, de la terre ; qu’elle appelle notre feu.
Attendez encore un peu, reprenez-la bien serré, rythmez vos impulsions, accélérez le geste – plus vite – plus fort. Toute son énergie veut s’exprimer, maintenant, là... Et vos paumes, vos poignets, vos coudes, épaules et reins ne sont là que pour assouvir son souhait d’expansion phénoménale, de furie matérielle, de fuite vers l’immatériel – vous oeuvrez pour son bien.
D’ailleurs observez comme elle aime ça, comme elle est docile et moite entre vos doigts, sentez comme vous vous joignez à son désir fou de poussée et de repos, notez sa fougue !
Vous l’y amenez, avec ténacité, et prudence – elle le sait.
Plus vite ! Encore plus vite : c’est vous le roi, c’est vous la reine, c’est vous Dieu, c’est elle la montagne le volcan la flamme la lave – la sève.
Plus fort, corrigez-la, maîtrisez-la, elle vient. Là !
... Stop.
C’est fini...
N’y touchez plus.
Vous l’avez dominée, elle a sa forme définitive.
Maintenant il n’y a plus qu’à la laisser sécher. Après, avec un peu d’eau, vous la lisserez, lui ôterez ses disgrâces et ses écoulements inesthétiques.
Mais pour le moment il lui faut du repos, elle l’a bien mérité.
Et vous aussi...
Ne dit-on pas qu’un bon potier aime une seule pièce à la fois ?

7
7

Un petit mot pour l'auteur ? 3 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Céline Laurent-Santran
Céline Laurent-Santran · il y a
moi aussi j'aime beaucoup!
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Bien vu ! Et joliment amené...L'art a bien des facettes cachées...
Image de Søkswen
Søkswen · il y a
Suis-je l'un des rares à apprécier ce texte ? Je vote.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]