En hommage à Molière et célébrer ses 400 ans

il y a
3 min
19
lectures
0

J'ai toujours écrit, plus ou moins, des poèmes principalement, et puis l'âge venant j'ai essayé d'autres formes d'écritures. J'ai eu le bonheur de publier deux livres, après avoir découvert ... [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Acte un (Deux commères)

Première commère: - As-tu su ce qu'il advint à Poulhan hier soir ?
Seconde commère: - On m'en a dit deux mots, rafraîchis ma mémoire.
P.C.:                        - Ah ! Chère amie, c'est encore la statue
                                  Qui est sur la sellette, vois où elle se situe.
S.C.:                        - Sur la colline là-haut, je la situe fort bien
                                  Elle regarde la mer et rassure les marins.
P.C.:                        - Hé bien on l'a trouvée, hier, tournant le dos
                                  A la mer aux marins et vêtue d'oripeaux.
S.C.:                       - Qui donc a eu l'audace, le sais-tu donc ma chère
                                  De profaner ce symbole à nos entrailles si cher ?
P.C.:                        - On ne le sait point encore, mais le maire a des pistes
                                  Il soupçonne des bigoudens, de furieux intégristes
                                  Sachant que la statue, par Quillivic sculptée,
                                  N'acceptent qu'un Capiste puisse les représenter.
S.C.:                       - Allons, que dis-tu là, amie, tu devrais avoir honte
                                 De montrer tout un peuple à la vindicte qui monte.

Acte deux ( Le maire et un gendarme)

Le gendarme:         - Ma foi, c'est une chose bien inhabituelle
                                 De se trouver au pied d'une statue suscitant la querelle,
                                 Vous dites Monsieur le Maire, avoir quelques soupçons
                                 Et sur les Bigoudens vous essuyez vos crampons ?
Le maire:                - Monsieur de la maréchaussée, j'ai de la peine à dire
                                Que toujours cette statue fut objet de délire
                               Je suis là, tout tribouillé du cœur lorsque je la regarde
                                La voyant affublées de ridicules hardes.
                                Seuls des bigoudens, croyez mon expérience,
                                Ont pu dans leur folie lui faire une telle offense.
Le gendarme:       - Nous trouverons, Monsieur, le moyen de nous revoir
                                Il faudra mettre un terme à cette triste histoire.
                                Bigouden ou non, nous trouverons les larrons
                                Et leur ferons rendre gorge, de toutes les façons.
Le maire:              - Votre perspicacité, je le sais, Monsieur le gendarme,
                               Saura bientôt sécher notre trop plein de larmes.

Acte trois ( Les quatre réunis)

P. C.:                      - Ah ! Quelle joie fut la notre de retrouver la statue
                                 Remise dans le bon sens et décemment vêtue.
S.C.:                       - Crois-tu, quelle aventure, quel drame, quel déchirement.
                                 Les Bigoudens sont capables d'infliger les pires tourments.
                                 Je suis comme toi bien aise de la revoir si fière
                                 Dressée sur son socle et regardant la mer.
P.C.:                        - Tais-toi, Monsieur le Maire va prendre la parole
                                  Écoutons ce qu'il dit, goûtons la parabole.
Le maire:                - Mes chers concitoyens, c'est une joie immense
                                 De nous trouver ce jour, à Poulhan, dans cette anse.
                                 Pour commémorer à nouveau, l'objet de notre fierté
                                J'ai nommé la Bigoudène. Bien sûr vous le savez
                                 A nouveau elle regarde dans la bonne direction
                                Et vous m'en saurez gré aux prochaines élections.
                                Remercions au passage, les gendarmes, mes amis
                                Qui ont su en huit jours résoudre l'infamie.
                                Gloire à notre statue, gloire au port de Poulhan
                                Et vive la liberté de faire ce qui est plaisant.


Si vous tapez "porz Poulhan" sur un moteur de recherche vous retrouverez l'endroit et la fameuse statue qui marque effectivement la fin du pays bigouden. C'est un endroit délicieux où j'ai la chance de participer à un atelier d'écriture tous les mardis.
Celui ou celle qui retrouve dans mon texte les vers de Molière, gagne toute mon estime.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Plan B

Nicolas Juliam

Je me revois entrer dans la douche, tranquillement, en sifflotant. Je me souviens aussi de cette irrésistible envie de fumer. Celle qui vous tombe dessus n'importe où, n'importe quand. Et faut ... [+]