Elles

il y a
3 min
160
lectures
6
Qualifié

Creusois mais pas de souche, passé côté sexagénaire mais pas chauve, mobile mais pas sans points fixes, doutant mais pas trop, mûr mais pas sûr, fromage mais pas lait. A l'écoute des bruits du  [+]

Image de Automne 2013
« Elles se situent au sud de La France et s'étendent selon une direction Sud Ouest sur une distance d'environ 430 kilomètres depuis la Mer Méditerranée jusqu'au Golfe de Gascogne » : c'est ainsi que je les ai abordées la première fois dans un livre de géographie niveau primaire et avec une carte affichée au mur de la classe qui me voyait entrouvrir toutes les portes du monde, proche ou lointain, carte maintenant dans notre mémoire collective. Elles méritent mieux que cette description clinique ou leurs couleurs, marron et jaune autant qu'il m'en souvienne, plaquées sur la carte. Qui prendrait la plume ou tapoterait sur clavier pour les vanter à partir de telles indications ? Et pourtant elles me faisaient déjà rêver au titre de l'ailleurs que la morne plaine décor de l'enfance. C'était avant. Avant de les découvrir à travers les images du Tour de France, ce professeur de géographie a nul autre pareil. Avant, curieux d'Elles, de venir les rencontrer puis de les parcourir comme on le fait d'un livre pour s'y retrouver. Répondre à leur appel du pied, peut-être du Piémont, fut facile et le Chemin de la Mature pourvoyeur d'inoubliable. Avant de venir vivre auprès d'Elles qui m'avaient incité à un bout de vie commune. Elles s'installent puis se fixent en vous avant que vous vous fixiez chez Elles.
Elles ne peuvent être que féminin pluriel, les mettre au singulier les ridiculiserait, les mettre au masculin leur enlèverait la part de rêve qui nous lie à Elles. On les aime tant qu'il est bien qu'il y en ait plusieurs.
Poussées par l'envie sans doute, Elles se sont éclatées il y a bien longtemps en même temps que leurs cousines, celles de l'Est de France, leurs contemporaines semble-t-il même si la gestation à la même ère fait encore débat. Elles ont depuis choisi l'humilité pour ne pas faire d'ombre aux cousines avides de lumière mettant en valeur ce que celles-ci pensent être.
Elles hésitaient tellement entre deux pays qu'elles ont en constitué plusieurs, au sens de celui qui donne son nom au mal qui vous occupe quand on l'a quitté. L'identité et la communauté d'intérêts des habitants de chacun de ces pays révèlent des richesses qu'Elles affichent avec bonheur presque secrètement. Elles ne choisissent pas entre France et Espagne, mais complètent les deux d'une frontière pleine de pays au sens terrien du terme. Hautes, Atlantiques, Orientales, Basques, Béarnaises, quel que soit l'adjectif qui s'y joint, en deux mots c'est tout un univers qui s'avère disponible à qui s'en donne la peine. Il faut en rester aux adjectifs sans passer aux adverbes : Elles ne se prêtent pas à la surenchère, membres du peu allié au beau. Dépourvue de tout ce qui aurait pu être apprécié comme superficiel, leur décoration , pas dépouillée, minimaliste, exige qu'Elles ne se prêtent ni à la parlotte ni à l'emphase. La patience reste le meilleur outil pour les approcher puis les vénérer sans les vanter et les adorer sans les vendre. Elles se prêtent à la contemplation, pas à l'énumération. Leurs pieds touchent encore terre pour le reste des temps. Immuables donc car conçues pour le devenir, insubmersibles donc car bâties pour le rester. Leur allure fière sert à cacher la modestie qui les habite.
Elles utilisent avec parcimonie l'échelle de Richter sans oser tenter les derniers barreaux. Nées au temps où la Terre s'agitait, elles ont gardé l'habitude de bouger avec une intensité qui marque leur âge : les premières magnitudes suffisent à leur bonheur.
Apprêtées, trop, quand vient l'hiver pour faire affluer le chaland pendant une semaine entière ou régulièrement pendant plusieurs fins de semaines, Elles se relâchent à la belle saison pour se faire plus discrètes, plus naturelles. Leurs couleurs, là aussi le singulier amputerait cette richesse, forment une palette qui laisse croire à chacun qu'il est artiste ou l'aide à se révéler tel.
Elles constituent notre part minérale, cohabitante d'une faune et d'une flore qui lui savent gré de ce qui les fait vivantes elles aussi. On ne peut parler d'Elles sans le mot odeurs : l'herbe fauchée quand la saison des foins s'annonce, leurs arbres bien vivants puis à peine coupés, la vie animale agrémentent leur air. Sur fond de bruit d'eau qui coule en regardant le coucher de soleil, nez, oreilles et yeux disponibles, toucher au divin est à portée d'humain
La lumière qu'Elles irradient, mise en valeur dès l'automne jusqu'à la fin de l'hiver, lumière du Sud avec ce quelque chose pour savoir qu'on n'est pas dans le midi français, fascine qui prend le temps de s'en imprégner. Elles se laissent approcher, tendance cause toujours, puis courtiser, si vous ne leur demander pas de changer, et ce sont Elles qui vous choisissent.
Chez Elles, on ne se promène pas, on pérégrine. On ne parle pas, on écoute. On ne fanfaronne pas, on médite.
Bonnes poires, Elles se prêtent à toutes les pratiques dans l'eau, en l'air, sur terre. Elles savent que celles-ci les mettent en valeur mais Elles rient de nous voir utiliser des canons pour produire de la neige, Elles qui savent faire sans, et se moquent de tout ce que nous savons inventer pour dompter ce qu'elles offrent en ne demandant que le respect en échange.
Parfois Elles m'agacent, jamais ne m'exaspèrent. Parfois Elles me font peine, jamais ne me font honte. Elles m'agacent quand elles n'autorisent pas celles et ceux qui la peuplent à vivre au pays.
Les savoir à portée d'yeux, de mains, de pieds, de voix rassure qui s'en approche puis s'installe tout près.
Parce qu'Elles sont ainsi, là, vivantes, habitées, Elles ont pris leur place dans l'Histoire et favorisé l'émergence de ce qui structure la colonne vertébrale de l'humanité qui vit là - des histoires - mais çà c'en est une autre. Le livre d'Histoire et celui des histoires ne peuvent s'ouvrir qu'une fois celui de la Géographie installé et connu.
Parce qu'Elles sont ici et non délocalisables, je suis venu ici.
Le pire est né ailleurs que chez Elles, lieu où tout est le mieux.
Elles ? Ce sont mes Pyrénées.

6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Quelques mains

Ch Levinky

La main de l’art, rarement main de lard, qui peut se faire main dollars pour peu qu’elle soit experte.
La main qui pause, le temps de reprendre pied.
La main qui pérégrine pour connaître... [+]