8
min

Divine

Image de Bartho Lomé

Bartho Lomé

53 lectures

4

L’embauche :

– Mauvais genre ? Moi ? Comment ça, j’ai le mauvais genre ? Mais qu’est-ce qu’on en a à cirer de mon genre ? En quoi ça vous défrise du moment que j’ai les compétences requises pour ce putain de job ? On s’en bat les cakes de mon genre. Je t’en foutrai moi du mauvais genre ! Est-ce j’ai une gueule de mauvais genre ?
– Désolé mais nous recherchons exclusivement un candidat masculin. Votre genre est rédhibitoire. Désolé. Vraiment désolé. Bien sûr, nous n’émettons aucunement le moindre doute quant à vos aptitudes, nous sommes même persuadés qu’elles sont bien réelles et vos capacités certaines, mais nous ne pouvons déroger à notre politique interne, et pour cette mission, comme pour toutes les autres, la condition sine qua non est : genre masculin.
– Non mais ça va pas bien la tête chez vous ? Je sais encore lire, et je vous signale que sur l’annonce il n’y avait pas la moindre allusion à une quelconque exigence de genre. Je cite de mémoire : "Recherchons de toute urgence : Être Suprême pour imminente création d’un nouvel univers." Vous voyez une restriction de genre là-dedans ? Ah ! Ben non, nulle part. Donc tout ça, c’est bien du foutage de gueule intégral, et de plus c’est discriminatoire !
– Calmez-vous un peu, nous sommes entre personnes respectables, et s’énerver ainsi ne même à rien. Un peu de courtoisie serait pleinement appréciée.
Cela dit, vous avez raison sur un point ; nous n’avons pas estimé nécessaire de préciser que nous désirions un Créateur masculin, car cela devrait être une évidence pour toute personne s’intéressant un tant soit peu à notre agence et à son histoire ; il en effet est de notoriété publique que nous ne fournissons de toute éternité que des univers exclusivement masculins. Nous n’avons même pas de terme adéquat pour désigner un Être Suprême féminin, c’est tout dire ! Nous recherchons donc un Dieu, point final, et la discussion est close.
– Comment ça close ? Comment ça, pas de termes adéquats ? Attendez un peu, faudrait penser à étoffer votre vocabulaire ! Disons, Déesse par exemple, ça le fait bien non ?
– Déesse ? Avec une majuscule ? Non mais franchement... c’est ridicule. Bon d’accord, je veux bien vous concéder qu’au sein de certaines créations exotiques, il peut advenir que des consciences primitives émergentes polythéistes vénèrent plusieurs dieux génériques... dont quelques déesses. Mais jamais au grand jamais un Être Suprême au féminin. Avouez tout de même que « Dieu » ça sonne sacrément bien non ? Ça en jette sérieusement, c’est autre chose que... pfff, je ne sais même pas tient !
– Voyons voyons, au hasard Balthazar : alors Divinité ? C’est grave stylé Divinité, non ?
– Mouais, bof, moyen ; ça a un petit côté impersonnel, ça ne claque pas comme "Dieu !", non ça n’a franchement pas la même classe.
– Ben je sais pas moi, appelez-moi Divine, c’est swag Divine, non ?
– Bon, écoutez ça suffit comme ça. Divine ou pas, nous on veut un Mâle et ce n’est pas négociable. On ne va pas digresser sempiternellement. Alors ne nous faites plus perdre notre espace-temps, celui-ci commence drastiquement à nous manquer. En fait, cette commande d’univers devrait déjà être honorée depuis bien longtemps et il nous faut trouver de toute urgence un Créateur si nous ne voulons pas bientôt crouler sous les indemnités de retard. Donc, pardonnez-moi ma petite dame, mais je vais maintenant devoir vous demander de quitter ce vortex et nous laisser travailler tranquilles.
– Mais justement, vous êtes acculés ; dans ce cas, prenez-moi !
– Non !
– Allez, soyez un peu malin, vous verrez, vous ne le regretterez pas, je suis une Créatrice super renommée ; mes Big bang sont réputés de toute beauté, mes univers sont super stables, garantis sans antimatière résiduelle et avec énergie noire certifiée conforme. Pour une fois, oubliez un instant vos principes sclérosés et laissez-moi ma chance sur ce coup-là. J’ai une grande gueule, c’est vrai je l’avoue, mais je suis compétente, c’est pas ça l’essentiel en fin de compte ?
– Non, n’insistez pas.
– Bon, on est comme qui dirait dans l’impasse... Alors je vous propose un truc. Voilà : imaginons, mais tranquillos hein ? Pas de panique, je dis bien imaginons... enfin pour l’instant.
Supposons donc. Vous fermez les yeux sur mon mauvais genre, ou même mieux, disons pour satisfaire votre petit confort éthique étriqué, que dans l’urgence de la situation, le stress, tout ça, sur le coup, vous n’avez pas bien réalisé que j’étais... bref, bla bla bla, vous savez bien quoi.
Enfin on signe, et je me mets direct au taf. Et là, croyez-moi, je suis capable de très grandes choses, du meilleur comme... ouais bon, passons ; je vous ponds un truc de malade, de la hype cosmologie, genre avec gravitation quantique à boucle d’or par exemple ; de quoi fracasser grave la concurrence au sein des multivers et offrir le leadership à votre groupe ! OK, une fois le binz lancé, il se passera bien quelques milliards d’années sur plusieurs générations d’étoiles pour que mes galaxies produisent les éléments nécessaires à la vie. Pendant ce temps, personne ne viendra voir ce qui se passe OK ? Jusque là, on est peinard.
Et quand la conscience commence à émerger et que la quête de spiritualité se fait ressentir, je recrute deux ou trois messies successifs au sein de diverses cultures. Je choisis habilement des mous du bulbe crédules et un peu neuneu, mais très charismatiques auprès de leur peuple et je me révèle à eux sous forme Masculine ! Les gugusses fondent leurs religions respectives et m’adorent en tant que Dieu Mâle. Et vas-y que je t’embrouille, ni vu ni connu, l’affaire est dans le sac !
– Ça ne marchera jamais.
– Mais si, ou messie devrais-je dire (rire autosatisfait) ! Pardon, j’ai pas résisté, j’aime trop les vannes pouraves. Désolée.
– Non mais allo quoi, vous êtes sérieuse là ?
– Oh ça va, pète un coup, on peut bien rire non ? Un peu d’humour que diable !
– Que... « diable » ? Mais qu’est-ce encore que cette fantaisie ?
– Rien rien, juste une petite idée rigolote, une nouveauté que j’envisage pour épicer un peu mon futur monde. Mais laisse béton.
Donc, ça y est, je suis Dieu... OK techniquement je ne fais que le simuler, et croyez-moi, je sais simuler (clin d’œil). Mais on s’est compris : pour chacun, je « suis » Dieu le Père.
Bref, je me surpasse, j’inculque aux gonzes l’idée d’un Dieu vengeur super macho, quitte à en rajouter une couche si besoin est ; et tant pis pour les femelles qui seront assez débiles pour se laisser dominer ; qu’elles accouchent dans la douleur sous leur voile et nous foutent la paix ! Je suis très imaginative, pragmatique et prête à tout pour réussir ; s’il le faut je n’ai aucune morale !
– Là, je veux bien vous croire... (Soupir)
– Oui, donc en fin de compte, je suis Femelle, c’est incontestable, mais cela ne m’empêchera pas d’être totalement misogyne si on arrive à conclure ce deal ensemble. Personne ne viendra vérifier, tout se passera comme sur des roulettes, soyez-en sûr. Allez, dites oui et on fonce.
– J’avoue que... vos arguments... d’autant que... Enfin...
– Mais allez, dites oui, nom de Moi ! (Elle pouffe, contente de sa vanne.)
– (Long silence hésitatif)... Bon d’accord on tente le coup, mais c’est vraiment en désespoir de cause. De toute façon, on n’a que vous sous la main et on est coincés. Mais par pitié, ne me décevez pas, je joue très gros sur ce coup-là ! Allez, signez ici, là en bas.
– Bravo mec, vous ne serez pas lésé ; juré craché. (Elle ponctue d’un mollard quantique)
– Ouh lalalala, mais dans quoi me suis-je encore embarqué ? (Soupir désespéré de regrets anticipés)
– Et ben voilà une affaire promptement menée, tout est donc réglé, parfait ! Du coup, je suis toute excitée moi, toute chaude de l’entrecuisse, j’en ai le buisson en feu !
Tiens, ça me donne une idée trop marrante pour le projet... Allez, je note : « buisson ardent/prophète ». (Sourire narquois)

13,8 milliards d’années plus tard

– Bonjour. Marcel Pignon ?
– Ah non, je suis un converti moi, j’ai changé, maintenant c’est Kévin-Miloud Ben Karim. Oui je sais ce que vous pensez, mais j’aimais bien Kévin, alors j’ai profité du changement de nom...
– Ah zut, mon dossier n’est pas à jour. Pardon au temps pour moi.
– De rien, tout le monde peut se tromper.
– Mais du coup... il y a erreur d’éden, vous êtes au paradis des chrétiens ici. Hum, contrariant ça...
– Quoi ? Ah non ! pas d’accord, je ne me suis pas fait exploser au C4 pour me retrouver comme un con avec des ailes au cul, à glander sur un nuage tout pourri en jouant de la lyre, moi je veux mes soixante-douze vierges !
– Calmez-vous, on va régler ça vite fait bien fait et vous uploader chez les barbus.
– Mais au fait, dites-moi, Monsieur... Monsieur comment déjà ?
– Pierre, Saint Pierre.
– Oui Monsieur Pierre, ôtez-moi d’un doute. Vous parlez de paradis chrétien ; mais ces chiens d’infidèles ne sont-ils pas censés aller directement en enfer pour y être brûlés de mille feux ?
– Ah oui c’est vrai, je l’oubliais celle-là... On vous a tellement pipeauté que je finis par m’y perdre !
– Quoi quoi quoi ?
– Rien ! Pas le temps de bavasser avec les clients, pas que ça à faire moi ; je vous expédie direct en secteur muslims. Et zou ! Ctrl x, Ctrl v, Entrée et hop, affaire réglée !
(In petto) Pauv’ gars, pas fute-fute non plus çui-ci...

Autre secteur :

– Salam Alikoum. Kevin-Miloud ?
– Oui, c’est moi. Salam aussi tout pareil.
– Martyr ?
– (Fièrement) Sir, yes sir ! (nouveau converti, mais fan de séries américaines)
– Très bien, très bien. Combien de victimes ?
– Euh... (Tout penaud) ben une en fait... moi : je me suis fait exploser tout seul.
– Pardon ?
– Oui je sais, ça paraît con, mais en route vers le lieu de l’attentat mon téléphone a sonné, j’ai répondu par réflexe et comme une brèle j’ai déclenché le détonateur par inadvertance. Et boum ! L’erreur toute bête quoi.
– Effectivement, c’est ballot, du coup vous n’êtes plus martyr.
– Ah mais pardon, que si ! C’est l’intention qui compte !
– Non, je crois pas non.
– Mais que si que si que si, et laissez-moi donc rentrer, je vous prie.
– Je crois que ça va pas être possible. Faut que j’en réfère à la hiérarchie.
– Bon, écoute-moi bien portier de mes deux, maintenant ça commence à me courir sérieusement sur le haricot. Là, j’arrive directement de chez les chrétiens, et tu sais quoi ? Ils ont un paradis ! Ouiiiii mon gars, parfaitement, je suis au courant de votre petite magouille, ça te la coupe hein ! Alors si tu veux pas que j’aille tout baver aux frères ici, ce qui à mon avis foutrait un sacré bordel, va falloir être un peu plus conciliant avec moi, OK ?
– Wow wow wow, cool mec, t’excites pas, en plus moi pour tout te dire j’en ai un peu rien à carrer de ces conneries, alors si tu tiens tant à ton éden de pacotille, ben vas-y entre, et bonne chance. (Sourire mauvais)
– Ouaiiis, je préfère comme ça. Et pour les vierges ?
– No soucy, voilà pour vous Monseigneur (mielleux).
– Hein ? Mais c’est quoi cette merde ?
– Ben... vos vierges pardi !
– Non mais attends, il y a maldonne, c’est l’EHPAD ou quoi ?
– On n’a jamais prétendu qu’elles devaient être de toute fraîcheur non plus hein...
– Oui d’accord, mais là... C’est abusé, c’est que des vieux débris tout rances du croupion !
– Oui, ben Votre Altesse, vous n’êtes pas non plus un martyr d’Appellation Contrôlée ! Alors faudra faire avec. Surtout qu’elles attendent depuis un sacré bail les friponnes, et elles sont chaudes comme la braise. En bas, personne n’avait voulu les honorer. Faut dire que je comprends pourquoi... quand on voit les engins...
– Non non non, ça va pas se passer comme ça ! Vous m’avez bien regardé ? Je veux des jeunes, des consommables, c’est dans le contrat !
– Désolé, mais on n’a pas ça en stock. Le problème des jeunes vierges, c’est qu’elles ne le restent pas longtemps, et à raison de soixante-douze par martyr, vu la conjoncture, le Djihad, tout ça tout ça... on peut plus fournir.
– OK basta, là j’en ai marre, y a arnaque. J’exige de voir l’instance supérieure. Fini les sous-fifres, comme on dit chez nous, mieux vaut s’adresser à Dieu qu’à ses Saints !
– Dieu ?
– Ben oui Allah quoi. Le grand Akbar !
– Ah oui, je vois... hi, hi hi (glousse), vous voulez dire, Divine ?
– Ben non, qui c’est celle-là ?
– Divine, la Créatrice, l’Être Suprême, Celle qu’entre nous, au sein du petit personnel, on appelle simplement la Big Boss.
– Hein, c’est quoi ces conneries ?
– Hi hi hi (glousse de plus belle), comment vous dire ça... il est peut-être temps que vous appreniez un truc ou deux.
– Mais quoi bon sang ?
– Eh bien sachez très cher, que l’Être Suprême est en fait Féminin et pas vraiment du genre commode, c’est le moins qu’on puisse dire. Alors ici, contrairement aux femmes, qui sont plutôt bien traitées, les hommes n’ont pas vraiment droit à la parole. Donc si j’étais vous, je ferais profil bas et je filerais doux...
– (bafouillant) Mais le pro... le Prophète, Mo... Momo...
– Allez c’est bon, ça suffit comme ça, j’arrête là le petit jeu, c’est même plus drôle.
Écoute-moi bien mec. Divine est éternelle, omnipotente et omnisciente. Tu crois que si Elle avait voulu se faire connaître de vous, Elle aurait eu besoin de prophètes ? Qu’ils soient charpentier, Bédouin, ou que sais-je encore ? Et que vos petites affaires humaines La concernent un tant soit peu ? Qu’Elle en a quelque chose à carrer de vos misérables existences de mortelles ? Ben non bien sûr. Les messies, les religions, tout ce tralala, c’était au début, pour l’embrouille, pour obtenir le job... et un peu aussi, il faut bien l’avouer, pour se foutre de votre gueule parce qu’Elle aime bien rigoler sur votre dos et vous prendre pour des blaireaux, c’est son côté joueuse. Alors maintenant fini le cinéma, tu atterris et tu arrêtes de faire chier le monde. OK, tu vas sauter tes soixante-douze sans-dents promises, d’ailleurs elles s’impatientent, mais après ça terminés les vacances et les menus plaisirs, on passe aux choses sérieuses. Pour commencer, tu iras récurer les goguenots divins ; ce sont les trous noirs, les singularités là-bas au fond. Et quand tu auras fini, tu reviendras me voir pour la suite des réjouissances !
– Mais... je... vous... je...
– Ah, et j’allais oublier : avant ça tu passeras par chez le coiffeur pour couper cette barbe ridicule... et tu en profiteras pour te faire châtrer. Ici, on n’aime pas trop les trucs inutiles qui pendouillent, ça fait mauvais genre. Allez, exécution ! une deux, une deux !
4

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Bartho Lomé
Bartho Lomé · il y a
Merci :)
·
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Dieu soit loué ... ! J'achète cette DIVINE histoire.
·
Image de Bartho Lomé
Bartho Lomé · il y a
Image de Dominique Coste
Dominique Coste · il y a
Quelquefois les sélections sont incompréhensibles, je confirme ! Ce texte est mené d'une main de Maître. Merci à vous pour ce bon moment de lecture. Mon vote ! Je vous invite dans mon "monde" si vous le voulez bien ..
·
Image de Bartho Lomé
Bartho Lomé · il y a
Merci, j'irai dès que possible (quelques soucis occupent mon esprit et mon temps...) :)
·
Image de Bartho Lomé
Bartho Lomé · il y a
Je préfère ce texte non sélectionné, à d'autres, qui l'on été... mais peut-on juger de ses propres écrits ? Vos critiques seront bienvenues :)
·