Désir et volupté 7

il y a
2 min
7
lectures
1
Désir et volupté

Que serait la vie sans l’amour, le vrai, le pur, celui qui nous fait vaciller et nous rend invincible. Qui nous couvre de doutes et renforce nos certitudes. Celui-là même qui fait tout ressentir en même temps.
Celui qui nous empêche de dormir, parce qu’il nous transcende dans nos corps ou dans nos pensées. Celui qui crée du manque, même quand on est entouré, celui qui nous fait grandir malgré nos réactions immatures... qui nous donne tant de forces et qui nous rend si fragiles
Cette émotion humaine qui ne passe que par l’âme. Une mise à l’épreuve sans nul doute. Elle est éprouvante, mais elle permait d’éprouver... la subtilité de la langue française.

Pour ma part ces ascenseurs émotionnels sont nécessaires à mon équilibre. Étrange hein ?! Gauche, droite, en haut en bas. Pourtant je suis bien là. Centrée. Je n’ai d’ailleurs jamais été aussi stable. A croire que tous ces mouvements émotionnels agissent sur moi comme une force centrifuge. Un ouragan de passion qui ne serait pas dévastateur mais plutôt salutaire.
J’aime être amoureuse. Et l’idée même d’être amoureuse me rend heureuse. C’est une première pour moi. Et je découvre le sexe dans l’amour. Depuis toujours, le sexe, c’était un besoin physique, impérieux, mécanique, chimique. Mais pas de désir d’un être en particulier. Juste une envie de corps, masculin, féminin, peu importe. J’avais besoin d’assouvir un besoin physiologique, et le plaisir que je trouvais en mon partenaire était suffisant. Inconsciemment, je multipliais les corps car je n’étais pas satisfaite. Je ne savais pas qu’il existait une délectation intellectuelle. Aujourd’hui c’est différent. A l’opposé de tout ce que J’ai connu. Je ne veux que lui, rien que lui, rien que ses caresses que ses baisers. Les siens.
Sa voix, sa peau ses mains. Tout me fait tressaillir. Tout. Je connais ses caresses par cœur, pour autant, je les attends avec toujours autant de désir, et je les apprécie mille fois plus à chaque fois. Aucune lassitude. Plutôt même une certaine frénésie presque hystérique de son corps contre le mien, de ses mains dans mes cheveux ou sur la cambrure de mes reins, de sa bouche contre la mienne, qui embrasse mes yeux ou mes seins, de sa langue si fraiche qui se glisse avec une extrême douceur entre mes cuisses, et qui y reste à me faire jouir. Son sexe est parfait, à son image, fort, droit et d’une douceur infinie. J’aime l’embrasser et le parcourir de ma langue, le prendre délicatement en bouche. Nous nous regardons toujours pendant ces instants-là, nous ne nous perdons jamais des yeux. Nous multiplions les contacts, la peau, les yeux, la parole, même nos âmes fusionnent. Quand il est en moi, c’est bien plus que l’aspect physique, c’est l’unification de nos consciences. Le Yin et le Yang. Je ressens tout de lui, je vis en lui et il vit en moi à cet instant. Nous vibrons à l’unissons, c’est vraiment ça !
Nous faisons l’amour pendant des heures, et nos corps sont éprouvés, mais notre relation est à chaque fois renforcée et plus profonde, c’est inexplicable.
Nous le ressentons tous les deux sans en parler. Même dans nos silences nous communions. Nos corps se manquent parfois mais ils sont désormais reliés par nos âmes.

Depuis Lui, je suis encore plus moi. Et même sans Lui, si un jour ça arrive, j’aurais eu la chance de connaitre l’amour et ses trésors, et cela suffit pour justifier ma vie.



G DELOMBRE une part de Mystère
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,