12
min

Des beaux parents pas comme les autres.

Image de Dabblekstar

Dabblekstar

3 lectures

1

Sandro était un garçon de 16 ans comme les autres avec une vie des plus banales et sans histoires. Sauf que lorsqu’il avait 10 ans ses parents qui étaient alors marié depuis 12 ans divorcèrent.
Dès lors il fut ballonné de maisons en maisons. Un coup il vivait chez papa. Le coup d’après c’était chez maman qu’il posait ses valises.
Mais malgré tout ce remue ménage Sandro vivait plutôt bien la séparation de ses parents. Lui a qui on donnait tous ce qu’il désire. Dès qu’il demandait quelque chose ; Hop on le lui donnait sans broncher.
Ainsi il a pu accumuler des tas de cadeau comme des accessoires et autre objets aussi utile que futile. Car après la séparation ses parents faisait tout en sorte pour le faire plaisir et ne se souciait la que de son bonheur et de rien d’autre. C’était devenu leur centre d’intérêt commun auquel il se surpassait en termes d’ingéniosité et d’originalité pour lui faire plaisir car chacun d’entre eux voulait faire mieux que l’autre.
Mais voila depuis peu son papa avait d’autre préoccupation. Ou dois-je plutôt dire une autre occupation que lui. En effet son père Félix était rentré d’un voyage d’affaire qu’il avait effectué a Sofia en Bulgarie, et celui-ci était revenu avec un souvenir...hum... pour le moins particulier avec lui...
Donc ce jour la...
-Et maman cet aujourd’hui que papa revient de Bulgarie !
-Et alors ? Qu’est ce que tu veux que sa me fasse ?! lui répondit sèchement sa mère.
-Rien c’est juste que sa faisait un mois qu’il était partit et qu’il n’avait pas répondu a mes appels.
-Ton bon a rien de père était sans doute trop occupé a ruinés ses pauvres clients, plutôt que de passer du temps avec toi !
-Je me demande bien ce qu’il ma rapporter cette fois ci comme cadeau ? Lui dit Sandro, car chaque fois que son père ou même sa mère partait en voyage d’affaire a l’étranger ils lui rapportaient toujours un Cadeau Souvenir. Pas toujours un cadeau qu’il apprécie forcément, mais un cadeau reste un cadeau.
Sandro ce mit à imaginer toute sorte de chose du au de ses seize ans. Il s’attendait déjà à recevoir quelque chose de cher et hors de prix qu’on ne trouve nulle part ailleurs d’autre qu’en Europe.
Genre peut être un nouveau Iphone ou un nouvel ordinateur hors de prix. Ou bien même un vélo électrique comme le PG bike blacktrail qui roule a plus de 100 km/h et qui coute 100 000 euros.
J’ai trop hâte de le voir !
-Ouais, ouais, répondit sa mère évasive.
Sandro était vraiment impatient de revoir son père, lui qui venait de passer tout un mois entier seule avec sa mère Félicia.
Il avait hâte que son père lui raconte comment il avait passé ses journées la bas en Bulgarie. Il voulait aussi voir toute les photos du voyage que lui avait ramené son père. Mais il trouva quand même bizarre le faite que son père ne diffusai pas les photos de son voyage sur Facebook comme a son habitude. Mais qu’importe il ne pensait plus qu’a une seule chose aller chez lui. En plus de sa il avait laissé son Call Of Duty Black OPS 2 chez son père ainsi que sa Playstation 3. Il avait une Xbox 360 chez sa mère mais il préférait largement sa PlayStation 3 resté chez son père.
Il avait surtout hâte de rejouer au mode zombie que propose le jeu vidéo avec son père. Il faut dire que c’est rare de voir qu’un père joue aux jeux vidéo avec son fils. Ses ces genres de chose qui font que Sandro préfère parfois son père a sa mère. Car son père fait des balades a vélo avec lui en plus de jouer aux jeux vidéo et il partage le même amour pour les films Marvel autrement dit les blockbusters genre Avengers, ou les films DC comme Batman, Superman et j’en passe. Alors que sa mère, elle est plus sur les films à l’eau de rose comme Titanic de James Cameron ou Intouchables avec Omar Sy.
Et ses se genres de chose qui font que sa mère Félicia déteste encore plus son ex mari, qui semble beaucoup plus compter aux yeux de Sandro que elle. Mais bizarrement sa mère c’était résigner elle avait bien compris que son fils Sandro préférait passer du temps avec Félix son père. Elle se disait que c’était normal après tout, c’était un garçon et que c’est son père et qu’il préférait surement passer plus de temps avec lui.
Cela la rendait triste au final mais elle devait l’accepter son fils préférait son père a sa mère. C’était une cruelle réalité qui la blessait un peu. Mais elle avait encore tant d’amour à donner tant d’amour à offrir qu’elle ne savait quoi faire. L’idée d’avoir un autre enfant lui avait déjà traversée l’esprit. Plus d’une fois elle y avait pensé et avait été tenté d’en concevoir un. Mais elle balaya d’un grand coup cette idée saugrenue. Elle avait déjà 46 ans et ne se voyait pas tomber enceinte à nouveau, elle qui était déjà assez dodu comme cela. Alors que faire ?
Son fils Sandro était devenu un ado qui ne voulait plus trop passer du temps avec elle comme avant. Mais elle avait encore besoins de materner quelqu’un, d’avoir quelqu’un a sa charge quelqu’un qui avait besoins d’elle, qu’elle voudrait pour elle, et pour elle toute seule et pas a partager avec son idiot d’ex mari Félix.
Mais que faire ?
Alors que Sandro regardait la dernière saison de la sitcom a succès Mon oncle Charlie (Two and Half men en version originale) avec sa mère. Il reçu un appel sur son portable de la part de son père Félix qui l’appelait.
Il se pressa donc de lui répondre et décrocher le téléphone lui qui n’attendait que sa :
-Salut Sandro comment vas-tu.
-Bien papa et toi ?
-Sa va, sa va, je suis la a la maison la !
-Je passerais chez toi demain tu me montreras les photos de ton voyages en Bulgarie.
-Oui à propos... il faut que tu sache quelque chose...
-Quoi ?!
-Non rien tu le sauras en venant a la maison. C’est une surprise ! rétorqua son père.
-Cool j’adore les surprises.
-Et je suis sur qu’elle te plaira. A demain !
-Ok a demain ! lui répondit joyeusement Sandro.
Après avoir mangé et d’avoir pris sa douche Sandro se préparait à aller se couché. Quand sa mère lui proposa de venir regarder avec elle le film Toy Story 1. Un film que Sandro adorait regardé quand il était tout petit mais maintenant qu’il était devenu grand, cela l’indifférait au plus haut point et il déclina l’invitation.
Sa mère ne le lui montra pas, mais elle fut déçus et attristé de voir que son fils l’a délaissait.
Elle resta donc la et regarda le film d’animation pour enfant toute seule. Elle regardait le film quant son attention se tourna plus particulièrement sur le personnage de Woody un jouet cow-boy qui voit d’un très mauvaise œil l’arrivée d’un autre jouet dans la maison. Et ce jouet en question n’est nulle autre que Buzz l’éclair. Elle ce souvient très bien de ce drôle de jouet car Sandro en avait tout une collection qui sont d’ailleurs toujours rangé dans sa chambre. Et ses a ce moment qu’elle eu une idée. Puisqu’elle se sentait si seule dans cette grande maison avec quatre chambres et quatre salles de bain, plus une grande piscine qui valait 2 million d’euros qu’elle avait, malgré la présence de son fils. Elle se disait que puisque qu’elle s’ennuyait il lui fallait un « jouet »...
De son coté Sandro ce coucha sur son lit après avoir fait sa prière particulière. Car oui Sandro était très croyants. Et sa prière consistait à demander au bon dieu que la surprise que lui réservait son père, soit bien un PG bike blacktrail qui le faisait tant rêver.
Hum le pauvre si seulement il savait...
Sandro s’endormit sur le lit. Il prit une grande couverture pour recouvrir son corps. Il s’endormit les rêves plein la tête.
Le lendemain matin Sandro se réveilla à 8h précise. Il en profita pour se doucher dans la salle de bain de sa chambre. Il s’habilla et descendit dans le salon pour saluer sa mère. Il la trouva avachi sur le canapé du salon en train de feuilleter un magazine de voyage. Tout en buvant une tasse de café.
-Bonjour maman !
-Bonjour Sandro ! Bien dormi ?
-Oui et toi ?
-J’ai bien dormi aussi.
-Qu’est ce que c’est que le magazine que tu regarde ?
-Oh rien...euh...c’est juste un magazine de voyage. Lui dit-elle en rangeant son magazine. Ton petit déjeuner est sur la table !
-Chouette merci maman. Mais je n’aurais pas le temps de boire mon chocolat ce matin ! Par contre je prendrais volontiers le petit pain au beurre de cacahuète que tu ma fait la.
-Mais pourquoi ? Tu pars quelque part ?
-Mais oui tu oublie ? Je vais chez papa tu t’en rappelle ? Il ma dit qu’il avait une surprise pour moi. J’ai hâte de savoir ce que sais ! Je risque de rester dormir chez lui ce soir, donc ne m’attend pas !
- Oh...euh...ok, lui dit sa mère évasive.
Sandro s’en alla dans le garage et enfourcha son vélo bleu afin de se rendre chez son père. Il espérait que le cadeau que lui avait promis son père soit son PG bike blacktrail ou alors un autre cadeau du meme prestige. Comme par exemple un scooter ou même une mini moto.
Ce serait trop cool se disait-il.
La maison de son père n’était pas très loin de celle de sa mère, mais elle était bien plus grosse et imposante et surtout beaucoup plus luxueuse puisqu’elle coutait 4 million d’euro.
Mais en chemin Sandro croisa un de ses amis qui était sur sa trottinette à moteur. Et il s’approcha de lui tant bien que mal et il l’aborda :
-Mais qu’est ce que tu fais Tony ?
-Rien je zone dans le quartier comme d’habitude !
-Je vais chez mon père tu viens avec moi ?
-Ok je te suis, allons y !
Sur se brève échangent, ils s’en allèrent tous les deux chez Félix le père de Sandro.
Et arrivé devant la demeure Sandro remarqua que la porte du garage était ouverte. Il aperçut les trois voitures de son père. Mais pas de vélo PG bike blacktrail a l’horizon. Sur le coup il s’en trouva un peu déçu mais bon. Il voulait à tout prix revoir son père.
Il rentra avec son ami Tony a l’intérieur de la maison et la ce qu’il vit dépassa de loin tous ce qu’il avait pu ou tout ce qu’il aurait pu imaginer.
La surprise n’avait pas de roue comme il l’aurait aimé mais deux jambes fines et longue et bien rasée. La surprise n’avait pas de guidon comme il l’aurait aimé, mais avait une tête avec une belle et longue chevelure blonde qui lui arrivait jusqu’au cou. La surprise n’avait pas de klaxon, mais une bouche qui s’efforça de prononcer dans un accent prononcez et assez difficilement :
- Bon...bon...bonjour !
-Euh...mais...mais...mais..., se mit à bégayer Sandro l’air hébéter.
-Et mais c’est qui sa ? C’est une de tes cousines ? lui demanda Tony.
-Non ! Je ne l’ai jamais vu de ma vie ! lui dit Sandro.
Sandro et Tony restèrent la, a la contempler l’air un peu hébéter.
Tandis que la jeune fille se mit a se couvrir un peu plus, puisqu’elle était quasiment dévêtue.
-Elle est mignonne cette fille ! lui dit Tony.
Mais cette fille qu’il ne connaissait pas restait la en train de les regarder en s’efforçant de sourire. Un sourire gêné qui en disait long sur son malaise.
Alors Sandro rentra et engagea la conversation avec elle afin d’en savoir un peu plus sur cette fille :
-Bonjour toi ! Je peux savoir qui tu es et ou se trouve mon père ?
Mais la fille s’efforça de sourire de manière confuse et se mit à crier FELISSER avec un très vielle accent.
-Félisser c’est qui sa ? demanda Tony à Sandro.
-Je n’en ai pas la moindre idée !
Et ses alors que Félix le père de Sandro fit son apparition torse nu en caleçons.
-Qu’est ce qui mon amour ? Se mit-il à dire.
-Papa ?! Rétorqua Sandro hébéter.
-Ah Sandro... je t’avais déjà oublié. Comment vas-tu mon fils ? Et oh euh salut Tony.
-Je vais bien mais qu’est ce que tu as dit ? Mon amour ? Tu peux m’expliquer un peu ? Je suis un tout petit peu perdu, je ne comprends pas la ?!
-Et bien Sandro il ce trouve que cette fille est ma nouvelle compagne !
-QUOI ?! Lui dit Sandro d’une voix tonitruante.
- Calme-toi ! Je l’ai rencontré lors de mon voyage en Bulgarie. Et entre elle et moi le coup de foudre est tout de suite passer. Lui répond-il en l’embrassant.
-Ses donc sa, la fameuse surprise que tu voulais tant me montrer ?! Rétorqua Sandro abasourdi.
-Oui ses sa ! Alors tu la trouve comment ? lui dit son père souriant.
Sur le coup Sandro et son ami Tony se mirent à se regarder les yeux dans les yeux l’air hébéter :
-Et bien je la trouve plutôt Jolie cette fille ! Lâcha finalement Sandro.
-Ses exactement ce que je me disais ! Répondit son père en embrassant la dite fille sur la bouche d’un long baiser. Pendant que Sandro et Tony restai la, a les regarder s’embrasser langoureusement.
-Et elle s’appelle comment cette fille au faite ? demanda Sandro pour en savoir plus.
-Elle s’appelle Souchèska Hamidoviç ! lui répondit son père.
-Et elle a quel âge ? demanda Tony.
-Oh et bien elle vient tout juste d’avoir dix huit ans. C’était il y a deux semaines, répondit Félix. Alors... que penses-tu de cela Sandro ? Cela ne te dérange pas au moins ?! lui dit-il d’un regard sincère et anxieux
-Euh non je... ne crois pas ! Répondit calmement Sandro. Mais vous n’êtes pas marier au moins ?
-Non, non, non ! Nous ne nous somme pas marier elle et moi ne t’inquiète pas !
Sur le coup Sandro poussa un soupir de soulagement. Il était rassurer de voir que son père n’était pas bête a ce point et qu’il ne c’était pas engager avec cette fille qu’il ne connaissait que très peu. Mais il voulut en savoir plus :
-Oh et comment tu la rencontrer ?
-Oh et bien c’était lors d’un rendez vous dans un bar restaurant a Sofia. Elle était serveuse et nous a servi nos plats à moi et a mon associé en Europe. Mais comme elle se déplaçait en patins a roulette et qu’elle était maladroite elle fit tomber sur moi notre repas qui était tout chaud. Son patron sais alors énerver et la alors frapper au visage devant tout le monde. Mais personnes ne prit sa défense au contraire il la blâmait même. Comme si c’était normal qu’un patron frappe une de ses employés chez eux la bas en Bulgarie...
Sur ses mots Sandro pensa tout de suite que c’était une petite prostituées ou une esclave et que son patron était un MAC (maquereau, proxénète). Il en déduisait donc que c’était pour cela que son patron l’avait frappé pour la punir.

...J’ai été choqué et je me suis interposé. Son patron la renvoyée et j’ai été obligé de la prendre avec moi sous mon aile. Après tout c’était bien ma faute si elle c’était fait virer ! affirma Félix.
-Mais ce n’était pas de votre faute monsieur Félix si elle a renversé le repas sur vous, lui dit Tony.
-Oui je sais, mais c’est que je n’arrêtais pas de la regarder elle c’est senti mal a l’aise et a renverser le repas sur nous, rétorqua Félix pour la justifier.
-Hum je ne sais pas quoi dire ! Lui avoua Sandro qui trouvait que leur rencontre ressemblait un peu a celle de Nicolas cage et sa femme Alice Kim. Mais...euh...et sa famille comment est ce qu’ils l’ont pris ?
-Elle n’a pratiquement plus de familles. Elle n’a plus que toi et moi comme famille dorénavant.
-Et bien ok ! Lui dit Sandro un peu abasourdi par toutes ses révélations.
-Elle parle français monsieur Félix ? lui demanda Tony.
-Non elle ne maitrise pas encore très bien le français. Les rares mots qu’elle sache dire c’est « j’ai faim ».
-Ouais j’imagine ! Mais bon ! Tu ne la pas acheter au moins cette fille papa ? Demanda Sandro sur le ton le plus sérieux qu’il pouvait en s’efforçant d’espérer que son père lui réponde non.
Félix regarda son fils droit dans les yeux et prit une grande inspiration puis expira :
-Hum...bon autant que tu le sache ! Son « patron » entre parenthèse... ne voulait pas la laisser partir comme cela. Et oui ! J’ai du payer une petite somme d’argent pour qu’elle soit libre et avec moi.
Sur le coup Sandro et son ami Tony resta abasourdi il n’en revenait pas de toute ses révélations. Sandro avait du mal à croire tous ce que son père venait de lui avouer et ne put s’empêcher de laisser apparaitre un rictus grimaçant sur son visage.
-Bon...et bien tu as payé combien ? demanda Sandro en croisant les bras.
-Oh...et bien une petite fortune.
-Combien, lui redemanda Sandro en tapant du pied.
-Et bien pas moins de 10000 euros, lui répondit franchement Félix en espérant que son fils comprendrait pourquoi il avait du faire cela.
-Whaouh c’est beaucoup d’argent, s’écria Tony d’une voix tonitruante, tandis que Sandro en resta un moment bouche bée.
-Heu...ok je vois, marmonna vaguement Sandro en reprenant un peu ses esprit. Quand soudain Félix prit son téléphone portable et qu’il commença à écrire quelque chose dessus. Sandro et Tony pensait qu’il écrivait un simple message d’affaire destiné a un associé quelconque, mais il montra subitement l’écran du téléphone a Souchèska qui se mit à lire dessus et elle acquiesça en hochant la tête puis monta ensuite soudainement a l’étage se réfugier dans la chambre de Félix.
-Ou elle va ? demanda Sandro en la regardant s’éloigner.
-Je lui ai dit d’aller m’attendre dans la chambre. Même si elle ne comprend pas notre conversations, elle n’est pas obligé de rester la a nous écouter discuter. Chéri écoute ! Si toute cette situation te dérange il faut que tu me le dises ! Je peux comprendre ! Tu es jeune et ton père rentre d’un voyage d’affaire et ramène une petite Bimbo dans ses valises. Je comprends parfaitement que tu sois troublé. Mais il faut que tu sache que pour moi c’est toi qui passe avant tout !
-Non sa ne me dérange pas papa ! Mais c’est juste que tous sa c’est si soudain !
-Oui mais ne t’inquiète pas on continuera à faire tous ce qu’on faisait avant.
La situation était un peu tendue entre le père et le fils et Tony sentait bien qu’il devait les laisser discuter entre eux.
-Bon ben moi je vais vous laisser ! Sandro j’y vais ! Je dois y aller ! Monsieur Félix cela a été un plaisir de vous revoir ! dit-il en serrant la main de Félix. Bon j’y vais ! Bye ! dit-il en partant.
-Ok bye, répondirent en cœur père et fils. Et quant Tony fut enfin partit Sandro resta seule dans le salon avec son père entrain de se regarder yeux dans les yeux. Il y avait un profond malaise entre les deux hommes qui était pourtant réputé pour leur complicité.

- C’est pour cela que tu ne répondais pas à mes messages, demanda Sandro très déçu par l’attitude de son père. C’est pour cela que tu ne ma pas acheté de cadeau ?! Par ce que tu étais occupé avec cette...cette fille !
-Oh...Sandro tu es un grand garçon voyons ! Tu n’a plus besoins que je t’achète de cadeau, tu a déjà tout ce que tu veux !
-Ouais et pendant ce temps tu achète des cadeaux a cette fille !
-Oh...non,non,non ! Tu ne va pas me dire que tu es jaloux d’elle voyons ! Cette fille n’a plus de famille. Elle était pauvre et elle n’avait personne ! Il fallait bien que je l’aide !
-Ouais ouais je comprends ! Mais pourquoi est ce qu’elle était a moitié a poil comme sa dans le salon ?
-Oh et bien par ce qu’on vient de se lever. Tu sais on est arrivé tard hier soir et on a bien dormis cette nuit.
-Ouais, ouais je vois, tu couche avec elle !
-Il faut que tu sache que je suis un homme moi aussi ! Et que comme tous les hommes j’aime la compagnie des femmes ! Et Souchèska est une très belle femme.
-C’est pas une femme c’est une jeune fille papa. Une ado elle n’a que 18 ans et tu en a 46 !
-Oui je sais mais crois moi ! Elle est très mature comme fille pour son âge. Avec tous ce qu’elle a vécus dans sa vie. Si tu apprenais à la connaitre un peu plus tu verras que c’est une fille douce et intelligente.
-Ouais c’est sa manipulatrice et croqueuse de diamant surtout ! rétorqua Sandro.
-Elle n’est pas comme sa tu verras, Souchèska est une fille bien ! Apprend à la connaitre avant de la juger !
-Et comment ? Tu a toi-même dis qu’elle ne parlait pas bien le français !


-Oui mais elle apprendra a parler la langue ! Je vais lui acheter un cahier avec des mots en français pour qu'elle aprenne et maitrise la langue et aussi un petit dictionnaire Larousse.


-Elle devrait carrément retourner en maternelle cette Souchèska !


-C'est une fille intelligente tu verras elle apprendra vite !


-Mais en attendant elle vit a tes crochets et suce tout ton frique !

Thèmes

Image de Nouvelles
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,