Des Allers sans retour...

il y a
3 min
26
lectures
2

Instants de vie d'une trentenaire! Impression de déjà vu, vécu, mes observations se transforment en émotions. Ça vous dit de passer un moment en ma compagnie? Ouvrez la porte(sans toquer)  [+]

Se lever...Se laver...Postuler...Manger...Postuler...Pisser...Postuler...Dormir... Bien triste tableau pour un quotidien non?

J'ai souvent cette amère impression de faire du sur place, de tourner en rond, en carré bref comme vous voulez choisissez la figure géométrique qui vous plaira! Oui, comme dans ces films à la "Truman Show" ou "Un jour sans fin". N'importe quel être sur terre doit ressentir ce que je ressens à cet instant. Peut- être même l'oiseau qui se fait violence pour aller chercher non stop de la nourriture pour ses oisillons doit en avoir ras les plumes parfois!

L'effet se démultiplie quand on se retrouve sans emploi. Du jour au lendemain la spirale infernale du "Métro/Boulot/Dodo" se transforme en un tourbillon plus violent semé d'impacts ravageurs. Je l'ai vécu comme un choc apocalyptique qui de part ses ondes ressurgit au gré de mes humeurs. Après avoir eu une "Sécurité de l'emploi" plus qu'éphémère maintenant je cours sans harnais de protection ni casque. Le "Vivre au jour le jour" ne m'a jamais autant parlé qu'à cet instant. Eviter la routine c'est déjà un sacré challenge, alors quand vient se rajouter celle qui nous est imposé, il y'a de quoi se sentir en insécurité non?

Au départ je me suis dit que c'était une opportunité d'avoir du temps, de le prendre et d'en profiter pour se poser les bonnes questions ou de trouver les bonnes réponses! Ouchhh!!!! Sauf que ce temps me fait ruminer encore plus que je ne le fais habituellement. Les premiers temps l'optimisme m'envahissait prenant le dessus sur les nombreux découragements. En ce moment même si la positive attitude reste mon moteur, je suis à vrai dire un peu las frôlant bien souvent la mini déprime. Mon quotidien est rythmé par une petite voix intérieure qui me harcèle "Trouves du travail, que vont penser les autres, et puis c'est pas normal..."Ne nous mentons pas, difficile de faire une abstraction totale du regard d'autrui ou plutôt de ce qu'il pense.

Je m'obstine car au fond de moi je sais ce que je vaux...Ce que je veux...Au fond...En surface c'est une autre affaire! Demain, j'ai 30 ans, je porte dans mon sac à dos de nombreuses années d'études, je suis une nana très curieuse, vivante, joyeuse et pleine d'entrain. Et là, je ne me reconnaît que très peu, je doute même sur mes capacités! Je compare mes recherches d'emploi à un match de tennis. La seule différence c'est que les balles je les envoient mais mes adversaires ne me les relancent jamais donc pas d'échanges! Jeu...Set et Match!

Mes escales sont longues car mes billets je les prends que pour des"Allers". Allers sans retour...Voyages solos devant mon ordi lorsque je postule et que j'attend désespérément que quelqu'un m'envoie le ticket "retour"... J'épluche telle une âme en peine les annonces affichées au compte goutte. L'index de mes doigts qui fait défiler le titoulet de la souris vers le bas se met en marche automatique avant même d'avoir frôlé l'engin tel un asticot gesticulant dans la terre. Les yeux écarquillés en mode Zombie, la boule au ventre mais surtout cet espoir omniprésent de trouver "l'annonce miracle" ou "le précieux" qui me mènerait vers des jours meilleurs.

Enfin, un entretien! Ca va aller mieux...Pimpante j'avais postulé à une offre d'emploi qui était à des milliers de kilomètres lunaires de mes compétences actuelles. Mais bon, je ne suis pas fermé, notre vie entière est apprentissage. En plein entretien digne du KGB je me suis demandé ce que je foutais là... Les questions fusaient sur tout voir n'importe quoi et pour couronner le tout on m'annonça que je devais partir une fois de plus en formation à Tataouine les bains (Là n'était pas le problème) mais le gros hic c'est qu'elle était à mes frais. Non mais j'étais en plein cauchemar! Comment faire, me ruiner encore plus? Super la perspective d'emploi, tu te retrouves endetté avant même d'avoir eu ton premier salaire! Chômeuse oui, besoin urgent de bosser oui mais pas accepter n'importe quelles conditions non plus sous prétexte que l'on a la corde au cou! Je suis ressortie vidé, triste car une fois de plus j'étais en tête à tête avec mon échec! " Allez Adaline, entre dans l'ascenseur émotionnel, appuie sur le bouton "joie immense" attend quelques secondes. Mince! Tu n'as pas appuyé sur la bonne touche et tu retombes aussi sec à l'étage "profond dégoût".

"S'identifier" comme un robot...Merde la page a expiré...Recommencer pour la énième fois. "S'actualiser" et "Rechercher" sont les maîtres mots du chômeur bien seul devant son moniteur.

Etre accompagné, entouré parfois ne suffit plus, c'est un combat. Je pèse mes mots...Combat contre soi-même car dans sa dérive courte ou longue soit-elle, le capitaine partage ses problèmes techniques avec ses moussaillons. En ce moment je suis un vieux bateau blessé par les rochers. J'essaie de colmater mes fissures à un endroit mais d'autres font apparition dans d'autres secteurs et c'est malheureusement mon équipage qui morfle avec moi. Mon humeur oscille tel un cœur palpitant pendant un électrocardiogramme. Le pic d'intensité varie, il peut être au plus bas comme au plus haut. Parfois, je l'avoue, ma compagnie n'est pas la meilleure! Sentiments d'incompréhension, d'abandon, d'hésitation jusqu'à la procrastination...Et bien d'autres "ion" et "on"!

Lettre de motivation, Curriculum Vitae, postuler, attendre que la boîte mail émette le"biip" tel le signe divin tant espéré. 5...10...30...50 candidatures, des relances à gogo et une multitude de silences radio...

Je suis en recherche d'emploi...Les annonces sont là...Certains ne cherchent pas, ne cherchent plus.... J'en arrive même à me demander si de l'autre côté, certains employeurs recrutent vraiment vu le temps qu'ils mettent pour donner une réponse, si un jour il y a réponse...Si un jour il y a retour...

Allez, j'y retourne car je sais qu'un jour ça vaudra le détour!

2

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Grenelle
Grenelle · il y a
Lire Voter Encourager. Vaut toujours mieux un aller qu'un pis aller. Je vous dessine pas mon tableau, car je l'ai décroché il y a déjà longtemps.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Avant la nuit

Thibaut78

Juste avant la nuit, j'ai voulu voir une dernière fois les quais de Saône. Savourer la beauté des derniers rayons de soleil qui se noient en éclats dorés au-dessus des eaux glauques, colorant... [+]