4
min

Derniers jours de classe...

Image de Nicoadam8

Nicoadam8

267 lectures

18

Qualifié

La dernière semaine de classe, c’est un moment grave. Tellement grave qu’on ne va pas travailler. Certains ont amené des jeux de société, d’autres font des pendus au tableau. On vient au collège en short, on rigole, on discute. On ne se dit surtout pas qu’on est déçu que l’année se termine et qu’on va se manquer pendant deux mois. Une sorte de pudeur nous interdit de dire ça. Et puis, les vacances sont faites pour être aimées des élèves. C’est comme ça ! Alors, il nous reste une semaine pour ranger les salles de classes. Ces champs de batailles où l’on a triomphé de l’algèbre et de la géométrie ; des règles de grammaire et des interros surprises. Il nous reste une semaine pour fabriquer d’ultimes souvenirs de cette année scolaire qui trépasse. Des instants de solidarité, des moments de camaraderie. Autant l’avouer : en ces derniers jours de classe, on a le fou-rire facile ! Et l’on sait déjà que ces heures joyeuses seront les introductions de nos conversations de rentrée. « Tu te souviens l’an dernier, quand... » Des cachets de nostalgie contre l’angoisse d’une année qui débute. Mais, pas maintenant. Pour l’instant, on se refuse à penser à tout ça. On vit les jours magiques où même les cancres aiment l’école. Le conseil de classe du troisième trimestre est passé. Notre avenir proche s’est dévoilé au terme de discutions polies. Seuls les profs de musique et d’arts plastiques ont émis un avis défavorable à notre passage en classe supérieure... Bon, autant dire qu’on passe sans frémir. Tout le monde se contre-fout toujours de l’avis des profs de musique et d’arts plastiques... et de techno et de sport aussi !! C’est le moment de rendre les livres. On passe les heures d’étude à jouer au foot. Si bien, qu’on ne sait plus quoi faire pendant les récréations. Alors, on va s’allonger dans l’herbe juste tondue pour parler de Basket Américain, de scooters trafiqués, de Nike air et d’Adidas torsion. Pour embrasser des filles et parler au futur des banalités de la vie. Pour défier l’avenir qu’on se promet de construire, se taper dans les mains comme des sportifs enthousiastes... Pour être ensemble, encore un peu. Faire provision des autres avant de partir chacun de son côté se manquer pendant deux mois.
Après tout, une année scolaire qui se termine ce sont des histoires qu’on enterre, au mieux qu’on embaume, pour les ranger dans nos musées de souvenirs ou nos salles d’anecdotes. Une année scolaire qui se termine, ce sont des professeurs trop fiers pour avouer qu’ils sont émus et des élèves trop pudiques pour leur dire qu’ils vont leur manquer. Mais une année scolaire qui se termine, ce sont les vacances qui débutent !
Il était une fois, un jeune garçon qui n’aimait pas les vacances d’été. On s’inquiétait pour lui, ça semblait anormal. Un élève qui n’aime pas les vacances, mais c’est comme... comme... comme un chat qui n’aime pas le lait, une souris qui n’aime pas le gruyère, un homme politique qui n’aime pas les dessous de table, un poisson qui a peur de l’eau, un oiseau qui a le vertige... Mais enfin, un élève qui dit qu’il n’aime pas les grandes vacances : c’est choquant, c’est incompréhensible, toutes nos valeurs s’effondrent. Pourquoi pas, un footballeur qui sait lire, un candidat de télé-réalité qui ne finit plus ses phrases par « c’est clair », une heure des grosses têtes sans le mot « bite », Francis Huster qui joue juste ou Christophe Mahé qui crée une bonne chanson aussi tant qu’on y est ! Rien à faire, il n’en démordait pas ! « J’aime pas les grandes vacances » qu’il disait. « Ça sent le barbecue, l’huile solaire et le rosé en cubis. Ça pue le cahier Passeport, la transpiration nocturne et les salades de crudités ! » On tentait bien de le faire changer d’avis : « Les grandes vacances c’est le Tour de France, le bruit des vagues, le sable chaud et le cri des mouettes... » « J’aime pas les grandes vacances ! Ça sent le barbecue, l’huile solaire et le rosé en cubis. Ça pue le cahier Passeport, la transpiration nocturne et les salades de crudités ! » répondait l’enfant qui n’hésitait pas à se répéter lorsqu’il était plutôt fier de ses formules. On se désespérait à avancer nos derniers arguments : « Les grandes vacances, c’est le camping en famille, le droit de se coucher tard, les pique-niques, les fêtes foraines, le 14 juillet... » Ca n’y changeait rien. Pour lui, c’était l’odeur des doigts de pieds sous une tente, des sandwichs humides et des œufs qu’on mange en se faisant dévorer par des insectes. « L’été c’est glauque comme un mobil-home de location, ce sont des chiottes collectives, une discothèque en plein air et des parents en maillot qui dansent sur Luis Mariano » renchérissait l’enfant qui ne rechignait pas à citer parfois un peu de Laurent Voulzy !
On finissait par s’énerver, par perdre patience. « Mais enfin, tu n’aimes rien ! L’été, ce sont les feux d’artifice et la baignade ; les parties de foot torse-nus et les glaces à toute heure ; les pommes d’amour et les barbe-à-papa ! » « Inutile d’insister » qu’il répondait froidement : « L’été ce sont des plages surpeuplés et ce ne sont jamais celles qu’on voudrait voir seins nus qui bronzent topless. Souvent ce sont leurs mères ou leurs grand-mères qui nous imposent ça ! L’été, c’est du sable dans les godasses, des lunettes de soleil ridicules et la clim qui pique le nez ; des pommes d’amour infâmes et des barbe-à-papa collantes ! Inutile d’insister que je vous dis : l’été c’est décevant, ça gratte, ça fout la gerbe et ça colle aux dents ! »

Quand même, le soir du 14 juillet, il a suivi ses parents dans cette fête foraine qu’il dénigrait tant. Après le feu d’artifice communal, en déambulant entre les stands bruyants, une petite brune discrète lui a frôlé la main. Ils se sont regardés, se sont souris et ce synchronisme les a fait rougir. Elle ressemblait à Marie Gillain dans « Mon père, ce héros ». Elle était déjà bien trop jolie pour avoir les yeux bleus en plus, du coup, les siens étaient noisettes. Elle ressemblait à l’été et mangeait une barbe-à-papa du bout des dents... Et lui qui n’aimait pas l’été. Ce soir-là, il s’est bien gardé de le scander. Il a tellement aimé la sentir sursauter à ses côtés dans les auto-tamponneuses qu’il trouvait si ringardes... Il a tant aimé ses cris stridents à bord du grand-huit qu’il trouvait si prévisible... Il a tellement adoré sentir son cœur cognait contre lui avec la ferveur d’une partie de palet canadien... Dans leurs yeux mélangés, le feu d’artifice se rejouait inlassablement : une explosion de couleurs brillantes, de lumières aveuglantes... Et puis le noir... Quand les yeux se ferment et qu’il est temps de s’embrasser...

Début septembre dans le parfum des trousses neuves, le bruissement des cahiers encore vierges et le grincement des chaussures à la mode, on raconte nos vacances... en famille... à Royan... Arcachon... ou au cœur du Pays Basque. On invente des anecdotes farfelues pour donner du corps à nos récits. On romance nos heures d’ennui. (Il n’y a pas de bonnes vacances sans de longues heures d’ennui !) Mais dans cette cours de récréation, un garçon fronce les sourcils pour mieux garder son masque. Les autres ne doivent pas savoir, ne peuvent pas comprendre. Cette soirée éphémère, ces quatre heures éternelles, ce délit de non-initiés, cette aventure à blanc. Il n’est plus aussi affirmatif ni convaincant quand il revendique sa haine des vacances d’été... Et puis, ses yeux le trahissent. Trop allumés, trop exaltés, trop vagues, trop loin déjà... Un mois et demi que ça dure. Un mois et demi qu’il y a dans ses yeux un feu d’artifice de 14 juillet et pourtant, c’est lorsqu’ils sont fermés qu’ils brillent le plus...

Il est bien plus facile de ne pas aimer l’été que de ne pas aimer l’amour...

PRIX

Image de Été 2014
18

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Eowyn
Eowyn · il y a
Tendre et profond. Je vote
·
Image de Nicoadam8
Nicoadam8 · il y a
Merci Eowyn!!
·
Image de Miraje
Miraje · il y a
Premiers émois, un cœur en feu d'artifice..., je vote.
·
Image de Nicoadam8
Nicoadam8 · il y a
Merci Miraje!!
·