Dernier train pour le paradis

il y a
1 min
180
lectures
41
Qualifié

Bonjour à toi lecteur ou lectrice arrivé.e ici par curiosité ou par hasard, je te propose de jeter un coup d’œil par le trou de la serrure afin de découvrir mon univers.

Image de Prix Quiqui - 2018
Le train s'arrêta dans la gare dans un long crissement, les portes s'ouvrirent mais personne ne descendit. Le jeune homme monta en traînant sa lourde valise derrière lui. Il traversa le couloir et s'installa dans la cabine qui lui avait été attribuée. Une femme était déjà installée, un attaché-case posé à coté d'elle. Le jeune homme tenta de mettre sa valise sur le range bagage au dessus des sièges mais celle-ci était trop lourde.

- Ne vous en faites pas, vous pouvez la laisser par terre ça ne me dérange pas.
- Merci madame. Savez vous quand le train arrivera à son terminus ?
- Ma foi non, il a du retard.

Le jeune homme s'assit en face de la femme. Dans le couloir une jeune femme passa avec un énorme sac de voyage sur le dos.

- Vous voyagez seule ? demanda-t-il.
- Non, mon mari court après nos deux fils, ces deux-là sont toujours en train de se bagarrer !
- Vous m'en voyez navré.

Le train n'avait toujours pas redémarré, et le jeune homme commença à se dire que ce n'était pas bien étonnant que celui-ci ait accumulé du retard... Un homme d'une cinquantaine d'année traversa le couloir en portant sous chaque bras de gros sacs cabas.

- Je suis désolé d'être indiscret, dit-il, mais vous avez peu de bagages pour un si long voyage...

La femme sourit ; une voix se fit entendre dans les haut-parleurs :
"Veuillez nous excuser pour ce léger contretemps, le Purgatoire-1534 à destination du paradis va reprendre sa route, attention au départ."

- Vous savez, dit-elle en défaisant la boucle de son attaché-case, certains bagages sont parfois plus lourds qu'ils n'en ont l'air.

La femme ouvrit son bagage et en sorti une magnifique pomme rouge entamée.
41

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,