5
min
Image de Nic 34

Nic 34

18 lectures

1

Dès lors que vous appartenez au corps médical, il n’est pas rare que certains s’autorisent à vous entretenir de leurs maux divers et variés, souvent avec une minutie de détails dont vous vous passeriez volontiers.

« Au fait, vous qui êtes infirmière, ça vous paraît normal qu’une suture suppure comme ça ? Chéri !!! Montre ton genou à la dame, elle est infirmière. »

« Chéri », c’est l’époux qui est en train de bavarder en sirotant son pastis. Il est rougeaud, congestionné, il fleure ce délicat mélange d’eau de Cologne bon marché et d’hygiène alléatoire.
Il s’est fait récemment opérer des varices et une plaie est douloureuse à l’intérieur du genou.
Comme si c’était une choses des plus naturelles qui soient, vous voici donc examinant la grosse guibolle du mari qui a remonté son fute jusqu’à la cuisse. Encore heureux ( il y a du monde ) qu’il ne l’ait pas baissé par commodité, option déjà observée en plus petit comité.
Effectivement, ça n’est pas très jojo : entre deux points, c’est inflammatoire, il y a au milieu une boursouflure semblant prête à éclater, vous soupçonnez – c’est un euphémisme - une infection sous-jacente.
«  Peut-être qu’en appuyant là ? »
L’épouse simule un mouvement de compression de chaque côté du bubon et on sent que ça la titille.
D’un geste vous arrêtez ses velléités : on ne fait pas ça à mains nues, surtout avant un repas !
A défaut de prodiguer quelques soins, vous distribuez avis et conseils.
« Peut-être serait-il judicieux de montrer cela àvotre médecin?
- nous le verrons après-demain soir !
- Alors mettez des compresses alcoolisées en attendant.
- Comment on fait exactement ?
- Vous prenez des compresses, vous mettez de l’alcool dessus, vous maintenez sur la plaie.
- Combien de temps ?
- Jusqu’après-demain.
- Et ça tient comment ?
- Vous collez...
- Mais mon mari est allergique aux adhésifs !
- Alors entourez le pansement d’une bandelette de gaze fine et SANS serrer surtout ! »

Car il faut faire extrêmement attention aux termes employés. Sur une plaie infectée, si vous serrez une bande même fine sur un pansement même alcoolisé cela risque d’être néfaste, a fortiori sur une jambe venant d’être opérée de varices ! Pour vous remercier de votre sollicitude, la femme reconnaissante ne veut plus vous quitter. Aussitôt l’apéritif terminé, elle vous prie de vous asseoir à côté d’elle ( « Si, si elle y tient ! » )

Et la voilà partie sur la vilaine bronchite que sa mère a contractée le mois dernier.
«  Des crachats d’une couleur, je ne vous dis que ça, elle avait les poumons complètement pris, la pauvre. »
Et de vous faire tout le descriptif des glaviots : leur quantité, leur fréquence, leur épaisseur, pire : leur odeur ! Alors que l’on vous invite à attaquer les hors-d’œuvre.
« Chérie, j’ai peur que tu ennuies la dame !
- Mais non, pense-tu, elle est infirmière, elle a l’habitude, hein, madame que ça ne vous ennuie pas ? »
Sincèrement ça vous fait carrément ch... aque fois la même chose, mais comment l’exprimer tout en restant polie ?

Le temps de trouver une sortie honorable, votre pipelette a embrayé sur ses pertes ( vaginales, bien entendu car de poids, ça n’aurait pas été assez gore.)

Là, vous sentez être parvenue à votre seuil de tolérance.
Vous pensez à cet ancien copain carabin qui en avait tellement marre de ce genre de traquenard qu’il en était venu à se déclarer formateur en mécanique automobile.
« Formateur » lui évitait d’avoir à donner l’adresse du garage où il était sensé professer. Son choix était doublement pertinent : être mécanicien était pour lui une seconde nature, un hobby, une passion.
Rien ne pouvait le réjouir d’avantage que de se mettre les mains dans le cambouis. Ses intervenants lui demandaient-ils conseil ? Il était apte à répondre. Lui demandait-on un coup de main ? Soit il n’était pas libre du fait de ses supposés engagements et des cours qu’il prodiguait, soit il acceptait de bon coeur car cela lui plaisait de relever des défis.
Ca queutait parfois lorsqu’on voulait lui envoyer un futur élève, alors il improvisait, s’imaginant une vie itinérante, un travail dans différentes écoles l’appelant à de fréquents déplacements ou carrément un job avec des ex-taulards en voie de réinsertion. Là, généralement les gens n’insistaient pas.

Vous n’avez pas la chance d’avoir comme lui une casquette de secours. Ni son imagination, ni son sens de la répartie. Vous n’êtes rien d’autre qu’infirmière et vous n’avez que très rarement trouvé la parade, sauf lorsque, fatiguée d’avance, vous annonciez la couleur si l’on vous entreprenait sur ce thème : vous faisiez de suite comprendre à vos interlocuteurs que vous ne désiriez pas parler de votre métier vos jours de repos.

Mais il advient, comme je le décrivais tantôt que l’on se trouve piégé par un personnage envahissant, du genre opiniâtre qui ne veut plus nous lâcher. Vous essayez bien de dévier la conversation mais pas moyen.
Alors vous vous mettez sur pilotage automatique : vous entendez mais n’écoutez plus. Reste une sorte de ronron sur lequel vous opinez pour faire semblant mais le cœur n’y est plus, ni la pensée, vous êtes ailleurs, dans une autre dimension, vous rêvassez en mangeant le plat principal, vous buvez, bientôt vous planez, vous vous sentez zen...

Et c’est à ce moment que votre chère voisine, histoire de capter à nouveau votre attention qu’elle l'a senti s’évaporer vous appuie sur le bras et vous susurre:
« Et ça puait, ma chère, ça puait ! Tellement que j’ai eu peur de dégoûter mon mari ! »

Vous poussez un soupir résigné : finie l’évasion : il faudra subir cette emmerdeuse jusqu’à la fin.

Avec un peu de chance, du bout de la table, on vous interpelle :
« Dis bien donc, Nicole, je t’ai connue plus bavarde, on ne t’entend pas ce soir, ça va ? Pas malade au moins ? »
Vite, reconnaissante envers cet intervenant salvateur, vous cherchez une réponse mais aussitôt il enchaîne en prenant les autres à témoin :
« Vous savez qu’il n’y a pas plus douillet que « la faculté » ? J’ai un copain qui fait ses études, il tourne de l’œil dès qu’on lui parle de piqûres mais il ne se gêne pas pour en faire aux autres ! A ça c’est sûr, il faut être un brin sadique pour faire ce genre de métier, hein, Nicole ? »

Et ploc ! vous tombez de Charybde en Scylla, « Décidément c’est ma soirée » pensez-vous in petto.

Et tout d’un coup c’est trop, vous vous révoltez :
« Y’en a marre de ces clichés à la con, entre l’infirmière toute nue sous sa blouse et la sadique il n’y a donc aucune place, autrement que pour ces lieux communs ?
- Mais te fâche pas, je blaguais, t’as plus d’humour ou quoi ? »
Et tout d’un coup, quelques mâles font chorus :
« Moi j’aimerais ça !
- Quoi donc?
- La place entre l’infirmière toute nue sous sa blouse et la sadique ! ( liesse)
- Même dans un lieu commun ! ( suffocation )
- Déconnez pas les gars! Elle est pas d’humeur !»


« On arrête les bêtises, j’amène le dessert ! »
C’est la maîtresse de maison qui arrive avec une somptueuse forêt noire.
Après le partage, des « Oh ! » et des « Ah ! » de ravissement, un silence respectueux s’instaure car votre hôtesse, déjà fine cuisinière est une pâtissière incomparable.
Enfin un peu de calme, vous profitez de cette embellie, chipotez un peu sur le gâteau ( c'est curieux mais vous êtes légèrement barbouillée ) et avant que le champagne ne se mette à couler ( vous redoutez que le pire ne soit à venir! ) vous prétextez un programme chargé le lendemain avec réveil aux aurores pour vous esquiver le plus rapidement possible.
Tout le monde est navré pour vous et puis : « On passait un si bon moment... » soupire votre fâcheuse bavarde encore plus frustrée que les autres de vous voir partir.

Ouf ! Vous êtes dans l’ascenseur ! Vous avez bien mangé et pas mal bu, la tête vous tourne un chouïa.
Pour un peu vous vous sentiriez nauséeuse. Surtout ne pas repenser aux descriptions assez peu ragoûtantes de cette raseuse, ce n’est pas le moment!

Enfin dehors, un peu d’air ! Vous respirez à grandes goulées en vous dirigeant vers votre voiture.
Vous ne pouvez empêcher votre esprit de ressasser...
C’était pourtant intéressant ce que vous racontait votre voisine : « Jaunes elles étaient mes pertes ! Oui, jaunes je vous dis ! Un jaune, comment dire ?... »
Elle vous regardait l’air quasi émerveillé comme si elle contemplait « les tournesols » de Van Gogh.
«...Citron mais un peu vert tout de même! »


Et vous dégobillez dans le caniveau !

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Nic 34
Nic 34 · il y a
Merci d'avoir jeté un oeil sur ma modeste production. Je vous découvrirai avec plaisir à mon retour : je pars ce matin même pour quelques jours. A bientôt, donc, et merci pour vos appréciations! Nicole.
·
Image de Emma
Emma · il y a
J'ai beaucoup ri. Avec parfois un pincement de culpabilité... parce que vous savez tout, non, les infirmières ? Et vous savez expliquer ce qu'on n'a pas compris chez le toubib... je suis absolument certaine que j'ai pu parfois emmerder une infirmière dans une soirée. Zut.

Cela dit, moi j'hésitais aussi à dire quel métier je faisais... instit.. entre les clichés, les réformes perpétuelles et les demandes de conseil, cela remplit bcp d'espace aussi !

·