Dans la tête du Prince de sang-mêlé

il y a
1 min
196
lectures
171
Finaliste
Jury

Bonjour! Je me suis dit que Short Édition serait une belle plateforme pour m’améliorer. Donc, si vous avez des commentaires constructifs à me faire, n’hésitez pas.  [+]

«-P...P...Pensez-vous q...que.
-Non, je ne pense pas que vous feriez un bon professeur de défense contre les forces du mal, si tel était votre question.
-Quirrell eut un rire nerveux. P...P...Pensez-vous q...que le meurtre de...de ses p...p...parents a laissé des séqu..quelles sur le p...p...pauvre Harry P...P...Potter? »

Potter. Un tout nouveau Gryffondor, ses parents en seraient fiers. Mes yeux se posent sur Potter qui arbore des cheveux noirs et des lunettes rondes. Mes yeux ne voient pas Harry. Ils voient James. James l’arrogant. James qui a tout eu: la gloire et surtout Lily. Je le foudroie du regard. Je ne me laisserai plus faire. Je suis rendu un grand sorcier et toi tu t’es réincarné en un minable garnement.

Potter a le physique de James à une seule exception près: sa cicatrice en forme d’éclair sur le front. Vestige de la nuit où il a survécu à vous savez qui. Ce qui le rend à mon avis plus détestable. Je le vois déjà s’enfler la tête devant les regards admiratifs de ses comparses.

À ce que je vois, Potter n’a pas tardé à se trouver des acolytes. Pour moi Weasley devient Black. Certes, moins beau et plus roux, mais aussi complice avec Harry que l’était Sirius avec James. Londubat, ce petit rondouillard à l’air niais, devient Pettigrew. Finalement, cette fille brune qui a l’air d’une miss je-sais-tout ne peut être que Lupin. Et voilà, les Maraudeurs sont reconstitués! Potter ne va sûrement pas tarder à trouver sa Lily. Pourquoi pas la petite soeur de Ron, Giny Weasley ? Avec sa chevelure rousse et ses grands yeux verts elle lui ressemble. L’histoire se répète, mais je ne serai plus une victime cette fois-ci.

Je hais ce Potter de ton mon coeur, de tout mon être. Je voudrais le tuer, mais j’ai promis à Dumbledore que je le protégerais. Il était supposé mourir il y a déjà belle lurette, mais non, il a fallu que Lily se sacrifie. Qu’elle agisse avec bravoure et bonté jusqu’à la toute fin. J’aurais pu mener une vie heureuse avec elle. À présent, il est certain que je mourrai amer.

Quoi qu’il en soit, je serais incapable de le tuer après avoir vu ses yeux d’émeraude, ses yeux à elle. La seule parcelle de son être qui lui ressemble. On m’avait prévenu : «Il a les yeux de Lily.»

À la seule pensée de Lily, l’envie de pleurer me vint, mais je ne pleure pas. Seuls les faibles pleurent. Mon visage se crispe sous l’émotion retenue.
171

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,