12
min

Crépuscule

Image de Bonhommus

Bonhommus

7 lectures

0

Crépuscule...



Pack de bières acheter, les deux frères roulaient à fond sur le periphérique de la ville qui s endormait doucement aux doux chants des hirondelles et des grillons. L'un portait le fameux brevage dans un sac à dos et l'autre avait ce qu il fallait pour s'envoyer sur Mars en marijana. Mais cette drogue ne leur etait pas destiner, la situation financiere des deux frangins n'étant pas au beau fixe, ils avaient trouver un petit trafic de revente d'herbe bien lucratif et sans danger à la peripherie de la ville. Les deux bolides fillaient dans le jour qui disparaissait laissant la place belle à la lune qui avait mit sa robe pourpre se soir la, inutile de dire que la moto de Stephane etait bien plus puissante que celle d'Aurelien mais ce dernier redoublait d'efforts pour rattraper son ainé qui n'était pas des plus courageux dès que le bitume commencait à se tranformer en un serpent huileux et brillant. Passage en force, Orel (il détèstait ce surnom qui lui venait de l'ecole primaire comme tout les Aurélien de la terre à vrai dire) avait trouvé le trou de souris pour doubler son frangin; prise de courage rétrogradage éssorage de la poignée droite et le voila passé, son frère dans le rétroviseur, il jubillait dans son casque tandis que stephane "sortait le couteau, le mettait entre ses dents" et redoublait de hargne pour ne pas se faire mettre miserable par son frère. Le quatre cylindre au bord de l'agonie crachait ses dernières cartouches pour essayer de rattraper le twin du petit frere, mais trop tard. La gerbe d'étincelle sonna le glas de la "course" entre les deux jeunes fou, la moto perdit legerement l'adhérance au niveau du pneu arriere, tandis que Stephane debout sur les freins essayait d'éviter le carambolage qui se dessinait sous ses yeux. Orel fit un hight side et la moto se mit à tournoyer sur elle meme emportant au passage un panneau de signalisation, Steph quand à lui partagé entre la peur la terreur et l'incomprehension ne pus trouver mieux que de coucher la moto pour éviter de s'envoler dans le terre plein; Tout motard qui se respecte sait qu'il vaut mieux une bonne glissade qu'un vol plané de plusieurs dizaines de mètre sans cartons ou coussins pour amortir sa chute.
Après un vacarne infernal de ferraille, de moteurs criards à bout de souffle et de grognements qui provenaient de sous les casques des deux pilotes, le calme apparus comme par echantement... par magie. Stephane apres avoir prit un choc sur la tete et l'épaule gauche, sans doute sa moto, fit un rapide chek'up de son etat physique, se tatonnant les jambes faisant bouger ses orteils, ses mains et tout se qui pouvaient avoir de l importance, apres c'etre taté l'entre jambe, il se releva peniblement . On ne peux pas dire qu'il etait dans la forme d'un dimanche matin mais il y avait pire apres une telle chute à cette vitesse.
Le sifflement dans ses oreilles commencait a s'estomper, dans le vague, les yeux grands ouverts observant les etoiles qui pointaient leurs premiers sintillements, Orel pensait a se qui venait de lui arriver, la glissade, la course... son frère. Son frère, la derniere image de lui remonter a il n'y as que quelques secondes et pourtant il croyait l avoir perdu depuis une eternité, il se releva peniblement et se mit à l'appeler :
- "Steph!!!!"
- "Steph tu m'entends, bordel répond moi!!!" dit orel les larmes aux yeux.
- "Suis là man t'inquietes pas. Ca vas toi? "
Steph se sortait du fossé lorsqu'un camion se mit à claxonner et à freiner pour venir en aide au deux "p'tit con d'jeune 'vec leurs m'to"
- "putain t'as rien fréro?" dit l ainé.
- "non plus de peur que de mal, et toi?" dit il en tremblottant.
- "Ca vas, mais merde t'es completement cinglé on aurait pu se tuer tout les deux avec tes conneries!!!... bordel!!!" dit Steph en avancant vers le camion qui venait de s'arréter près d'eux.
La lumiere des phares du trente huit tonnes aveuglaient Orel qui ne pus s'empécher de faire un signe de la main au conducteur pour qu'il les éteigne, la lumière vive lassa place au clignotement orangé des feux de detresse. Là orel s'assit sur le bitume encore chaud de la journée tandis que son frere expliquait la triste histoire qui venait de leur arriver. Le cadet malgrés son mètre quatre vingt et ses quatre vingt cinq kilos n'en menait pas large, il savait qu'il pouvait se reposer sur son "grand frere", il sortit une cigarette de son paquet, enfin du moins se qu'il en restait, et s'alluma un peu de poison.
Ce n'est qu'a la fin de son petit plaisir malsain qu'il vit son frere marcher vers lui sourire aux levres
-" Merde on a failli se tuer, nos becanes sont bonnes pour la casse, et lui il se fend la gueule bordel c'est pas possible" grommella Orel.
Steph était tout le contraire de son frere, petit, un metre soixante dix, et fin soixante neuf kilos tout mouillé, mais ce n'etait pas un mancho on le connaissait bien et quand Orel avait un problème Steph était toujours le premier dans les "moments chauds".
-"lèves toi frangin" dit steph d'une voix autoritaire.
-"on fait quoi?"
-"Le gars du camion veux bien nous deposer, dit le petit au grand en l'aidant à se relevé.
-"Et les motos? on les laisse là ?" dit Orel d'un ton monocorde encore sous le choc de l'accident.
-" Tu crois que quelqu'un vas nous les volées??" dit l'ainé en riant jaune
-"Aller bouges ton cul il va pas nous attendre cent sept ans le mec!"
Steph avais le don de se foutre de tout mais il ne laisserait jamais son frère dans le petrin, il le souleva le mit sur son épaule se qui pouvait parraitre risible au vu de la scène, le grand gaillard soutenu par la petite crevette qui l'engouffra dans la cabine du tracteur. Dans un vrombissement le camion s'ébrouha et partit laissant derriere lui les cadavres d'acier que les deux frères aimaient tant.
-"j'vous emmène où les p'tit gars? ça vas mon p'tit t'es bien pâle" dit le camionneur au T shirt estampillé d'un aigle américan (bien miteux il faut se l'avoué).
-"Vous inquiétez pas m'sieur il vas s'en sortir "dit rapidement Steph " deposez nous à coté de l'entrée de l'autoroute si ca dérange pas"
-"ok les gars pas de prob' "
La nuit était bien installée quand le camion les laissa sous les halos de lumiere qui eclairaient l'entré de l'autoroute, Orel et son frere se dirigerent vers le carré de pelouse de l'air de repos quand Steph s exclama:
-"bordel Orel ton sac! il est ou?"
-" Merde je l' ai laisser la bas .Excuse moi Steph mais avec l'accident je suis un peu débousoller."
Orel reflechis un instant ;
-" Mes papiers son dans la poche avant du sac !!"
Là les ennuis commencairent vraiment...

*******************************


Marcher avec des bottes de moto n'est pas des plus rejouissant et Orel savait à quoi s'en tenir, ses pieds lui faisaient un mal de chien et les metres lui parraisaient etre des kilometres, son frere lui sans probleme marchait tranquillement sur le bord de la route se permettant meme quelques frappes a la facon "Zidane" dans les cailloux qui etaient ici ou la, la securité et lui faisait deux et il faisait de la moto en basket, en fait Orel c'etait toujours demander si il ne dormait pas avec.
-"On vas passer par chez ninou" avait dit Steph "ce sera plus rapide" avait il assurer.
Orel toujours un peu choquer suivit comme d'habitude. Le silence etait pesant.
La distance depuis l'air d'autoroute et les lieux de l'accident n'etait pas si grande, quelques kilometres tout au plus, mais cela semblait interminable au pauvre Orel qui souffrait le martyre au niveau du genoux et maintenant des pieds. Dans l'accident sa jambe avait ete toucher legerement mais il n'en avait pas fait acte à son frere de peur que se dernier se preocupe plus de sa blessure que de la situation critique ou ils etaient. Apres quelques dizaines de minutes voir presque une heure de marche sur les routes adjacentes au peripherique, ils apercevaient bientot la maison de ninou.
La maison etait somme toute très petite mais les fetes et les aperos sans fin si passaient souvent chez elle, à vrai dire neuf fois sur dix. Il faut dire que perdue dans les champs entre le peripherique et la voie férré a grande vitesse, les voisins de la petite maison de campagne n'étaient pas trop derangeants. Ninou, diminutif de Nathalie, était assez forte, grande et n'avait pas la langue dans sa poche. C'etait un peu le treizieme pote de la bande, elle devenait quelques fois aussi la maitresse de certains la nuit tomber et quelques bouteilles d'alcool avalées. Elle s'en fichait Ninou c'etait une fetarde, une vrai, et une amie sur qui l'on pouvait compter et steph y avait penser.
-"Autant faire un crochet et prendre une bagnolle."
La lumiere du peron etait allumée les deux freres marchaient dans le chemin qui menait a la porte d'entrer. De part et d'autre du petit sentier quelques hautes herbes folles s'elevaient vers la lune qui les eclairait d'une lueur orangée. De temps en temps on apercevait quelques cadavres de bouteille des javas precedantes, Ninou essayait de rammasser le tout une fois la fete fini mais elle en oublier parfois quelques unes, un sourire au levre steph s'empressa :
-"Quitte à y aller en voiture autant se désaltherer un peu avant de partir!" Dit il le doigt deja appuyé depuis quelques secondes sur le bouton de la sonnette.
Apres trois tentatives Orel s'etonna:
-"Bizarre la fenetre est ouverte à l'etage et la lumiere est allumée. "
-"Ouai bizare p'tit frere, j'espere juste qu'elle n est pas ivre morte vu l'heure rien ne m'étonnerais plus!!"
La main sûre de steph fit tourné la poigné de la porte d'entré et cette derniere s'ouvrit avec un petit grincement bien connu de tous les gens habitant de vielles batisse. Rapide coup d'oeil à gauche la salle a manger etait éclairée par un hallogene et la fumé ambiante trahissait qu'une cigarette avait été fumer il y as peu. A droite la cuisine etait deserte et la vaisselle s'ammonsellait comme d'habitude à une hauteur impressionnante sur l'évier crasseux. Ninou etait la reine des fétarde mais pour le menage...
En face se dessinait l'escalier petit et moche, oui c est le mot. L'artisant qui l'avait fait avait du abuser de l'apero avant de se mettre au travail se disait orel à chaque fois qu'il montait pisser et qu'il empruntait se fichu escalier au marches innegales. Steph était deja dans le salon et cherhcer un verre propre pour se servir une lampé de wisky, Orel quand a lui montait les marches, les deux bieres qu'il avait descendue rapidement avant de partir en moto etaient arrivée a sa vessie et le signal etait au rouge.
-"Profites en pour voir si Ninou est la haut" dit steph d un ton détaché.
Arriver à l etage pas âme qui vive Orel se demandait pourquoi la lumiere etait allumer et que Ninou etait partie, meme si elle habitait à la campagne elle savait que les cambrioleurs n'etaient pas tres sympathiques. Le bruit de la chasse d'eau se fit entendre et au rez de chaussé Steph suivit le bruit du cour de l eau dans les tuyaux mal isolés.
-"Alors elle est là frero?" cria steph.
-"Personne, c'est bizarre quand meme, elle s'est barrée en laissant tout allumé et ouvert !!"
-"Descent donc, viens boire un coup elle doit pas etre loin sa caisse est dehors."
Au moment ou Orel comencait la descente de se fichu éscalier il entendit un grognement venant de la chambre d'amis, cette piece reservée aux personnes fortement alcoolisées les soir de beuvris.D'un pas rassuré il si diriga pensant trouvé son amie en train de dormir completement défoncée à je ne sais quoi. Ce qu il trouva...
-"Ninou putain tu me fait flipper à grogner comme ca." dit Orel en souriant.
-"Qu'est tu fous frangin? Y'as plus de coca tu prends de l'orange?"criait il la tete enfournée dans le frigo.
Ninou etait allongée à moitié nue sur un lit ou plutot un ammoncelement de coussins les jambes écartées, à vrai dire cette position peu commune intriguait Orel.
-"Ninou ca vas tu m'as pas l air en forme, j suis avec steph on as eu un accident de moto et on voulait savoir si tu pouvais nous conduire avec ta voitu... Ninou! merde! Ca vas !!!"
Ce qu'Orel voyait ressembler à son amie avec une légère difference, la partie droite de sa machoire inferieure etait absente sa langue pendait et du sang coulait abondement innondant son chemisier lui donnant une couleur pourpre.
-"Merde Steph vient m'aider !!!!"
-"qu'est se qui t'arrives gamin tu t'es foutu le chivre dans la braguette ou quoi?" Retorqua t'il sur un ton moqueur.
-"Montes bordel je deconne pas Ninou a été agresser bordel! Montes m'aider!"
Arriver dans l'embrasure de la porte de la chambre Steph vit l'ampleur du désastre et se precipita auprés du corps de son amie
-"Merde c'est quoi ce mec qui peux bien t'avoir fait ça Ninou?Ttu m'entends?"
Les yeux de Ninou étincelaient dans la lumiere qu'Orel venait d'allumer, d'ailleur au vu du visage de la malheureuse il ne pu s'empecher un haut le coeur.
-"Tti..rrer vous, ils .. vvvont re..v..nir" Chuchota Ninou difficilement au regard de l'etat de son visage.
Steph releva la tete en direction de son frere qui avait l'air completement paniqué.
-"Mais t'attends quoi "Ducon" appelles les pompiers et les flics bordel!!!!!"

***********************

Orel tira le portable de la poche de son blouson en cuir griffé de la derniere chute et composa le dix huit.
-"Putain j'ai pas de reseaux!!"
-"Descent, vas dehors et appelles il y en aura dehors. En remontant prends tout ce que tu peux trouver pour arreter se fichu sang, mais bordel bouges toi le cul, magne!!!!" Cria steph en s'afferant à secourir son amie.
Il descendit les marches du petit escalier quatre a quatre, s'engoufra par la porte d'entré et sortit dehors la main en l'air histoire de faire monter les petites barrettes de son portable signe de reseau. Rien a faire, ça ne fonctonnait pas ou alors son portable avait prit chère lors de sa chute. Demi tour et retour dans la maison à la recherche de serviettes éponges "propres" si possible .
-"Mon portable est mort!!"cria t'il à son ainé.
Dans sa precipitation à chercher les serviettes il n'avait pas vu son frère dans le haut de l'escalier la tête basse.
-"Arrète... c est plus la peine..."
Orel se stoppa net comprenant difficilement la phrase qu'il veanit d'entendre.
-"Quoi... Qu est qu il y as ?" repondit il febrilement comprenant tristement que son amie s'en été aller.
-"Putain elle est morte Orel!!! t'entend MORTE!!!"
Le silence fit place apr7s que Steph ai hurler ses derniers mots.
Orel se mit à pleuer à chaudes larmes, cette femme qu'il aimait comme une amie, parfois comme une maitresse, etait morte dans d'affreuses circonstances qu'il n arrivait toujours pas à comprendre. Quel homme pouvait arracher la moitie du visage d'une femme sans raison, Ninou etait la gentillesse par excellence toujours prete à tendre la main et a aider en toutes circonstances !!
Steph descendit les escaliers doucement, comme sonner apres un match de boxe. Arriver en bas il prit le plaide sur le canapé et proposa a son frere d'aller recouvrir le corps avant qu'ils ne partent au poste de police le plus proche relater se qu'ils venaient de vivre.
-" Je peux pas steph..." repondit il "je peux pas la voir dans cet état, non mais tu te rends compte!!"
-"OUAI J'ME REND COMPTE" hurla stephane les yeux remplient de larmes " je me rend compte qu'un fils de pute de cinglé est venu assasiné notre ami, et que je vois pas pourqu..."
Il n'avait pas fini sa phrase que du bruit se faisait entendre dans le cellier du rez de chaussé. Orel regardait son frere avec frayeur mais celui ci n etait pas dans cette optique la. Avec quelques gestes simples il fit signe à son frere de se taire et de lui amener le couteau de cuisine poser sur le plan de travail qui etait a coté de lui. Orel s'ordonna et lui passa l'arme .
Les bruits etaient discrets mais bien audibles, une sorte de frotement et de gratement émannant de derriere cette porte qui cachait la reserve de produit alimentaire.
Les deux freres étaient maintenant à quelques pas de la porte en bois qui avait été blanche à l'epoque mais que le temps et la nicototine avaient bien jaunis . Steph tendit la main pour attendre la poigné, la lame bien serrée dans son autre main prêt à son servir sur la personne qui sortirait de ce fichu cellier. Orel était là en deuxieme couteau, armé seulement d'une chaise qu'il brandissait au dessus de son epaule droite "au cas ou" pensait il .
Au moment ou Steph va appuyer sur la poigné de porte pour en debusquer l'auteur des sons, un bruit sourd parvient de l'étage, comme quelqu un qui serait tomber du lit. Les deux freres se regardent interogatifs. Mais Orel et sa chaise sont fin pret a en decoudre et Steph ouvre la porte d un coup sec.
Le chat lui saute au visage dans un miaulement qui fait reculé Orel de deux pas.
-"Putain de merde" s'exclaffe Steph.
-"pfff, j' ai failli me faire dessus " precise Orel dans un souffle.
Les bruits provenant de l'etage continus, des bruits de pas sourds et trainants. Les deux compaires se retourne alors et se dirige vers l'escalier tout proche. Les sons se sont tus, Steph avance prudement le couteau toujours pret a faire le plus de degats possible, quand a Orel il a lacher sa chaise et c'est armé d une grande paires de ciseaux à volaille. Arriver au bas de l'escalier leur surprise est enorme, Ninou se tient debout tout en haut la tete basse et les bras ballants. Seph monte trois marches et s'arrete net, son amie grogne doucement comme un chien au aguet et il ne comprend pas ce qu il se passe.
-"Ninou? est ce que..."
Pas le temps de finir sa phrase que leur amie s'avance, trebuche et s'ecroule dans l'escalier. Elle commence sa chute dans un craquement d'os incomensurable, la nuque prend le premier choque puis le femur se casse telle un morceau de bois sec et sa jambe s articule maintenant en trois morceaux. Elle fini sa course folle dans un fracas assourdissant sur le parquet du rez de chaussé. Une nappe brunâtre sort de sous son corps allongé sur le ventre.
Les deux hommes se sont ecarter, Orel est tomber sur l'arriere train et regarde son amie avec peur et degout, quand à Steph il s'est jeter au sol pour ne pas prendre le corps tournoyant qui lui arrivait dessus, lui aussi à l'air abasourdit par ce qu il vient de voir. Orel se releve difficilement ,ça jambe lui fait toujours un mal de chien et s'approche prudement du corps inerte.
-"je comprend pas, tu m'as dit quel était deceder!"
-"je..je.. comprend pas non plus..." repondit Steph qui pour la premiere fois commencait à perdre son assurance.
A pas hesitant Orel s'approche du reste de son amie, au moment ou il se pencher sur elle, la main de cette derniere l'aggripe à la cheville et la tire vers sa tete , "Ninou" commence à l'attaquer avec une violence inouï !
Impossible de se dégager pour le pauvre Orel qui se debat comme il peut, les machoires de la malheureuse claquent dans le vide puis attrape la cheville du cadet, par chance les bottes de moto qu'il maudissait il y a peu lui sauve le mollet mais la femme continue dans un grognement indescriptible et mord sans relache. Steph qui met quelques secondes à comprendre la situation agrippe les jambes de l'assaillante toujours allonger sur le ventre et les tire de toutes ses forces mais cette derniere lui envoit un coup de talon bien placer dans les testicules. Steph recule de cinq pas et tombe à la renverse dans un cri de douleur, manquant presque au passage de se briser le crane sur la premiere marche de l escalier. Orel quand a lui est toujours harceler et son amie l'agrippe avec une force prodigieuse tandit que sa botte commence à rendre l'ame. Lui aussi use de son seul talon libre de tout emprise pour assener des coups dans le visage de ninou, le premier lui a completement broyer le nez mais rien ni fait elle continu a mordre allegrement dans sa botte.
-"Steph!!!! aide moi !!!! putain je peux rien faire!!!"
Dans le vague son frere refait surface dans une grimace qui en dit long sur la douleur enduré. Dans l'action il a perdu son couteau et il fait un rapide tour d'horizon de la cuisine pour trouver une autre arme. Il prend la chaise que son frere tenait l'instant d'avant la leve et l abat sur la carcasse de son amie. Elle se brise dans un éclat mais n'arrete pas la férocité de la bete allongé, volte face il cherche et voit le micro onde chromé , il court pour le prendre, l'attrape, le tire en arrachant du meme coup le fils electrique, il est lourd mais Steph n'as aucun mal à le brandir au dessus de sa tete. Il s'approche et regarde la scene completement ireelle. Son frere criant comme une fillette qui assene des coups au visage de ce qui etait son amie encore hier mais cette derniere n'arrete pas de mordre à pleines dents, la langue pendante par le trou beant du morceau de machoire arrachée. Plus le choix il laisse tomber le four sur la tete de son amie qui s'écrase dans un jet de sang et de cervelle telle une pasteque a qui l'on aurait mit un coup de masse, dans un bruit d'éponge gorgéé d'eau qui tombe sur du carrelage. Ce coup arrete net l attaque.
- "viens, on prend la voiture"...

Thèmes

Image de Nouvelles
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,