7
min

Covid-19 - Un récit - Chapitre 9

4 lectures

1

Plus on avançait dans la soirée, plus, sans qu’il se l’expliquât, Josh se sentait en paix par rapport à sa vie. Le témoignage de Maria, qui était passé par des épisodes très douloureux, l’avait vraiment remis à sa place, lui disant que c’était toujours possible de se relever de ses difficultés. Si Maria était sortie de la prostitution et avait pu devenir infirmière, Josh pouvait éviter que son mariage tombe à l’eau. En tout cas, il avait le droit de demander à Jésus cela. Il n’était pas indigne de vivre, d’aimer.
Il sentait bien que quelque chose changeait depuis qu’il avait choisi de parler à Dieu directement. Peut-être que son père avait raison, au fond. Que l’éducation qu’il lui avait donnée n’était pas vaine. Il avait choisi de faire confiance, pour la première fois depuis bien longtemps. La dernière, c’était sur les bancs du lycée, avec Shannon dont il était tombé sincèrement amoureux. Quand il avait compris qu’elle n’était d’accord que pour une aventure d’un soir, il s’était senti profondément trahi. Il prenait conscience qu’il avait couché à droite à gauche pour se venger d’une déception.
Il avait entendu les démarches proposées après le témoignage de Maria. Josh se souvenait que ses parents l’avaient baptisé. Il possédait un certificat de baptême à son nom quelque part dans ses cartons. Il décida d’aller voir un prêtre.
Tandis que le Saint-Sacrement restait exposé – il l’avait été juste après le témoignage de la Mexicaine –, Josh se dirigea donc, le cœur lourd de toute sa misère, vers un des emplacements où il se trouvait un prêtre.
Il n’avait pas envie de pleurer, simplement de tout déballer. Il avait peur qu’on le juge. C’est alors qu’un homme qui attendait à l’emplacement que Josh avait choisi lui dit :
— Prenez ma place. Je me suis déjà confessé il y a cinq jours.
— Vous êtes sûr ?
— Oui, passez devant moi.
— OK... Merci...
Après quelques secondes de silence :
— Ça se passe comment ? Je veux dire, la confession et tout.
— C’est la première fois que vous le faites ? C’est trop beau ! Laissez-vous guider par le prêtre. Il vous jugera pas.
— Merci... Il répétera rien.
— Il est tenu au secret le plus strict. Il y en a qui sont morts pour ne pas avoir dévoilé le secret de la confession.
— OK. Merci de me le dire. C’est sympa.
— Andrew.
— Moi, c’est Josh. Enchanté.
— De même.
C’est alors que Josh que la place était libre.


Une demi-heure plus tard, Josh entendit :
— Et moi, au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, je te pardonne tous tes péchés. Que par l’intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, des anges et de tous les saints, tout ce que tu vivras de bon et endureras de mal soit pour ton édification et celle du corps du Christ. Va en paix. Comme pénitence, je te propose de dire une dizaine de chapelet.
Une dizaine de chapelets ? Josh ne savait plus ce que c’était qu’un chapelet, mais il se promis de s’y tenir coûte que coûte.
La soirée venait de s’achever. Josh alla saluer Maria et Jimmy :
— Merci beaucoup, Maria. Merci de m’avoir invité...
— Je t’en prie, Josh. Ça t’a plu à ce point ?
Comme elle le tutoyait, il répondit en tutoyant :
— Trop long à te raconter. Faut que je rentre. Je travaille demain.
— Tu peux pas rester partager un petit cinquième avec nous ? Ça serait sympa que tu fasses connaissance avec tout le monde !
— Merci... Bon, OK, je viens.
Tout en battant des mains et en chantant, un peu illuminés, ou tout en discutant bruyamment des « grâces reçues », les membres du groupe de prière se déplacèrent vers le presbytère où les attendaient des gâteaux apéros, des boissons et des pizzas. Josh avait un peu faim à cause de la fatigue, il prit donc une part de pizza.
C’est alors que Ben vint vers lui.
— Alors, Josh, ça t’a plu cette soirée ?
— Ouais... Merci, Ben... C’est très sympa de m’y avoir invité ! Je me sens trop bien ! J’espère juste que je vais me sortir de cette m... avec Camilla...
— T’inquiète pas. T’inquiète pas...
— Au fait, c’est quoi, un chapelet ?
— Un chapelet ? C’est une prière qu’on fait à la Vierge Marie. Je peux demander au père de te passer une image qui explique tout, si tu veux.
— OK, merci !
Josh était métamorphosé, songea Ben. Le bourrin sans cervelle laissait place à une madeleine sensible. Merci Seigneur ! dit-il intérieurement.
Andrew venait d’entrer également dans la pièce pour partager la collation. Il vint voir Josh et lui dit :
— Le Seigneur m’a bien inspiré de vous laisser la place. Vous en aviez plus besoin que moi.
Josh répliqua :
— Ouais, merci Andrew. Merci. Je m’étais pas confessé depuis l’âge de neuf ans, et encore c’était mon père qui m’avait emmené.
— Wouah ! Et beh !
— C’est si dingue que ça ?
— C’est surtout très beau que tu sois revenu comme ça – tu permets qu’on se tutoie ?
— Aucun problème. D’ailleurs, Andrew, tu fais quoi dans la vie ?
— Moi ? Je suis étudiant en ingénierie spéciale. Je fais un stage à la NASA.
— Ah ouais ! Moi, je travaille pour une compagnie pétrolière. Ben et moi, on est collègues.
— C’est pas mal aussi. Le monde a besoin de vous, sinon il ne tournerait pas !
— C’est sûr, dit Ben en souriant.
— En attendant, Josh, repris Andrew, tu as là un chouette collègue. Hein, Ben ?
— Oh, je sais pas...
— Sois pas timide, Ben ! Dis-lui ce que tu vas faire à la Pentecôte !
— Ah, ça ? Écoute, Josh, je reçois la confirmation des mains de notre évêque. Je sais pas si tu as reçu ce sacrement, mais tu devrais faire de même. Surtout que t’es baptisé, si j’ai bien compris.
— Ouais. Juste, comme j’y pense : je voulais te remercier, Ben, de m’avoir emmené ici, encore une fois.
— C’est moi qui te remercie. Tu m’as appelé alors que tu en avais besoin. T’as osé lâcher prise sur ta vie. Je te remercie parce que tu m’as fait changer de regard sur toi. J’ai compris que t’avais vraiment un trésor au fond du cœur. T’es vraiment devenu un ami !
— Merci... Merci...
Josh, Ben et Andrew étaient profondément émus par la simplicité de ce moment. Maria et Jimmy vinrent se rajouter au petit groupe.
— Coucou Ben et Andrew ! Bonjour, Josh ! dit Maria. C’est super chouette que tu sois venu.
— C’est chouette que tu m’aies invité, Maria. Merci pour ton truc... enfin, ton témoignage... Ça m’a beaucoup... Enfin, beaucoup parlé.
Ils n’évoquèrent pas la situation familiale de Josh, mais Maria ajouta :
— Je prie pour toi depuis notre rencontre. Enfin, on prie pour toi.
— Merci, c’est très gentil.


Après être rentré de la veillée – il était près de minuit –, Josh envoya un texto à Camilla.
« Bonsoir Camilla J’espère que tu vas mieux et que la petite va bien Je voulais te parler de ce que je fais en ce moment avec Jésus J’en profite pour te dire qu’il faut qu’on se voie demain On pourra en reparler ainsi que du divorce Je te demande pardon Josh »
Puis il s’empara du petit papier qui expliquait comment faire un chapelet. Il fallait en faire une dizaine. C’était un peu beaucoup, mais il devait bien ça au bon Dieu. Josh commença donc à prier. Il fit un signe de croix, au moins autant qu’il se souvenait de ce geste qu’il avait vu faire à la veillée, s’assit sur son matelas gonflable (il faudrait qu’il pense à s’acheter un lit), et dit un chapelet.
Quand il conclut par un nouveau signe de croix, il vit marqué le mot « dizaine » sur le papier.
— Pfff ! Josh... Ce que t’es c... C’est juste un « Notre Père » et dix « Je vous salue Marie »... T’es bien bête. Bon, au moins, Jésus, tu sais ce que tu fais.
Son téléphone vibra. Camilla.
« Salut Josh Je sais pas de qui tu me parles. Enfin, ce Jésus.. J’ai du mal à te demander pardon aussi.. À demain, vingt heures, dans la maison Daniela va bien et moi je tiens le coup On me donne des antidépresseurs Salut Camilla »
Josh se sentit en paix. Au moins, elle était bien suivie suite à ce choc.
Avant de s’endormir, il pria de nouveau :
— Jésus, je sais que t’es Dieu, tu me l’as dit. Tu sais aussi que je suis qu’un imbécile, même si tu m’as pardonné. Merci Jésus. Je te demande rien, juste de pas m’engueuler avec Camilla. Je te demande même pas de réparer mon couple. Mais je veux que Daniela puisse être fière de m’avoir comme papa. Merci Jésus.
Puis il s’endormit paisiblement, épuisé par cette longue journée.


Au travail, ce matin-là, Josh était métamorphosé. Clark vint le voir pour le lui dire :
— Bah je sais pas ce que t’as mangé ce matin, Josh ! Mais ça avait l’air que mardi dernier !
— C’était pas différent. Mais je me sais vachement bien, avec Jésus.
Clark éclata de rire :
— Ha ! ha ! ha ! Tu m’avais dit que tu croyais à ces bondieuseries ! Ha ! ha ! ha ! Trop drôle !
— Moi je vois pas, patron, ce qu’il y a de drôle...
— Bah ! je sais pas, Josh ! Ça te va tellement pas, quand on te connaît, d’être chrétien !
Josh ne releva pas. Il comprit simplement que tout le monde n’aimait pas Jésus. Ben, qui avait entendu, vint voir Clark pour défendre son nouvel ami :
— Patron, je sais que j’aurais pas dû, mais c’est moi qui l’ai emmené hier à la veillée.
— Quelle veillée ?
— La louange avec le Renouveau charismatique. Vous devriez venir la semaine prochaine.
— Pfff ! Jamais de la vie ! Plutôt crever que d’avoir une seconde une pensée pour un ami imaginaire.
Josh rétorqua :
— Patron, je vous permets pas.
— Pas quoi, Josh ?
— Hier, j’ai rencontré Jésus. Je vous permets pas d’en parler comme ça.
— Bon allez, si t’as pas d’humour !
Ben prit Josh à part, tandis que le DRH était plié en deux.
— T’inquiète pas Josh, dit son nouvel ami, ça fait depuis que je suis dans la boîte que Clark se moque des chrétiens. J’espère que ça changera, mais je pense pas que ce soit demain la veille. C’est un franc-maçon.
— Un quoi ?
— Il fait partie d’une confrérie qui n’aime pas l’Église. Prie pour sa conversion.
— Ça existe, ça ? demande Josh.
— Oui. Mais Jésus nous encourage, surtout face à l’adversité.
Il lui tendit alors un Nouveau Testament, et ajouta :
— Tiens, c’est la parole de Dieu. Elle te guidera à chaque fois. Ouvre-la chaque jour.
— Merci, Ben.
— Je t’en prie, Josh.
Josh eut un moment d’hésitation, puis il prit le livre, et demanda :
— Dis-moi, Ben. Qu’est-ce qui fait que tu m’aides comme ça ?
— Je sais pas ? C’est mystérieux. L’Esprit Saint, probablement.
— Je sais pas ce que c’est.
— Ce qu’on reçoit pleinement en étant confirmé. Il est d’une grande aide. C’est l’une des trois personnes qui sont l’unique Dieu.
Il y a le Père, le Fils – Jésus –, et le Saint-Esprit, ajouta-t-il en faisant un signe de croix.
— Ah ! OK. Et toi, comment t’a rencontré Jésus ?
— C’est une longue histoire. Je suis né dans une famille méthodiste, mais j’ai tout rejeté quand j’ai découvert mon homosexualité. J’ai fait n’importe quoi de ma vie pendant dix ans. Puis, un jour, alors que mon copain du moment m’avait quitté, je me suis souvenu de tout ça. J’ai crié vers Jésus, et je lui ai dit toute ma vie. Je lui ai parlé et je lui ai dit que soit il se montrait, soit je mettais fin à mes jours. Là, j’ai senti un profond amour, comme j’avais jamais ressenti. De fil en aiguille, j’ai entendu parler de la paroisse Sainte-Thérèse. Il y a un parcours pour des gens comme moi. Pour la première fois depuis longtemps, on me jugeait pas pour mon orientation sexuelle, ni pour qui j’étais. On me regardait pas de haut. On m’accueillait. Comme j’était d’origine protestante, je n’avais reçu tous les sacrements. D’où ma confirmation le 1er juin. Ce qui est beau, c’est que mon anniversaire et que j’aurai trente-trois ans, l’âge de Jésus !


À suivre...
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème

NOUVELLES

Il est parti. Tu te sens morte dedans, morte au-dehors, tu ne sais pas encore que tu es au bord d’une chose nouvelle, on pourrait dire une nouvelle vie, et ce sera une vie sans lui, et il faudra ...