7
min

Covid-19 - Un récit - Chapitre 10

4 lectures

1

Dany attendait son fils et son cousin à la porte. On pouvait lire sur son visage une immense colère. Il dit froidement :
— Jeremiah, Mike, on va se parler dix minutes. Allez dans le salon.
Une fois chacun assis sur un fauteuil, Dany reprit :
— Bon. D’abord, je m’adresse à Jeremiah. Mike, je te demanderai de te taire pour le moment. OK, bon, Jeremiah, écoute-moi bien. Moi aussi, j’ai été comme toi. Le jour où j’ai fait ma communion, j’étais tout beau, tout prêt à recevoir l’hostie. Je croyais sincèrement que c’était le Bon Dieu.
Une demi-heure avant la Messe, l’un des prêtres est venu me voir. Il m’a dit de venir avec lui au presbytère, il voulait me montrer un secret. J’ai pas besoin de te faire un dessin, son « secret », c’était sa b... Il m’a forcé à faire des choses que j’ai pas besoin de détailler. Quand je suis retourné à ma place, dans l’église, j’étais dégoûté, détruit. Je me suis juré que dès que je le pourrai, j’y remettrai plus les pieds. Et que mes enfants n’iraient jamais à des cérémonies chrétiennes.
Et là, tu te sens tenu d’accepter ces deux filles dans la maison, Monique et machin, et ensuite d’aller à leur veillée. Je vais te dire une chose : Je suis d’accord pour que t’y ailles. Mais, à ce moment-là, je laisse Mike s’occuper de toi. Si tu deviens catho, t’es plus mon fils, Jeremiah.
Le jeune homme, marqué, fixait le sol en sanglotant. Dany se tourna vers Mike :
— J’espère que tu m’as pas trahi aussi, parce que c’est pas le moment ! Si demain, vous m’avez pas promis que vous n’iriez plus voir ces cathos, vous dégagez tous les deux de chez moi. C’est pigé ?
Mike émit une réponse :
— Et Kate, qu’est-ce qu’elle en pense ?
— Kate ? Tu mêles plus ma femme à ses c...ries. Ce soir, elle dort dans ta chambre, Mike. Toi, tu dors dans le salon.
Jeremiah, en larmes, dit :
— Papa... Tu sais... Moi, j’ai arrêté les jeux depuis deux jours... Mais toi, tu le vois même pas... T’es aveuglé par ta haine des cathos...
— Après ce qu’ils m’ont fait, tu le comprends même pas ?
— Ils sont différents, ceux-là, Papa...
— Si tu te fais baptiser, ne m’appelle plus par ce nom ? COMPRIS ?
Jeremiah ne put retenir ses larmes. Son père n’avait décidément aucune compassion pour lui. Toutes ces années à le voir se crever à la tâche, notamment ces trois ou quatre dernières années, à l’ONU, comme conseiller juridique. Dany ne s’arrêtait jamais de bosser, et il le fuyait.
Jeremiah reprit, en pleurs :
— Bon ! Papa... Puisque tu le prends... comme ça... Demain, je vais chez... oncle Mike...
Oncle Mike tenta de consoler le jeune homme :
— Écoute, Jeremiah... T’es pas obligé... C’est moi qui dois assumer, après tout...
L’adolescent répondit :
— Oncle Mike... Je te suis... Comme Papa devra me renier de toute façon...
C’est alors que Kate descendit les escaliers, catastrophée :
— Dany ! Dany !
— QUOI ? TU VOIS PAS QUE JE LEUR PARLE ?
— Grande-Ma’... est... en train de... mourir...
Dany accusa le coup. Jean LaChance, la mère de son beau-père, était la seule chrétienne dont il avait supporté la présence depuis l’agression subie dans son enfance. Et là, elle était entre la vie et la mort à cause du virus qu’il combattait avec ses collègues depuis un peu plus d’un mois, depuis que la Chine avait informé le monde de la possibilité de pandémie de pneumonie virale. Il se mit à pleurer, mais se ressaisit assez vite pour dire à Mike et Jeremiah :
— Tant qu’elle est en vie, vous pouvez rester à la maison. Si elle guérit, je vous autorise à aller prier à l’église. Mais si elle meurt, je vous renie. Pigé ?
Kate s’exclama :
— Dany chéri ! Tu peux pas être aussi dur !
Dany ajouta, sans prêter attention aux paroles de sa femme :
— Allez, tout le monde au lit.


Mike n’arrivait pas à trouver le sommeil. Il était désolé que son séjour dût se terminer si vite, et que Dany chassât son fils de chez lui. Il espérait au moins qu’il reviendrait sur sa décision pour Jeremiah.
C’est alors que Jeremiah, discrètement redescendu, vint le voir et dit en chuchotant :
— Si tu veux, oncle Mike, je peux prier avec toi pour Grande-Ma’.
— C’est gentil, je connais pas de prière.
— Bah ! on a qu’à en invitant une.
— Oui, bon, allez ! Vas-y commence !
Jeremiah se mit à genoux, comme il avait vu certains le faire, et parla avec son cœur :
— Dieu, merci parce que je t’ai rencontré. Merci parce qu’oncle Mike t’a rencontré. Je te demande pardon pour la méchanceté de Papa envers toi. Je te demandes de guérir mon arrière-grand-mère, Jean. Je me souviens que quand j’avais trois ans, elle m’avait parlé de toi. Je te remercie, Jésus, de m’avoir libéré des jeux vidéo et je te demande de venir la guérir.
Puis se tournant vers son oncle :
— À toi, oncle Mike !
Mike se mit aussi à prier. Il sortit des mots qu’il n’aurait jamais osé prononcer auparavant. Il sentit une très grande paix l’envahir, alors qu’il priait de tout son cœur et de toute son âme. Ces cinq minutes où il pria lui parurent une éternité de bonheur. Quand il eut fini, il ne put retenir un chant dont il ne comprenait pas les paroles. Jeremiah avait mis sa main sur son épaule et chantait avec lui. Enfin, ce fut fini.
Alors, on entendit des pas sur le palier. Dany. Il était en larmes. Il frappa à la porte de la chambre où dormait Kate. Ensuite, il alla chercher Jeremiah. Voyant qu’il n’était pas dans sa chambre, il descendit.
Il pleurait comme jamais auparavant, son téléphone dans une main, qu’il passa à Mike.
— Allô ?
Il reconnut aussitôt la voix de son aïeule, qui avait l’air en pleine forme :
— J’ai l’impression d’avoir fait un joli rêve, je te raconterai, Mike chéri. J’espère que tu vas bien. Je suis à l’hôpital, mais les médecins n’en reviennent pas. Il y a deux heures, ils pensaient me placer en coma artificiel, et là, je me sens très bien. Quand est-ce que je sors docteur ?... Ah ! Dans quinze jours ? C’est beaucoup, mais si c’est nécessaire. Je pourrai parler à ma famille ? Ah... bon...
Oui, pardon Mike, je voulais te remercier d’avoir prié pour moi. Et je voulais aussi remercier mon neveu. J’ai bien reçu son message hier. Je suis très heureux pour vous deux. J’espère que Dany et Kate feront la même rencontre que vous. Dieu vous garde !
Puis, sans que Mike eût placé un mot, elle raccrocha. Dieu était vraiment puissant ! Kate les avait rejoints. Dany prit la parole :
— Bon, je sais pas comment vous faites ! Mais... Merci les gars... Merci... Kate, tu peux revenir dans ma chambre, et tu peux reprendre ton lit, Mike.


Dany regardait sa femme, dans leur lit, et son regard, pour la première fois depuis bien longtemps, exprimait un profond désir de l’aimer. De s’unir pleinement et entièrement à elle. Kate lui dit :
— Chéri, je t’aime, tu sais.
— Moi aussi... Désolé de pas te l’avoir dit depuis si longtemps...
Il lui caressait la joue et ses yeux étaient embués par l’émotion.
— Faudra qu’on aille dans le Bronx, dimanche prochain, avant que Mike prenne son avion.
— Oui, on ira dans le Bronx, Kate, mon trésor.
Kate était tellement heureuse. Elle n’avait jamais cessé d’aimer son mari malgré la dureté de son cœur. Et là, il redevenait un mari aimant et tendre. Elle-même avait entendu les garçons chanter dans le salon, et avait crié intérieurement vers Dieu pour qu’Il lui rendre le Dany de sa jeunesse.
Kate prit son mari dans ses bras, et se mit à le caresser. Elle lui dit :
— C’est le moment de nous redécouvrir.
Elle l’embrassa sur la bouche tendrement, tandis qu’il la caressait tendrement. Kate ajouta :
— De nous aimer physiquement.
Dany répondit :
— Oui, ma chérie, de nous faire l’amour...
À côté, Mike dormait profondément. Il avait commencé à rêver. En fait d’un rêve, c’était un songe. Il se voyait marcher dans un jardin avec Alicia. Pourquoi elle ? songea-t-il.
C’est alors qu’il vit Dieu le Père, d’une façon inexprimable et indescriptible. Le Père qui lui disait :
« C’est cette femme que je veux choisir avec toi, après ton baptême, dans le mariage. »
Mike s’entendit répondre :
— Qu’il me soit fait selon Ta volonté.
Le Père répondit :
« Laisse-la venir à toi. Surtout laisse-la libre. »
Dans la chambre à côté de Mike, Jeremiah faisait également un songe. Il se voyait prêtre de notre Seigneur, en train de sauver des dizaines d’âmes de défunts par la célébration de la Messe.
Dans la chambre de Dany et Kate, le couple s’ébattait avec une profonde joie, pour la première fois depuis bien longtemps. Que d’amour dans les caresses ! que de douceur dans les regards ! que de joie dans les mots doux ! Dany et Kate se redécouvraient depuis tout ce temps. Il semblait que c’était comme leur nuit de noces ! Qu’ils se donnaient l’un à l’autre pour la toute première fois. Ils prenaient conscience l’un et l’autre de l’immense joie de se donner et de connaître le Christ. Ils pleuraient d’amour.
Quand ils eurent fini, ils rendirent grâce à Dieu, pour la première fois de leur vie de couple.


Le vendredi matin, alors que Dany était parti au travail, Kate, Jeremiah et Mike se servaient un petit déjeuner. Kate devait aller travailler à dix heures. Ils discutaient, plaisantaient, de manière tout à fait détendue, comme jamais ils ne l’avaient fait auparavant.
Puis Mike dit sur un ton plus grave :
— Kate, Jeremiah, faudrait qu’on se fasse baptiser. Dany l’est déjà, mais pas nous.
Jeremiah répondit :
— Ouais, oncle Mike ! Faut qu’on demande le baptême. J’ai regardé sur le site de l’Église catholique des États-Unis, ça va être un peu long.
— Long ? demanda Kate.
— Deux ans. Ils expliquent qu’il faut qu’on connaisse notre foi pour y adhérer librement.
Mike dit :
— Ah oui... C’est même très long ! Mais si Dieu le veut, qu’il en soit ainsi !
Kate répondit :
— Moi, j’ai été baptisée chez les presbytériens. Mais mes parents ne pratiquaient pas. Je sais pas comment ça marchera pour moi.
Jeremiah expliqua ce qu’il avait lu :
— Alors, je crois que pour les protestants, vous êtes considérés comme membres de l’Église. C’est juste qu’ils proposent la communion et la confirmation après deux ans de formation. Donc Papa peut aussi demander quelque chose, en fait, c’est la confirmation.
— Ah ! D’accord... dit Mike.
— D’ailleurs, reprit le jeune homme, j’ai rompu avec ma copine. Elle a pas accepté ma décision de prendre mes distances. Ça tombe bien ! Je crois qu’on n’était pas fait l’un pour l’autre, finalement. Elle m’a promis qu’elle montrerait pas les nudes que je lui ai envoyés. C’est au moins ça.
Jeremiah n’avait pas tout dit. Il se sentait appelé à être comme les hommes en aube qu’il avait vu dans l’église, notamment celui qui portait le Saint-Sacrement. Mais il était un peu jeune et se trompait peut-être. Il avait jusqu’aux études pour réfléchir, songea-t-il.
Kate prit alors la parole :
— Je voulais vous dire un truc. Hier soir, j’ai cru que Dany et moi on allait divorcer. Et ce matin, on était devenus un vrai couple. Je voulais vous remercier d’avoir ouvert la porte, l’autre jour. La prière de Alicia et de Monique nous a sauvés d’une catastrophe.
Jeremiah et Mike étaient éberlués. Il y eut quelques instants de silence, quand l’horloge électronique sonna neuf heures. C’était l’heure pour Kate de partir pour Manhattan. Tous se serrèrent dans les bras avec beaucoup d’émotion au moment de se séparer.
Jeremiah reprenait les cours le lundi suivant. Il alla donc travailler, avec la confiance que sa rencontre avec Jésus allait lui permettre de retrouver un parcours plus studieux.
Quant à Mike, il se dit qu’il pourrait commencer à chercher un nouvel emploi. Il ne savait pas trop vers quoi s’orienter, mais il se dit qu’il valait mieux qu’il cherchât un travail pour rendre service, être une petite main. Il se tourna donc vers des administrations publiques.


À suivre...
1

Vous aimerez aussi !

Du même thème

NOUVELLES

Je n’achète plus de livres en librairie. Maintenant, ce sont eux qui viennent à moi par le truchement de Josiane, une brave âme qui, par égard pour mon petit passé d’auteur, vient me ...

Du même thème