1
min

Contrat

Image de Cyrbor

Cyrbor

8 lectures

1

Il pleut à seaux.
La Main éjecte son mégot.
Sur le sol trempé, la clope fume encore.

En marchant, il accroche des bribes de conversation :

« Ouais, un vrai irlandais, il insulte tout le monde, je te dis pas... »
«...l’autre, c’est pas comme ça qu’y faut faire... »
«...peu importe la couleur, non, non vraiment, je les embarque quand même... ».

Il retrouve le Morceau.
Le Morceau porte toujours la même cravate. Mal nouée.
Le Morceau le reconnaît. Il sourit.
C’est normal : les précédentes fois, il était gentil.
Maintenant, c’est différent.
C’est l’heure du Geste.
Il n’est plus gentil.
Il est lui-même.
Il lui colle une balle dans la tête.
Le Morceau est mort mais sourit encore lorsque son cadavre heurte le sol.
Ca y est, ça repart.
Ca pousse.
Ca enfle.
Ca fuse.
Ca irradie.
C’est ça la Grande Musique.
C’est pour ça qu’il continue.
Satori in Nissa la Bella.

Malgré le silencieux, des gens se sont retournés.
Il fait un grand signe de la main à des petites pouffes en parka col fourrure puis menace de les flinguer.
Elles hurlent en s’enfuyant.
Il hurle plus fort qu’elles.
Il fait de grands gestes, brassant l’air comme un nageur en train de se noyer.
L’entourage s’affole.
Il bouscule un grand type à l’air vaguement british.
Il regarde de travers des gens.
Il insulte des formes.
Il bouge.

Il atteint l’immeuble.
S’engouffre dans l’ascenseur, appuie sur le bouton du dernier étage.
Ecoute en montant l’eau qui ruisselle quelque part.

Réunion sur l’immense terrasse couverte.
Ils ont observé d’ici.
Ils semblent satisfaits.
Lui remettent la récompense.

Il les arrose.
Cartonne une à une toutes ces badernes en costard trois-pièces et mines de craie.
Hommage à Yves Klein.
Anthropométries de l’époque...rouge.

Il dit aux macchabées qu’il les aime et les aimera toujours.
Pique le chronographe de régate au poignet du plus gros.
Il a la larme à l’œil.
Il est content de lui.
C’est toujours cette même connerie de fable de la grenouille et du scorpion.

Il se fourre le canon dans la bouche.
Mord à pleines dents, à s'en faire péter les mâchoires.
Appuie mille fois sur la gâchette en sachant que le chargeur est déjà vide.
Il éclate de rire en continuant d’appuyer.
Fou rire.
Il bave. Badigeonne l’arme.
Vaincre ou mourir.

PUUUUTTAAAAIINNNNN C’EST LA TOTALE EXXXXXXTAAAAAASE !!!!!!!!!!

Il répète en hurlant pour jouir de l’écho.

Juste l’écho.

Juste l'écho.

Juste l'écho.
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,