Conseils d'une aînée

il y a
3 min
49
lectures
8

Lire ou écrire Écrire ou lire Lire & Écrire

J'ai été jolie vous savez, mais je l'ignorais, jusqu'au moment où j'ai feuilleté ce vieil album photo ; c'était la semaine dernière. Je crois ne l'avoir jamais ouvert auparavant, il appartenait à ma mère, Bianca ; où qu'elle aille, elle ne se déplaçait jamais sans son Leica. La photographie était sa deuxième passion, après les caniches : elle en avait quatre ; je les détestais. Sur l'un des clichés, je me suis revue à votre âge, assise sur une digue au bord de l'eau, fraîche et souriante, le regard malicieux et je me suis dit : Quel gâchis Alma, qu'est-ce que tu étais charmante en vérité ! Comment as-tu pu croire le contraire? À présent, mes cheveux grisonnent, mes dents ont jauni et ma peau est constellée de taches brunes. On devient terne avec le temps.

Qu'aurait été ma vie si je ne m'étais pas jugée aussi durement ? Lorsque j'y songe... tant de rêves mort-nés, étouffés par mes fausses croyances, la conviction que je ne valais rien. Vous avez devant vous une femme en deuil. Une femme rongée par les regrets. Toute ma vie je n'ai fait qu'effleurer les choses. J'ai gravité en zone grise, quand s'offrait à moi une multitude de possibles.

Sans doute vous demandez-vous pourquoi je vous raconte cela ? Après tout, nous ne nous connaissons pas, si ce n'est de vue pour avoir fréquenté ce parc aux mêmes heures. M'aviez-vous remarquée ? Depuis plusieurs mois, je vous observe. Non, je vous en prie, ne partez pas ! Restez : j'ai tant de choses à vous dire. Lorsqu'un être se sent vide, il cherche obstinément à pallier sa vacuité. Votre présence a comblé mon ennui. Toutes les fois où vous étiez assise sur ce banc, occupée à lire, écrire ou écouter de la musique : j'ai imaginé votre vie. N'avez-vous jamais fait cela ? Prêter à un inconnu une histoire, lui inventer un quotidien, un avenir. C'est un exercice exaltant ! Dans mes divagations les plus audacieuses, j'ai eu pour vous plus d'ambition que pour quiconque auparavant. Je vous ai rêvée brillante étudiante en lettres, jeune femme adulée de ses professeurs et de ses amis, passionnée de littérature classique, future romancière à succès et oratrice hors pair. Tout ce que je n'ai pas atteint, par manque de confiance en moi, je vous l'ai attribué en pensée, sans retenue. J'ai fait de vous mon héroïne. J'aimais votre sourire, votre regard, leur douceur conjuguée qui me confortait dans la certitude que vous étiez heureuse. Cela m'apaisait. Ne me demandez pas pourquoi : je l'ignore, ou préfère l'ignorer, je laisse le soin à d'autres de faire mon analyse. Une introspection me tuerait. Grâce à vous, je me suis oubliée.

Et puis... tout s'est effondré ! Du jour au lendemain votre visage s'est éteint, vous avez cessé toutes ces activités qui jusque-là occupaient vos heures passées ici. Vous avez sombré dans l'apathie et sans doute pleuré des heures entières : je le vois à vos yeux cernés. Désormais la tristesse vous habite.

Vous devez vous reprendre ! Qu'importe la raison de votre abattement, je ne veux pas la connaître ; on peut se relever de tout, sauf de sa propre mort. Vous n'êtes pas malade n'est-ce pas ? Non. Bien sûr. Je le savais. Alors du nerf jeune fille ! Votre avenir reste à écrire. Quand vous viendrez demain vous asseoir sur ce banc, fût-ce à contre-cœur, je veux vous voir apprêtée et souriante : il faut savoir forcer le bonheur pour qu'il revienne.
Si d'aventure vous tombiez plus tard sur un ancien portrait de vous, que souhaiteriez-vous y voir ? Le reflet de ce que vous avez raté ou les prémices d'une vie comblée ? Pensez-y Mademoiselle. Au revoir.

***

- Désolée, j'suis à la bourre, j'avais un truc à finir chez moi. C'était qui la femme avec toi, celle qui vient de partir ?
- Une vieille folle. Ou peut-être pas. C'est bizarre, je n'arrive pas à trancher.
- Pincez-moi je rêve... tu souris ! Qu'est-ce qu'elle t'a dit qui te rend joyeuse ? Ça fait des jours que je ne t'ai pas vue comme ça.
- Tais-toi, on s'en moque. Partons. Allons prendre un verre. Je ne reviendrai plus ici.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 20 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Mireille d agostino
Mireille d agostino · il y a
Est-ce que vraiment chacun peut prendre son destin en main ?
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Dans une large mesure j’aime à le croire, sinon que serions-nous ? De simples spectateurs de nos vies.
Image de Annabel Seynave-
Annabel Seynave- · il y a
J'aime bien le cynisme de la fin, qui du coup donne un tout autre regard sur l'histoire.
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Merci de votre commentaire Annabel et ravie que cela vous ait plu !
Image de Ginette Flora Amouma
Ginette Flora Amouma · il y a
La vie peut offrir beaucoup, à chacun de savoir quoi en faire ;
C'est un texte qui permet de comprendre les postures de chacun . La vie est avant tout un risque .

Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Complètement d’accord Ginette. Il faut savoir saisir les opportunités au vol, provoquer la chance et accepter parfois de se remettre en cause pour avancer !!
Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Triste constat, et puis le passage de relais qui est mal compris et, déjà, l’ingratitude de la récipiendaire qui refuse la main tendue, malgré les premiers bons effets... mais la graine est semée...
Si jeunesse savait...

Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Bonjour Phil,
Mon intention première était, en effet, de montrer l’ingratitude, voire, une pointe de cruauté de la part de la jeune fille.
Et puis, je me suis placée de son point de vue et me suis dis qu’elle pouvait, aussi, légitimement s’être sentie « agressée » en apprenant qu’elle avait été observée ainsi que par l’intrusion de cette femme qui vient soliloquer sans y avoir été invitée (pour autant les propos semblent porter leurs fruits).
Une dernière option consiste à se dire que les paroles de la jeune femme sont un masque de pudeur ; d’ailleurs elle refuse de révéler à son amie ce que la femme plus âgée lui a dit en éludant. La dernière phrase, annonçant son refus de revenir au parc, pourrait être interprétée comme une page qui se tourne : elle a entendu les conseils : ils vont lui permettre d’avancer.
Merci de votre lecture Phil !

Image de Phil Bottle
Phil Bottle · il y a
Merci, Jennifer, de vos éclaircissement. J'avais aussi capté la pudeur et le petit déni...Mais pas la page tournée... Bonne journée...
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Vous également ! Sous le soleil printanier 😊
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Une recontre qui aurait pu exister... joli texte.
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Merci Alice ! Belle journée
Image de Alice Merveille
Alice Merveille · il y a
Merci, également !
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
L'amertume d'une femme (est-eiie si vieille ?), rongée par le sentiment d'être passée à ckôté de sa vie, imagine celle d'une autre. Une façon d'échapper à de trop douloureux regrets..
Voici ce que moi-même j'imagine à la lecture de ce beau texte...

Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Projection et fuite
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Mon interprétation est donc en accord avec ton intention ?
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
En effet Randolph, et je déplore le fait que la femme plus âgée se complaise, d’une certaine façon, dans l’auto-apitoiement : à mon sens il n’est jamais trop tard pour réagir ! Tant qu’il y a de la vie... Au lieu de cela, elle passe des mois à vivre par procuration, en imaginant le quotidien d’une autre qui, du reste, n’a peut-être rien à voir avec ses fantasmes.
Je m’interroge également sur sa véritable intention lorsqu’elle vient trouver la jeune femme : souhaite-t-elle lui prodiguer des conseils bienveillants ou agit-elle par pur égoïsme en essayant de rétablir l’image première qu’elle a eu d’elle afin de pouvoir, à nouveau, rêver tranquillement depuis son banc ?

Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Ce texte révèle donc des questionnements, non seulement chez le lecteur mais également chez l'auteur ! Une suite est possible, mais ne s'impose pas.
Bonne journée Jennifer !

Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
Écrire n’est-ce pas aussi se questionner ? Et les personnages ne nous appartiennent jamais complètement : ils gardent toujours leur part de mystère ! 😉
Image de Randolph B.
Randolph B. · il y a
Tout à fait d'accord ! Sur les deux autres points.

Vous aimerez aussi !