Confirmé

il y a
4 min
531
lectures
32
En compétition

Auteur Dialoguiste Écrivain Parolier Scénariste - www.saraafonso.f  [+]

Image de Printemps 2021
Appuyé sur sa canne, Nathan attend que le scan de son visage se termine et que les portes de l’ascenseur s’ouvrent. Un matin, elles ne s’ouvriront pas, pense-t-il. J’aurai tellement mal dormi, j’aurai tellement une sale gueule, qu’il ne me reconnaîtra pas et que les portes ne s’ouvriront pas.
Il se recule et regarde l’écran : son visage numérisé s’auréole de vert. Aujourd’hui encore, les portes vont s’ouvrir.
— Bonjour Nathan. Et bienvenue. Puis-je vous proposer un peu de musique ?
— Non merci. Donne-moi la météo plutôt.
— Aujourd’hui, il fera trois degrés au minimum et dix au maximum. Actuellement, il fait huit degrés.
— Il va neiger ?
— Pas de neige prévue dans la journée, Nathan, mais on peut s’attendre à quelques flocons dans la nuit. Puis-je faire autre chose pour vous, Nathan ?
— Oui : que tu fermes tes portes et que tu fasses ton vrai boulot. Je veux descendre.
Les portes de l’ascenseur se ferment et une petite musique se fait timidement entendre.
— J’avais dit pas de musique.
— Je suis là pour faire de ce moment une expérience agréable, Nathan.
— Tu parles d’une expérience ! Je veux juste descendre, y’ a rien d’expérimental là — dedans !
— Vous désirez descendre ?
— Oui, oui : je veux descendre !
— Nathan, désirez-vous descendre ?
— C’est ce que je viens de te dire : oui, je veux descendre alors descends-moi !
— Nathan, vous devez me confirmer que vous voulez descendre.
Nathan regarde l’écran en face de lui : toute la conversation qu’il vient d’avoir avec l’ascenseur est retranscrite mot pour mot. En dessous de la dernière phrase, trois petits points clignotent dans l’attente de sa prochaine réplique.
— Confirmé !
Il descend. Il ne le sent pas, mais il sait qu’il descend : les chiffres défilent, décroissent, dégringolent à la même vitesse que sa descente.
— Nathan, j’ai un appel pour une descente : dois-je m’arrêter ?
— Qui c’est ?
— Fleur et sa mère. Vous les connaissez, Nathan. Et vous les appréciez. Il y a trois jours, vous avez entamé dans cette même cabine, une conversation avec la petite Fleur. Voici où vous vous êtes arrêtés.
La conversation de Fleur et de Nathan s’affiche sur l’écran. En dessous de la dernière réplique de Fleur, trois petits points clignotent.
— Ce sera à vous de continuer la conversation, Nathan. Dois-je m’arrêter ?
— J’ai envie de voir personne aujourd’hui.
— Cette excuse n’est pas recevable Nathan.
— Bon, ben, j’ai pas le temps d’arrêter ma descente, je suis pressé.
— Nathan, d’après votre agenda que je suis actuellement en train de parcourir, vous n’avez aucun rendez-vous ce matin. Votre premier impératif de la journée est à 15 h 30. Votre seconde excuse n’est donc pas recevable. Fleur et sa mère viennent de me confirmer leur demande : je vais devoir m’arrêter, Nathan.
Les portes s’ouvrent sur une petite fille habillée en princesse. Derrière elle, une belle, grande et fine jeune femme tient un paquet cadeau sous le bras.
— Bonjour Fleur. Bonjour Annabelle. Et bienvenue. Puis-je vous proposer un peu de musique ?
— Oui, s’il te plaît, mets-moi la chanson de la dernière fois, avec les coccinelles et les papillons.
— La chanson des coccinelles et des papillons pour Fleur.
— Confirmé !
Les portes se referment et le défilé des chiffres indique que la descente reprend. Fleur se balance d’un pied sur l’autre au rythme de la chanson idiote en regardant Nathan. Annabelle, debout derrière sa fille, les mains posées sur les petites épaules de l’enfant, dévisage aussi Nathan.
Du coin de l’œil, Nathan voit les trois points clignotants lui signifier qu’on attend quelque chose de lui. Soudain, il entend sa propre voix prononcer des mots qu’il a déjà dits il y a quelques jours :
— Connais-tu « Les Fables de La Fontaine », Fleur ?
Puis il entend une nouvelle fois, la réponse de Fleur :
— Non, Nathan. C’est quoi ? C’est un endroit pour aller boire ?
La comptine s’arrête et la petite fille se stabilise et attend. Mais Nathan n’a pas envie de parler aujourd’hui. Il baisse les yeux sur les carrés de moquette.
— Maman, je veux descendre.
— Fleur, le prochain sera peut-être bondé : on a de la chance d’avoir trouvé celui-ci. Regarde : il est presque vide.
— JE VEUX DESCENDRE ! Confirmé !
Les chiffres se figent et les portes s’ouvrent. La petite fille et sa mère sortent sans même regarder Nathan.
— Bonne journée Fleur. Bonne journée Annabelle. À votre prochain service.
Une nouvelle fois, les portes se ferment.
— Nathan, j’ai une demande urgente pour une nouvelle descente. Mais cette demande se trouve au-dessus. Cela va m’obliger à remonter un peu.
— Oui, mais moi, je veux descendre.
— Cette nouvelle demande est pour une descente urgente. Ceci va légèrement retarder la vôtre, mais je vous rappelle, Nathan, que d’après votre agenda, vous n’avez pas lieu d’être pressé ce matin.
— OK. Va pour la demande.
— Dois-je accepter la demande de descente Nathan ?
—  Oui, je... heu... Confirmé.
Les chiffres reprennent le décompte à rebours, s’arrêtent et les portes s’ouvrent : un jeune couple attend. Lui, il lui tient les cheveux et elle, elle pleure son Rimmel sur ses joues.
— Avance, sale conne !
L’homme pousse la femme qui se retrouve dans les bras de Nathan. Il sort un petit revolver de la poche de son manteau.
— Et toi, tu la lâches, compris ?
— Bonjour Jonas. Bonjour Anna. Et bienvenue. Puis-je vous proposer un peu de musique ?
Nathan fixe l’arme pointée sur son visage. La jeune femme s’est recroquevillée dans un coin. L’homme baisse les yeux sur elle et sourit.
— Oui, mets-nous de la musique. Et mets-la-nous bien fort parce que je sens que j’ai envie de faire du bruit !
— De la musique forte pour Jonas.
— Confirmé !
Les portes se referment, la musique démarre et couvre le bruit des coups de pied que Jonas envoie dans l’abdomen d’Anna. Elle couvre aussi les coups que Nathan donne sur les portes de l’ascenseur. Elle couvre également le coup de feu que Jonas tire dans la tête d’Anna. Elle couvre encore la voix paniquée de Nathan :
— Arrête-toi ! Arrête-toi et ouvre tes portes !
— Nathan, désirez-vous que je m’arrête et que j’ouvre mes portes ?
— Oui, ouvre tes putains de portes ! Ce type est complètement fou ! Il vient de tuer la fille !
— La fille s’appelle Anna. Désirez-vous que j’affiche son identité ? Souhaitez-vous connaître votre pourcentage de compatibilité sociale avec Anna, Nathan ?
— Non, je veux que tu m’ouvres tes portes !
— Nathan, dois-je m’arrêter et ouvrir mes portes ?
— Oui ! Ouvre !
— Nathan, vous devez me confirmer l’ouverture de mes portes. Il y va de votre confort et de votre sécurité, Nathan. Je dois m’assurer que c’est bien ce que vous voulez parce que ma priorité est de faire de ce moment une expérience agréable, Nathan.
La musique couvre toujours la voix de Nathan qui maintenant appelle à l’aide. La musique couvre un nouveau coup de feu. La musique s’arrête et le corps de Nathan tombe bruyamment sur le sol. Jonas s’approche de l’écran.
— Parking.
— Désirez-vous descendre jusqu’au parking, Jonas ?
— Oui. Et vite. Confirmé.
Le décompte des chiffres s’accélère tandis que l’ascenseur descend rapidement les étages. Puis ses portes s’ouvrent. Jonas enjambe le corps de Nathan et sort de l’ascenseur.
— Bonne journée Jonas. À votre prochain service.
32

Un petit mot pour l'auteur ? 28 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de VERONIK DAN
VERONIK DAN · il y a
Une descente en enfer, un ascenseur du futur peut être pas si éloigné que ça...
Un récit digne d'1 film. Bravo !

Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci !
Image de Catherine Voix Off
Catherine Voix Off · il y a
J'étais suspendue... et je suis tombée de haut ! Bravo
Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci :)
J'espère que tu ne t'es pas fait trop mal !

Image de Guillaume de Kerguelen
Guillaume de Kerguelen · il y a
Effrayant mais finalement pas vraiment étonnant... notre monde de fou nous apportera peut-être des ascenseurs et autres "bienfaits technologiques" aussi délirant ! C'est le raisonnement absurde des I.A poussé jusqu'au bout d'une logique où l'humain n'a plus du tout sa place...
Image de Mica Deau
Mica Deau · il y a
Je ne verrai plus jamais mon escalier du même oeil, même en montant, merci, c'est surprenant.
Image de Fred Jazz
Fred Jazz · il y a
Un très bon huis clos, une situation banale qui dérape, j’ai adoré. J’aurais cependant aimé une chute plus percutante.
Image de Micheline Dausort
Micheline Dausort · il y a
Un vrai thriller en une ou deux pages. Je me suis énervée l'ordi d'ascenseur. J'ai détesté Fleur et sa mère. J'ai eu peur pour Nathan (avec raison). Une réussite, j'ai marché à fond !
Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci beaucoup Micheline :)
Et désolée pour les frayeurs ;)

Image de Marie Huvenne
Marie Huvenne · il y a
Une pépite ! ce Récit nous tient en haleine, bravo !
Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci beaucoup Marie :)
Image de Alraune Tenbrinken
Alraune Tenbrinken · il y a
Le plus terrible est que cela risque bien de nous arriver !
Image de Mario Gagnon
Mario Gagnon · il y a
Bravo! C'est prenant et bien ficelé. On est suspendu à cette descente infernale!
Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci beaucoup Mario :)
Image de Clarabt
Clarabt · il y a
Une histoire glaçante et redoutablement bien construite jusqu'à sa chute, bravo!
Image de Sara Afonso
Sara Afonso · il y a
Merci beaucoup :)

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La part du chien

Claire Le Coz

Elle court, elle ne se retourne pas.
Elle ne pense pas. Rien.
Elle court jusqu’à plus de souffle.
Jusqu’à la douleur. Ça la prend dans les côtes, ou peut-être juste en dessous, un... [+]