Complètement ébranlé

il y a
1 min
479
lectures
61
Finaliste
Jury
Il faut que j’écrive un tout petit texte de boules. Un truc qui fout la trique. Le souci c’est l’inspiration. J’ai une vie sexuelle aussi passionnante que le plan comptable 1993 et l’idée de faire bander un comptable me révulse un peu pour être honnête.
Bon, par où je commence ?
En fait, comme je suis seul depuis presque toujours, j’ai dans un premier temps eu la tentation de vous parler de ma main.
Mais bon, pas sûr que les non comptables y soient sensibles.
Et puis trois cents mots pour faire bander le lecteur, faut pas amuser la galerie, faut envoyer tout de suite. Pas de grandes phrases, pas de préliminaires (un peu comme dans la vraie vie quoi). Foin de trucs un peu sensibles, de dentelles effleurées, de minauderies, de caresses qui s’égarent, de regards éperdus. Pas le temps. Non, pour trois cents mots, y a pas le choix, c’est un peu la technique du pied dans la porte. Obligé.
Tout d’abord, poussé par le bon goût je me dis qu’il faut éviter les mots comme « muqueuses », « prépuce », « génital », « urètre », ou « périnée ». Trop technique.
Bon « clitoris », je ne sais pas trop.
En revanche je suis certain qu’il faut que je parle de peau, de seins, de tétons dressés, de langues, de lèvres, de trucs chauds et humides.
C’est ça, faut du mouillé, du torride, une averse de mots. La mousson du sexe. Faut que ce texte gicle pleine face, qu’il reste collé dans vos slips.

Putain, mais comment je fais moi, je n’y connais rien ? Il me faut plus de trois cents ans pour faire sourire une fille, alors trois cents mots...

Et si j’écris cent fois « oh oui » et deux cents fois « encore » ?
Ça donnerait quelque chose comme « oh oui, encore, encore ».
Ça rend bien.
Sinon on pourrait essayer : « encore, oh oui, encore ».
C’est presque même mieux.
Ou bien « oh encore, oui, encore »
Il y a aussi la variante « encore, encore, oh oui » avec le oh oui qui finit dans un râle soufflé entre des lèvres pulpeuses entrouvertes.
« Encore, encore, oh oui »
Je confirme, j’adore.
« Encore, encore, oh oui »

Ça me fait penser, je vous ai parlé de ma main finalement ?
Parce que là, ce serait peut-être le bon moment en fait.

61
61

Un petit mot pour l'auteur ? 9 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Valentine Magnée
Valentine Magnée · il y a
Drôle ! ;)
Image de Zelig
Zelig · il y a
sympa de votre part ;-)
Image de Sophie Dolleans
Sophie Dolleans · il y a
J'adore ! voté !
Image de Zelig
Zelig · il y a
Votre commentaire me fait super plaisir. Merci
Image de Lou
Lou · il y a
Ah ben bravo !!!
Image de Nicolas Juliam
Nicolas Juliam · il y a
j'ouvre les votes pour ce texte quasi improvisé mais bien justement bien réalisé (et vous invite sur Revolver pour un con en TTC) +
Image de Zelig
Zelig · il y a
Merci pour avoir déclenché les hostilités. A bientôt
Image de Søkswen
Søkswen · il y a
J'aime bien. Le début est un peu facile, mais la fin est assez drôle. Bonne continuation.
Image de Zelig
Zelig · il y a
Merci.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

La Bretagne

Wynn

15 août 1606, Combrit, Bretagne, dans un champ de blé
La terre est lourde, le soleil cogne contre sa nuque. Encore et toujours, inlassablement, dans cet immense champ. C’est... [+]


Nouvelles

La dernière cigarette

Valoute Claro

II y a quinze ans, mon mari et moi prenions toujours une semaine de vacances au mois d’août. Depuis cinq ans, trois jours semblent nous suffire.
Cette année ce sera… une nuit.
Ça me va. Il me... [+]