Comme si l'amour était un fleuve

il y a
2 min
117
lectures
35
Qualifié
« Maitre? Vous plaisantez? Vous pouvez me cogner, comme l'ont fait tous les autres mais je ne vous appellerai pas maître. » Trois nuits d'affilée depuis que ces mots poussent en étoiles dans la nuit d'Ousmane. Le hantent. L'habitent. Se réveillant en sursaut, il s'accroche aux branches de ses cris pour ne pas sombrer. Il ouvre la fenêtre pour vomir son mal sur le quartier, depuis le cinquième étage. Sa plainte est un rêve de ne plus rêver, une corde tendue au voisinage, espérant que quelqu'un viendra à sa rencontre. L'arracher de ce puits intérieur.
Le matin de mes seize ans, la paire de baskets dont j'ai toujours rêvé a accueilli mes premiers regards à la sortie du sommeil. La lumière du jour tardait encore à étaler son parfum dans la chambre, mais le faible relent d'éclat qui la devançait suffisait pour que je lise ce qui suit sur la photo faite carte pour l'occasion:
bouées contre la maladresse
où te blottir en temps de vagues
elles connaissent par cœur
le droit chemin.
Ta mère qui t'aime beaucoup, Tita.

À la vue de ces mots, tout ce que j'ai voulu faire dans l'instant était d'aller à sa rencontre. La prendre dans mes bras. M'envelopper avec elle dans un silence. Laisser les battements de mon cœur lui jouer les plus belles notes d'amour en remerciements. Hélas, le lit m'a retenu prisonnier, malgré moi. Un torrent trouvait refuge dans mes yeux. Les sanglots m'étouffaient. Et avec moi, tout l'entourage. Au point qu'ils ont avalé le tam-tam de ses pas, au travers desquels j'ai appris à lire ces « je t'aime mon fils » qui naissent muets dans sa gorge. Puis, il y eut ces deux tours de clés qui ponctuaient le claquement de la porte. Mon mantra à l'orée des jours, depuis bientôt deux ans. Deux ans que nous avons déménagé à Port-au-Prince, afin qu'elle soit proche de son travail. Ce travail qui l'oblige à laisser la maison à 4h, chaque matin. Azur Hôtel / 2, rue Beau-sang, Port-au-Prince (Haïti) / Tita Joseph / femme de ménage, telles sont les inscriptions sur ce badge que je garde en souvenir d'elle. Ce badge qu'elle aimait arborer avec grande fierté. Pas besoin de vous dire combien elle adorait son travail. Le ménage pour maman était un moyen d'illuminer les recoins sombres de la vie. Faire corps avec cette phrase qu'elle aimait tant prononcer en y pesant chaque fragment : le-monde-est-beau-parce-que-nous-l'ha-bi-tons. Elle nettoyait comme si sa vie en dépendait.
Ce matin-là, les deux tours de clés se sont étendues le long de ma chair. Elles me furent tel un séisme dont mon cœur était l'épicentre. Après, ce fut le raz-de-marée. J'ai pleuré comme si un fil s'était cassé en moi. Comme si l'amour était un fleuve. C'est alors que je me suis souvenu du téléphone, cet outil permettant aux doigts d'être instance de paroles, quand la distance se fait loi. J'ai ouvert notre boite de discussions pour lui laisser un message, le temps de la revoir à la nuit tombée, quand la fatigue couchera tatouages sur chaque centimètre de sa peau.
Comme d'habitude, j'ai mis du temps à trouver les mots justes. À trop vivre en ratures, j'ai toujours voulu écrire propre. J'étais à deux doigts de renoncer, comme toutes ces fois où j'enterre mes poèmes mort-nés à la poubelle, lorsque j'ai pu enfin trouver une idée qui me parle. Je me suis relu à plusieurs reprises avant d'appuyer sur le bouton envoyer.

Chère maman, à trop me noyer dans tes yeux, les vagues me sont caresse. Si tous les chemins mènent à toi, comment puis-je me perdre ? Merci pour le cadeau. Je t'aime, ma boussole. Mille bises, ton Ousmane...
35

Un petit mot pour l'auteur ? 15 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Harun Barzani
Harun Barzani · il y a
Je vote! Merci de jeter un oeil à ma toute première nouvell : le loup et la planète maudite
Image de sena Avoudikpon
sena Avoudikpon · il y a
salut, mes félisalutcitations pour ce texte. je t'invite à lire le mien intitulé "ce courageux" mes voix
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
Salut Sena. Merci beaucoup. Hâte de découvrir ton texte. À très bientôt pour mes retours.
Image de Félicia Mariani
Félicia Mariani · il y a
Beau texte fort et poétique.
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
On crée cette force et cette poésie ensemble. Merci de ce regard lumière Félicia.
Image de Pat Vermelho
Pat Vermelho · il y a
L'amour filial raconté comme un onguent qui vient adoucir la vie. A voté.
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
Merci de cette noble remarque Pat. Lu avec cœur, le texte a fini par renaître parfum. Hommages donc à tes yeux bienveillants. 🙌
Image de Lin Bachis
Lin Bachis · il y a
Belle Histoire on aurait dit un mixte
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
Parce que les histoires peuvent être tout. Je fais chorale avec toi autour de cette idée de mixité. Merci d'apprécier Lindrisca.
Image de Marie Van Marle
Marie Van Marle · il y a
C'est une belle histoire tendre, quoique un peu obscure au début (pour moi, en tout cas). J'ai senti combien l'amour que sa mère lui porte et qu'il lui porte apaise le malaise du jeune garçon.
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
Merci pour le partage de tes ressentis sur le texte chère Marie! Vivement heureux d'apprendre que le texte t'a parlé entre ombres et lumières. C'est toujours bien de découvrir combien de visages les écrits cachent sous leur peau. Amicalement!
Image de Carl Withsler ABenoit
Image de Frantz Kerby MATHIEU
Image de Safidy Masinarivo
Safidy Masinarivo · il y a
Un très joli texte.
Je vous octroie mes voix et je vous invite aussi à lire le mien :Donner vie à la Vie.

Image de Frantz Kerby MATHIEU
Frantz Kerby MATHIEU · il y a
Merci de tes appréciations Safidy! Je ne manquerai pas de lire ton texte. Aussi, te ferai-je part de mes retours-ressentis. Bien amicalement!