Chargez une partie

il y a
3 min
12
lectures
3
« Encore raté... »
Chargez une partie.

Gamer fou choisit la dernière sauvegarde effectuée. Juste avant l’affrontement contre le boss du niveau 12. Comment allait-il aborder le combat cette fois-ci ? Peut-être en portant un maximum de coups aux pattes du robot arachnoïde ? En tentant un nouveau combo ? En tout cas, ne pas partir bille en tête sans plan établi, sans stratégie.

Un enchantement de lame, le choix des pattes arrières, plus fines. Un combo pas trop gourmand en énergie... Pas mal, le monstre a perdu un dixième de ses points de vie. A la sortie de son enchaînement, Gamer fou se retrouva dans une posture sécurisée, pas encore prêt à porter de nouveaux coups mais en capacité de parer la riposte de son adversaire.

Et puis, de nouveau, la déception. Le robot avait une sorte de dard sur son postérieur. La pointe se détacha du corps métallique, auquel elle restait reliée par un long tentacule souple, et vint frapper le combattant de plein fouet. Coup fatal.

Chargez une partie.

Gamer fou choisit la dernière sauvegarde effectuée. Juste avant l’affrontement...
Cinq tentatives.
Dix tentatives.
Quatorze tentatives.
Enfin, la victoire.

---

D’un pas résolu, Sluzod Valdemar avança vers le monstre. Une confiance infinie l’habitait. Il savait qu’il allait vaincre, comme il avait vaincu les autres monstres. Il ne pouvait pas perdre. Il fallait juste qu’il laisse parler son instinct, c’est lui qui trouverait les clés de la victoire. L’instinct et la chance. Allez...

Il sortit son épée de son fourreau, l’enchanta d’un sortilège de dégâts, commença à psalmodier le psaume de Saint-Bourrin, fonça vers le monstre. Sans l’avoir anticipé une seule seconde, il fit un écart sur la gauche, au moment où une patte énorme s’abattait sur l’endroit qu’il venait juste de quitter. Il esquiva l’autre patte peu après, par un bond subtil sur la droite. Déjà le corps du monstre était à portée d’épée. Il se jeta pieds en avant sous le ventre énorme, glissant de tout son long sur l’herbe mouillée. Son épée déchira la paroi d’acier et trancha les mécanismes internes de la bête. Sluzod se retrouva derrière son adversaire, qui s’était immobilisé. Les crépitements se firent plus intenses, des éclairs sortirent du ventre et de divers orifices. Puis, dans une espèce de râle mécanique, le robot géant s’affaissa, vaincu.

Sluzord gagna 53 points d’expérience d’un coup. Il se sentit encore plus fort, encore plus confiant. Invincible.
Normal. Il n’avait connu que la victoire.

---

Albina Vinoti avait l’équation de Drake sous les yeux, et le paradoxe de Fermi en tête. Malgré tous les progrès de la science, l’humanité n’avait aucune réponse à ces énigmes. On avait beau tenter de rationaliser le problème, de resserrer les hypothèses, de troquer le principe anthropique contre le principe de médiocrité, rien n’y faisait. On finissait par... Tourner en rond.

Les extra-terrestres devaient être là. Mais ils n’y étaient pas. Alors c’est que l’humanité était spéciale. Ah mais non, elle ne devait pas l’être. Ah oui, c’est parce qu’il y a un « Grand Filtre » devant nous, celui qui anéantit immanquablement toutes les civilisations en passe de conquérir les étoiles... Oui mais ce filtre, c’est quoi ? Qu’est-ce qui peut être aussi inéluctable dans l’univers ? Alors, si elle est vouée à disparaître, à quoi sert la vie ?

Albina se remémora les théories sur les univers parallèles. Nous ne serions qu’une voie possible, un seul fil dans l’écheveau infini du destin. Chaque seconde, se créeraient une infinité d’univers parallèles, chacun d’eux évoluant différemment. Eh bien dans le nôtre, nous serions seuls, c’est comme ça. Dans une foultitude d’univers, les civilisations galactiques foisonneraient, dans d’autres univers, la vie ne serait tout simplement pas apparue... Quelle bêtise ! En imaginant cela, on ne fait que déporter le principe anthropique. Notre univers à nous resterait spécial, avec une seule planète porteuse de vie intelligente dans toute l'immensité du cosmos.

Pas d’univers parallèles. Un seul univers, point. Dans lequel, comme par magie, ou plutôt par chance ou par instinct, la vie s’est frayée un chemin depuis les premiers acides aminés jusqu’à la forme la plus intelligente, l’homme. On a échappé aux radiations cosmiques, aux bombardements de météorites, aux extinctions de masse, aux glaciations, tout cela dans un environnement idéal pour que la vie prospère : une étoile stable dans un système stable, la bonne distance à l’étoile-mère, un satellite pour équilibrer la planète, de l’eau liquide en grande quantité, etc. On dirait bien que l’espèce humaine n'a connu que la victoire. Elle est comme... Invincible.

Albina laissa toutes ces considérations de côté. Cela ne servait à rien de se torturer l’esprit. Le mieux était encore de prendre une petite pause récréative. Elle coupa internet et retourna dans son jeu favori, sous son avatar habituel de Gamer fou. Où en était-elle au fait ? Ah oui, le niveau 13. Une fenêtre s’ouvrit sur l’écran.

Chargez une partie.
3
3

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Ven Stark
Ven Stark · il y a
Quand le virtuel dépasse la réalité... J'ai pris plaisir à lire cette histoire.
Ven

Image de Denis Crozet
Denis Crozet · il y a
Merci. Je suis un "enfant" de Matrix. La réalité, la virtualité, la place de l'humanité, ce sont des thèmes qui m'interrogent très souvent.
Image de Christian CUSSET
Christian CUSSET · il y a
Une digression intéressante sur notre place dans l'univers, qui ne serait qu'un succès obtenu après d'innombrables occurrences sans suite...
Image de Denis Crozet
Denis Crozet · il y a
hé oui, pourquoi pas ! Il y a beaucoup de théories sur le paradoxe de Fermi. Celle-ci est un petit mélange de plusieurs... Originale j'espère.

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Approche

Yves Le Gouelan

L’approche s’avère délicate. Le bras d’arrimage est trop court. Le caisson droit vient cogner contre le quai. Le vaisseau rebondit et repart en arrière. Bon sang. J’enclenche le propulseu... [+]