Célimène 98

il y a
3 min
3 040
lectures
31
Qualifié

Formateur en prévention des risques professionnels. Passionné par l'underground musical et les chevaux mécaniques. Écriture - exutoire, volontiers sombre, tortueuse et poétique

Image de Grand Prix - Automne 2021
Image de Très très courts

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Lycée Claude Bernard, Villefranche sur Saône, Septembre 1998

Je ne le sais pas encore, mais je la reverrai quelques années plus tard, assise devant le comptoir étriqué de "la Cave à Bières", point de chute des amateurs de rock trempé dans le jus de houblon. J'abandonnerai alors mes potes et ma copine sera rendue évanescente par l'épaisse fumée de sa propre clope. Hardiesse du jeune étudiant fraîchement émancipé, j'irai lui présenter les hommages humbles de celui qui est redevable. Dans un échange nouveau au vocabulaire débridé, si loin du lycée et de ses conventions, je l'écouterai et lui parlerai ardemment. Je goûterai une dernière fois à sa voix d'agave au sucre enfoui profondément sous l'épine, le tabac peut-être, le bruit ambiant sans doute. Et puis, foutu pour foutu, j'essaierai de la faire rire, d'arracher ces lèvres mi-closes à la loi de Newton et à la mélancolie. Après quoi je la saluerai poliment, emportant avec moi ce qu'il me restera de regrets et de fierté, rejoignant mes amis mi-saouls et mon amie toujours transparente.

Non je ne le sais pas encore, après tout nous ne sommes qu'en Septembre, mais cette année de seconde sera heureuse : sur moi coulera le verbe comme coule sur l'arbre tordu la plus pure des rosées. Nous ne sommes qu'aux prémices de la lente conquête du lycéen par les mots. Je la vois encore lointaine, affairée à tenter d'ouvrir nos egos adolescents. Le mien vient d'être momifié pendant un an dans un corset, sarcophage on ne peut plus clos.

Sûre de sa force... Sait-elle déjà que j'attendrai chacune de ses apparitions de l'impatience dont se drapent les fous ? Messie féminin et itératif qui, de sa haute langue et de sa morgue feinte, fera poindre en moi la sève hallucinée de l'élan poétique. Elle s'en désole sûrement déjà : tous ces garçons aux hormones désordonnées, aux regards parfois ébahis, ne voient en elle que la femme mûre - a-t-elle seulement 30 ans ? - qui agrège toutes leurs pensées obsédées. Trompés par les évocations érotiques des paragraphes qu'elle nous lira, les plus lubriques verront en elle une libertine, moi je la voudrai libre et je l'imaginerai libérée.

Septembre, qu'il est long ce mois pour qui découvre sa classe ! Je n'ai pas encore le goût de ses jambes en fuseau, de sa chevelure rousse mi-longue et de sa taille frêle qu'elle habillera souvent de violet. Je n'ai pas encore bu le philtre des mots-jolis, je ne connais pas encore le frisson de cet amour chaste, qui, purement littéraire, se vit exclusivement en salle de cours et ne souille aucun lit.

Non, aujourd'hui je flippe à mesure qu'elle rend les copies. Je ne connais que peu mes camarades, mais j'en sais déjà les ambitions. Il est ici des plumes graciles, des stylos doués ; finie l'époque où je rayais toute concurrence d'un trait de plume enfiévrée ! Ces camarades-là couchent l'encre comme les dragons crachent le feu et chacun reste donc à distance de l'autre pour ne pas être brûlé. Les notes sont moyennes, peu de commentaires élogieux : l'exigence est forte. Et pourtant ce sujet.... Ce bon vieil Alceste, Le Misanthrope, ce vertueux, pourfendeur de l'hypocrisie à l'honneur injustement ridiculisé : je le connais par cœur. Il y avait ce groupe de metal nommé comme la pièce qui déroulait son concept autour de ce personnage dans une écriture altière et très référencée. J'en étais tellement fou qu'il m'avait fallu connaître leur source d'inspiration. Mon Molière préféré : je me reconnaissais dans cette neurasthénie, dans cette haine des usages sociaux où la vérité se courbait devant les susceptibilités.

Molière était arrivé à point à la rentrée. Mais ce qui, la semaine dernière, me semblait évident, l'est beaucoup moins maintenant. J'avais employé la technique habituelle, rodée pendant quatre années de collège : de l'audace et du panache quitte à produire des poissons noyés ! La plupart des professeurs s'y étaient laissés prendre, on attend en 5e bien peu de fulgurance. Pourtant l'an dernier en 3e, une prof peut-être maline, peut-être retorse, ne s'était pas toujours laissée embobiner... Et elle alors ? Que va-t-elle penser ? Après tout Fabrice, ici
tu maîtrises plus que la forme, tu connais également le fond... Oui, mais je ne voudrais pas être moyen, je veux lui montrer qu'Alceste et moi nous souffrons ensemble, nous ne sommes qu'un.

— Fabrice ! 

Je lève la main, le regard de la classe braqué sur moi comme en un seul et puissant projecteur : le roi(telet) est nu. Elle traverse la salle prestement, sans un mot. Elle est derrière moi, je me retourne, elle parcourt rapidement ma copie, me la tend rapidement, sans sourciller, avec comme seul commentaire : « Atrabilaire, ça ne prend qu'un seul T. »

La classe est incrédule, je suis désarçonné... Je regarde ma note : 17/20. J'exulte ! j'ai enfin été compris ! Elle s'éloigne, gonflée de la prestance nouvelle que mes yeux humides lui octroient. Plus rien ne compte désormais, je suis amoureux.
31

Un petit mot pour l'auteur ? 45 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
Un joli texte qui me parle.
Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Merci beaucoup !
Image de Roll Sisyphus
Roll Sisyphus · il y a
Il serait prudent de ne pas nous laisser accroire qu’il n’est de bons profs de lettres ou d'anglais que de jeunes femmes séduisantes. Et pour vous mesdames de jeunes et vaillants profs de math ou de gym. 'Merci d'excuser les clichés.)
Le risque serait alors que des redoublants retraités-ées soient encore sur les bancs.
De plus il convient de se méfier des atrabilaires à preuve :
Si le précédent travail était excellent à l'égal du présent récit, trois points en moins pour un T de trop à atrabilaire, c’est cher payé.
Pour ma part je ne suis pas tombé transit d'amour devant une sorte d’Esméralda qui laissait des traces de calciné sur nos devoirs.
Je lui suis seulement reconnaissant de m’avoir invité à m’exprimer. Rude mission !
Merci de m'avoir ramené sur les bancs du lycée !

Image de Ombrage lafanelle
Ombrage lafanelle · il y a
Des personnages attachants, une belle écriture. De quoi faire un texte intéressant
Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Merci ! Je suis presque tenté de retrouver ladite prof pour soumettre ce texte à son jugement.
Image de Mickaël Gasnier
Mickaël Gasnier · il y a
Si seulement Emmanuel* savait parler comme vous écrivez ;-) cela mettrais un peu de piquant !

Un j'aime et un abonnement à votre page, à bientôt.

*Faut dire qu'il était en FAC

Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Merci ! Au plaisir de vous lire.
Image de Mijo Nouméa
Mijo Nouméa · il y a
C'est parfois un simple geste de reconnaissance qui ouvre la porte à de grandes choses. Tout le monde devrait être encouragé et tiré vers le haut. /)
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Amour et besoin de reconnaissance, un texte plein de sentiments !
Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Exactement ! Merci !
Image de Anne K.G
Anne K.G · il y a
L'excitation du premier avis sur une production personnelle à souvent lieu au retour des rédactions. Que de souvenirs...
Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
C'est exactement, pour moi il y avait de l'enjeu sur chaque rédaction, et ce, dès la 5ème.
Image de LS Martins
LS Martins · il y a
Magnifique texte, Fabrice. Bravo !
Image de Fabrice Laurendon
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
La fascination d’un élève de seconde pour une prof de français. Un peu d’érotisme n’est pas étranger à cet engouement, heureusement cela lui fait aimer les cours…
La nostalgie d’un élève admiratif d’une enseignante ne doit pas être découragée. L’ambiance d’un cours au lycée est bien restituée, les illusions de cet âge aussi.
J’aime et je pose un 💖 sur votre page.

Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Merci beaucoup, thème déjà pour émoi revisité à l'encre vieillie des années !
Image de Viviane Fournier
Viviane Fournier · il y a
Michel le Caladois m'a emmenée sur vos lignes ... Comme il a bien fait ! ...je suis entrée dans la classe à pas feutrés et j'ai goûté à tout ... une vraie belle lecture ! ... quelque chose qui murmure longtemps ...
Image de Fabrice Laurendon
Fabrice Laurendon · il y a
Merci pour ce retour particulièrement bien écrit !

Vous aimerez aussi !