Cauchemar royal

il y a
2 min
16
lectures
6

J'aime la poésie, la fiction, les nouvelles, les textes courts, les textes longs, j'aime inventer des personnages hors du commun, emportés dans des situations inhabituelles par le temps qui passe  [+]

Cauchemar royal


Ce matin là, quand je me suis réveillé, j'étais Roi.....Mes doigts glissaient sur des draps de soie parfumés, les plis d’une tenture rouge sombre tombaient en vagues silencieuses au dessus de mon corps....Des clochettes tintaient dans le vent, accrochées à je ne savais quel porche. On avait frappé plusieurs fois à une porte que je ne situais pas, loin, là bas. Je me suis tassé au fond du lit et j'ai attendu. Des pages ont écarté les rideaux, des candélabres où crépitaient des bougies de cire dorée tournaient autour de moi, une foule d'hommes harnachés comme des chevaux s’est approchée de mon lit en s'inclinant, se relevant, s'inclinant, se relevant encore.
-Votre Majesté a- t- elle bien dormi ?
Et voila qu’ils découvrent mon lit, me laissant seul, désemparé sur ma couche de soie brillant au soleil du matin.
-Nous souhaitons le bon jour à votre majesté.
Et voila qu'on me dresse comme une statue, que des hommes au regard éteint lavent mon corps nu avec des gants pelucheux et l'eau fumante d'une bouilloire d'or aux armoiries compliquées, un aigle emportant au soleil un bâton torsadé dans le ciel d’une ville. Voilà qu’on m'habille de fines mailles aux ourlets de dentelles et d'un manteau de velours rouge. Dessus est incrusté l'aigle au bâton torsadé et la même ville immense dort sous ses ailes déployées.
-La journée de votre majesté commence par les audiences anonymes,
Et voilà qu’on me pousse dans des enfilades de pièces, aux miroirs qui ne reflètent que les miroirs des murs qui se font face, aux tapis de velours rouge tenu par des baguettes de cuivre. Mes pas, nos pas, font grincer les planches des parquets aux odeurs d'encaustique, j'aperçois des femmes de ménage, appuyées sur de longs balais. Elles me regardent passer sans me voir. Voilà que s’ouvrent devant moi les deux grandes portes d'une salle inconnue, deux lanciers vêtus de cottes de mailles et de cuir, la tête recouverte de plumes exotiques frappent le sol quand j’y pénètre. Voilà qu’on me pousse et qu’on m’assoit dans un grand fauteuil. Sur la cheminée d'en face, de grandes pendules compliquées battent les heures, les minutes et les secondes du royaume. J'aimais voir vivre les pendules, elles vont leurs vies sans se soucier des humains. La grande salle s'est remplie peu à peu, sans bruit, d'une foule de gens, au plafond plane l’aigle, avec dans ses serres le bâton torsadé. L’homme le plus vieux, le plus proche, le plus empanaché a parlé.
- Roi, tu es condamné à mort, à mourir ce matin.
Aucun murmure n'a suivi ses paroles et voilà qu’on me pousse encore et que j’avance, seul dans l'enfilade des grandes pièces vides, voilà que quelqu’un met sa main sur mon épaule et m’arrête dans un grand vestibule ouvert sur la ville et le soleil du matin, un étendard à fleurs de lys claque sur sa hampe de bois, la haut sur la plus haute tour, l'air sent très fort l'acacia et la menthe et voilà qu’on on me fait monter sur une charrette.
Elle roule des heures entières sur les pavés et le soir, je monte sur une estrade. Mes pas grincent sur les longues planches. Je pense vivre un cauchemar, tant et tant de ces rêves mauvais ont peuplé mon enfance. Tout autour, mes soldats, mes fantassins et mes arquebusiers font une haie ondulante dans le soir. Aucun ne porte un regard sur mon corps. L'air chaud sent le crottin de cheval et le tilleul des places et je meurs comme ils l'ont voulu, dans l'odeur parfumée de vanille et de camphre des femmes évanouies, dans les senteurs acides et glacées de la peur de mes cauchemars d’enfance.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Subtropiko
Subtropiko · il y a
"La vie est un songe"... espérons que la mort le soit aussi !
Image de Gargamel
Gargamel · il y a
Ah, ça y est, trouvé Cauchemar royal. J'en ai lu pas mal avant d'aller à celui-ci, et j'ai l'impression de plonger dans des eaux précieuses.
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Vos textes ont toujours l'air de décrire un autre monde, un monde étrange, un monde parallèle à celui que nous connaissons ... Il y règne toujours un parfum de fantastique, bien agréable à respirer ...
Image de Bisaigue12
Bisaigue12 · il y a
Un sacré univers, onirisme royal ?

Vous aimerez aussi !

Nouvelles

Introuvables

M. KORZAM

Vincent a fini sa journée. Il quitte son bureau et regagne sa voiture garée comme souvent devant le PMU d’à côté. Vincent a ses habitudes, ses petites manies de célibataire endurci, de quinqua... [+]